[25/10/2003] Carcassonne Die Burg

Participants
– Lolive, dont l’attention soutenue qu’il a accordée à un démonstrateur allemand nous a permis de tester cette médiatique nouveauté,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
L’un des jeux les plus attendus lors de ce salon d’Essen, version 2003, est sans conteste la nouvelle mouture de Carcassonne, après 2 extensions publiées, sans compter la rivière, et la version préhistorique du jeu en 2002. Cette attente est d’autant plus forte que
le célébrissime Reiner Knizia s’est collé à la conception du jeu. Que peut-il inventer de plus que ce qu’il existe déjà dans les versions précédentes ? Une partie de test, réalisée
sur le salon, devrait nous permettre d’y voir un peu plus clair sur ce point et jauger la valeur de ce Carcassonne new-look réservé aux configurations à 2 joueurs.
Lolive jouera avec les pions beiges et votre serviteur les noirs.


Le grand Knizia en train de me remettre mon exemplaire dédicacé
par ses soins…


Ce qui est excellent à Essen, c’est cette multipilication des
jeux : 2 parties en cours du même jeu sur la même table !
Ici, Lolive tente de placer astucieusement une tuile, mais ce n’est pas
toujours évident, surtout que l’on se sent à l’étroit
dans ce cadre…


Mon palais noir est constitué de 4 tuiles et un pion en forme
de bâtisse pointu le représente. En embuscade, en bas, l’un
de mes pions placés sur une dépendance rouge peut espérer
en augmenter encore la valeur…


Les jetons marqués d’un « C » sont bénéfiques
au joueur dont le pion de la piste de score s’arrête sur l’une
ou l’autre des 2 cases (exemple : cases 16 et 17)…


La partie avance mais Lolive ne décolle
pas vraiment au score…


La configuration finale du jeu : une cour centrale
de 9 cases vides qui me rapporte 9 points, ainsi qu’une multitude de
jetons « C » en bas à gauche qui constituent mon stock
fort pertinent pour améliorer encore mon résultat (comptage
des routes, dépendances et remparts non terminés notamment)…

Décompte final
Je remporte cette partie avec un total de 135 points (104 avant ajustements finaux) devant Lolive avec 47 points (38 avant ajustements finaux).

Débriefing
Carcassonne Die Burg est un très bon jeu de placement, pour deux joueurs, où il faut sans cesse se montrer opportuniste, peut-être même encore plus que dans la boîte originelle. En même temps, il nous a semblé que le jeu était somme toute assez hasardeux et peu interactif sur le plan du vol de majorité. En revanche, le système d’obtention de jetons sur la piste de scores marche à merveille et je pense que celui qui s’en sert bien doit aller vers la victoire : plus je suis devant, plus je peux me permettre d’être calculateur pour tomber sur les bonnes cases et plus j’ai de jetons pour marquer encore plus de points.
Ajoutons que le jeu est agréable à pratiquer : un matériel très esthétique, pas mal de possibilités de placement (notamment en raison de contraintes moindres), et une subtilité non négligeable avec la conception de son propre palais. Mais attention : la cour intérieure
peut sembler un peu gadget, surtout que le joueur qui n’en bénéficiera pas va tout faire pour fractionner les espaces vides.
Globalement le jeu est très bon, même si certains, dont Lolive, trouveront que la multiplicité des versions de Carcassonne a tendance à déprécier le jeu. En ce qui me concerne, je pense plutôt que cette variété des techniques apportent un plus. Je vois donc
Carcassonne Die Burg plus comme une variation sur un thème que comme une suite pure et dure.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


− 7 = un