[25/10/2002] Viva Pamplona !

Participants
– Jérôme, grand festayre devant le roi Léon,
– JF, roi Léon mondialement reconnu 😉
– Eric, festayre non moins célèbre, spécialiste du dodo à la fontaine,
– Carine, capitaine Flam des fêtes en mission spéciale,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Jouer à Viva Pamplona ! ne pouvait s’imaginer sans mes compères des fêtes basques, j’ai nommé les illustres JF, Eric, Jo et autre Carine, tous amateurs de sangria, Jacqueline et autre Kalimuxo, histoire de se mettre à l’aise…
J’ai d’ailleurs préparé pour cette occasion, un petit litre de sangria bien fraîche et un autre de Jacqueline maison, moitié vin blanc, moitié limonade, quelques traits de grenadine, pour les incultes !

Les règles s’exposent dans la confusion,
tant chacun a hâte de courir dans les rues de Pampelune, en cette belle
soirée d’octobre, ce qui est une alternative sympa à l’attente
longue et évidente des prochaines fêtes de l’été
2003.

Chacun choisit sa couleur de prédilection : jaune pour JF, rouge
pour Eric, violet pour Carine, vert pour Jérôme et blanc
(couleur officielle svp…) pour Ludo le gars.L’entame de la partie est un tantinet laborieux, le temps que chacun comprenne l’importance de grouper ses festayres, sous peine de les voir se faire bousculer et de perdre, ainsi, de précieux points de courage.
Le taureau n’en fait qu’à sa tête puisqu’il se lance dans
une chevauchée fantastique, avec 4 ou 5 cartes consécutives d’avancement, tandis que nous peinons à le suivre…


A la fin du premier tour de jeu, le taureau s’invite parmi les festayres…


La situation initiale du plateau, où l’on peut remarquer l’un des festayres jaunes du sieur JF en fâcheuse posture sous le taureau…
Merci le frérot pour la poésie !

La suite de la partie est plus débridée, avec de réelles difficultés pour votre serviteur à suivre le rythme imposé par Ttoro !
Très rapidement, les décomptes s’ensuivent et je suis
à la rue en quelques tours, avec un crédit de 10 points
de courage que j’ai dû solliciter…
JF et Eric, en grand amateur de sensations fortes, collent au plus près du taureau et les décomptes leur sont plutôt favorables.

Les tour s’enchaînent et nous approchons de la zone
des tomates, propice à un regroupement des festayres, qui glissent et qui re glissent sur ces satanés légumes…
JF se retrouve contraint de faire passer ses 3 pions en peu de temps et à commencer l’entrée dans l’arène avec Jérôme, alors que Ttoro en est encore à bloquer avant les tomates…
A ce moment précis, nous pensons que JF est en train de perdre la partie, au profit d’Eric qui résiste mieux en retrait.


Eric se sert dans la réserve de points de courage de Jérôme…

Satané taureau ! Ultra rapide au départ, complètement
arrêté en milieu de partie, et sprint final !
Comment voulez-vous, avec ça, que votre serviteur s’en sorte ???


Jérôme s’apprête à déplacer ses festayres,
sous l’oeil plus que disjoncté du gars Eric…

La fin de partie est conforme à l’ensemble
de celle-ci : Jérôme et moi sommes parfaitement largués,
Carine est en embuscade, JF et Eric caracolent en tête.
Le taureau, guère coopératif, pénètre dans
l’arène en 2 tours, une fois les tomates franchies, ce qui favorise
clairement les festayres l’ayant rejoint rapidement.

Cliquez pour agrandir !
La configuration finale du plateau : parmi les 4 festayres non présents dans l’arène, on en retrouve 2 à votre serviteur, 1 à Carine et 1 à Jérôme…

Décompte final
Eric gagne cette partie de découverte de Viva Pamplona ! avec un total de 48 points de courage, suivi de JF avec 33 points, de Carine avec 27 points, de Jérôme avec 12 points et de Ludo le gars, qui se cache avec ses 7 tous petits points… Le détail est le suivant :

Points de courage acquis dans le jeu
Points remportés par la position dans l’arène
Total en points de courage
Jérôme
6
1 + 5
12
Eric
31
3 + 6 + 8
48
Carine
13
6 + 8
27
Ludo le gars
0
7
7
JF
19
2 + 4 + 8
33

Débriefing
Jeu très plaisant, pas prise de tête et convivial, Viva Pamplona ! a remporté un grand succès ce soir.
Pour un peu, on se serait cru dans une rue basque en train de courir aveuglément en compagnie de milliers d’autres festayres, et d’un taureau déchainé.

Au niveau des mécanismes, les bousculades autorisées en cas de surnombre sont très bien dosées : un peu à la façon du backgammon, vous devez répartir vos deux dés sur vos coureurs en tentant de les grouper, ce qui favorise les bousculades et rapporte donc des points de courage glanés chez vos concurrents…
L’entrée dans l’arène est également un grand moment de prise de risque, puisque chacun est tenté d’attendre le dernier moment pour y pénétrer, au risque d’arriver trop tard… En fait, au vu de cette partie, il semble qu’il vaille mieux récupérer quelques points en y entrant de toute manière, plutôt que de temporiser et de ne récupérer que des miettes.

Très sympa.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


− six = 1