[25/09/2010] Rotterdam, Can’t Stop X 2, Stupide Vautour ! X 3

Nouvelle séance ludophile à Saint Just d’Avray en cette fin de mois de septembre. Au programme, une partie de découverte du jeu Rotterdam, sorti initialement en 2007 chez The Game Master, et édité pour la première fois en français pour Essen cette année par la motivée maison d’édition Le Joueur. La partie, malheureusement, ne pourra pas être menée à son terme, mais il est ressorti de ces 7 tours joués que le jeu était vraiment malin-malin. Hâte d’y revenir…
Ensuite, nous nous lancerons dans une toujours sympathique partie de Can’t Stop, puis dans une deuxième, en soirée, avant de clore cette journée jeux par une partie de
Stupide Vautour en 3 manches…

 

ROTTERDAM :

 


Voici la boîte de Rotterdam version The Game Master, laquelle sera relookée avant sa sortie française. D’ores et déjà, on voit qu’on aura affaire à un jeu de convoiement de
marchandises afin d’acheminer des matières premières dans différents ports à proximité de Rotterdam…

Le premier tour vient de démarrer, avec, par joueur, un premier bateau positionné sur l’une des 4 cases de départ, chargé d’une des 4 matières premières (pétrole, tissu, céréales,
fruits). Sur la roue, à droite, on peut suivre la phase actuelle du tour de jeu…

Après le chargement des bateaux, ceux-ci sont déplacés à l’aide d’un système extrêmement original et vraiment séduisant : le joueur actif choisit une couleur et tous les bateaux,
dans l’ordre du tour, positionné en amont de la couleur en question progressent d’une case. Ainsi, de suite, avec chaque joueur qui choisit une couleur. On devine donc que
l’interaction est maximale durant cette phase et que l’on peut, par exemple, freiner la progression d’un joueur ou amener un de ses bateaux vers un port qui n’accepte pas la matière
première transportée…

Voici la première série de livraisons effectives de la partie, réussies par chacun d’entre nous : Béatrice avec son bateau rouge, laquelle livre des fruits, Yohel avec son bateau
jaune livre des céréales, tout comme Anne avec son bateau bleu, alors que je livre du pétrole avec mon bateau vert. Les produits manufacturés que l’on obtient suite à notre
livraison nous rapporte des points de victoire (1 ou 2 selon la rareté de celui-ci, avec 1PV si le port a deux accès, 2PV si le port n’en a qu’un). Ces produtis pourront être
utilisés, ensuite, pour réaliser des contrats…

Le jeu est très coloré, un tantinet embrouillé au niveau lecture, mais au final on voit parfaitement où l’on va. Les règles sont limpides et simples et c’est un vrai régal que de
tenter de contrecarrer les plans de ses petits copains…

A l’aide d’une carte Joker, obtenue dans la pioche des cartes Ancre (tirée lorsqu’on stationne en fin de tour sur une des 3 cases Ancre du plateau), je réalise le premier contrat de
la partie : je défausse un Jerrican et le Joker pour réaliser l’un des mes 3 contrats alors en main (gain de 4PV). Je repioche un nouveau contrat…

Petite vue générale alors que nous avons tous été premier joueur une fois…

Autre facette du jeu : l’utilisation vicieuse des cartes Ancre. Je défausse l’une d’elles pour échanger mon cube de Pétrole contre un cube de Tissu, lequel va pouvoir être livré au
port juste face à mon bateau…

Ambiance ludique très agréable, sur un jeu inattendu (pour moi) et qui donne très envie d’être ressorti rapidement. A noter que nous avons opté pour les 2 variantes proposées dans
les règles, pour rendre le jeu plus contrôlables : cartes Produits manufacturés face visible (pour savoir ce que l’on obtiendra) et interdiction de modifier quoi que ce soit sur les
bateaux arrivés à bon port. Ces deux variantes me paraissent clairement indispensables et je n’imagine pas que l’on puisse s’en passer…

Voici la situation lorsque nous sommes contraints d’interrompre notre partie. Nous avons joué 7 tours de jeu pleins, en moins de 45 minutes (jouées paisiblement). A cet
instant, je suis le seul à avoir réalisé un contrat et je psosède tous les atouts en main pour continuer à mener la partie. Celle-ci aurait dû s’achever lorsque l’un de nous aurait
atteint 12 PV en contrat, c’est-à-dire sans tenir compte des Produits encore en main, lesquels pourraient faire passer un joueur devant…

Bilan synthétique :

On a aimé
– Le génial système de progression des bateaux,
– La fluidité de la règle et son modèle d’élégance,
Les coups vicieux que l’on peut préparer à ses adversaires,
– L’utilisation des deux variantes rendant le jeu plus contrôlable.

 

On a moins aimé
– La difficile lecture de ce qui va arriver lorsque les bateaux vont se déplacer, surtout si certains joueurs ne sont pas attentifs à ne pas trop avantager les
autres. 

Scores de la partie :

 

Béatrice (rouge) : 3 (0 de contrat + 2 de produits + 0 de bonus)
Anne (bleu) : 4 (0+3+1)
Yohel (jaune) : 6 (0+5+1)
Ludo le gars (vert) : 9 (4+3+2)

 

Note du jeu (sur cette partie avortée) : 15 / 20

 

Durée de la partie (7 tours) : 45 minutes

 

 

 

———————————————————————————————————————————————–

 

CAN’T STOP :

 


Partie de Can’t Stop sur la luxueuse version Franjos, en compagnie de Béatrice (marqueurs bleus) et Chantal (marqueurs jaunes).

Comment dire… L »ambiance est excellente et on passe un très bon moment à prendre des risques et à évaluer quand il faut s’arrêter…

Ca grimpe, ça grimpe…

Béatrice réussit la première à parvenir en haut d’une colonne : celle des 12…

Je suis bien placé sur 3 colonnes (la 3, la 4 et la 11) mais parviendrai-je en haut avant l’une ou l’autre de mes adversaires ?

Aïe, ça se gâte : Béatrice en a 2 en haut et Chantal 1. De mon côté, toujours rien, et Chantal me rejoint sur la colonne 6, à une case du but…

Bien, enfin je suis en haut (sur les 6), mais j’hésite à continuer sur les 3 et 4, tant je suis prêt de la gagne…

Un peu plus tard, j’atteins le haut de la colonne 4 et je suis dégoûté à l’idée de ne pas pouvoir en finir sur la 3, du coup je continue, sans succès sur la 9, et je perds tout
alors que j’avais encore un gros pion dehors !!!

Fin de partie, remportée par celle qui a mené tout du long : Béatrice…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le fun immédiat du jeu,
– La prise de risque, évidemment..
.

 

On a moins aimé
– ?

Scores de la partie :

 

Béatrice (bleu) : 3 marqueurs en haut (7, 11 et 12)
Chantal (jaune) : 1 marqueur en haut (10)
Ludo le gars (vert) : 1 marqueur en haut (6)

 

Note du jeu (sur cette partie) : 16 / 20

 

Durée de la partie : 45 minutes

 

 

 

———————————————————————————————————————————————–

 

 

 

CAN’T STOP :

 


Deuxième partie en soirée, avec deux autres adversaires : Fabrice (marqueurs rouges) et Françoise (marqueurs bleus). En fin de premier tour, nous ne sommes que deux à avoir des
marqueurs, Françoise ayant chuté les siens.

Petite vue générale…

Mes deux adversaires prennent un grand plaisir sur ce jeu…

Françoise est la seule à avoir un marqueur en haut et elle s’approche énormément du deuxième avec la colonne 7…

Fabrice va jeter les dés, alors qu’il n’a aucun marqueur en haut, contre 2 pour Françoise et moi-même…

Fin de partie, que je remporte avec l’acquisition de la colonne 2…
Bilan synthétique :

On a aimé
– L’immédiateté du plaisir ludique,
– Les couinements autour de la table lorsqu’on perd tout pour un coup de trop..
.

 

On a moins aimé
– ?

Scores de la partie :

 

Fabrice (rouge) : 0 marqueur en haut
Françoise (bleu) : 2 marqueurs en haut (3 et 7)
Ludo le gars (vert) : 3 marqueurs en haut (2, 4 et 5)

 

Note du jeu (sur cette partie) : 16 / 20

 

Durée de la partie : 45 minutes

 

 

 

———————————————————————————————————————————————–

 

 

STUPIDE VAUTOUR X 3 :

 


Stupide Vautour est un condensé du jeu de bluff par excellence, et comme Fabrice est un grand amateur de poker, je me dis que l’y faire jouer peut être une idée plus que mal…

Exemple de coup vicieux pour la grosse souris de valeur 9 présentée juste avant : j’imagine que Françoise et Fabrice vont jouer leur 15, redoutant que quelqu’un le mette sur la
souris de valeur 10, du coup je pense peut-être gagner la carte avec un misérable 1…

Révélation des cartes jouées et bingo : ça a marché !!! Là, je crois qu’ils ont bien vu l’esprit de ce jeu…

Autre exemple : Françoise et moi jouons notre 5, à nouveau la mêm carte donc, et du coup c’est Fabrice qui empoche le plus gros vautour avec son 6…
Bilan synthétique :

On a aimé
– La simplicité incarnée de ce jeu,
– Les gros coups tordus basés su
r les égalités à 3 joueurs,
– L’ambiance « comme je sais qu’il sait que je pense qu’il pense que je vais faire ceci alors je fais cela »…

 

On a moins aimé
– ?

Scores de la partie :

 

Françoise (violet) : 31 (9+14+8)
Fabrice (rouge) : 35 (2+11+22)

Ludo le gars (vert) : 54 (29+15+10)

 

Note du jeu (sur cette partie) : 16 / 20

 

Durée de la partie : 1 heure (pour 3 manches)

 

 

———————————————————————————————————————————————–

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ 6 = treize