[25/11/2004] In 80 Tagen um die Welt

Participants
– Romain, joueur gris, qui avait envie de faire le tour du monde et de voir si les trains de ce jeu sont plus à l’heure que ceux de la SNCF… 😉
– Patrick, joueur rouge, toujours ouvert à la découverte de nouveaux jeux,

– Ludo le gars, joueur vert, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Bien que le déballage de la grosse boîte Kosmos m’ait franchement déçu, avec tout le trop plein de vide dedans 😉 il me tardait d’essayer ce jeu tant le thème m’accrochait et le mécanisme de course me plaît en général.
J’explique donc à Romain et Patrick
comment se déroulera la partie, et là, c’est le drame… en effet, ayant oublié la traduction française des cartes événements à la maison, il m’était impossible de décrire les actions de chacun d’entre elles et il allait être bien difficile pour Romain et Patrick de s’en souvenir pour la partie… Aussitôt dit, aussitôt fait, un petit aller-retour à la maison, et la partie débute avec une quinzaine de minutes de retard.


La mise en place a eu lieu, avec nos 3 aventuriers placés sur
le Reform Club de Londres, et le détective noir positionné
à Brindisi…


Le détective a été placé à Suez,
alors que Patrick et Romain se trouvent sur Brindisi et que je modère
mon allure en restant sagement à Paris…


Premier coup de chance : alors que Romain s’est défaussé
d’un éléphant (preuve qu’il en a un autre en main) et que
Patrick vient de jouer le sien pour relier Calcutta (preuve qu’il n’y
en a plus dans la pioche car seuls 3 y figurent), je tire la carte Princesse
qui me permet d’appliquer l’effet de la dernière carte jouée
! Et comme je possède moult pièces, le dé que j’utilise
pour me déplacer via l’éléphant m’est plutôt
favorable…


Romain m’a placé le détective sur San Francisco, pensant
que je n’avais pas anticipé le mouvement suivant (j’ai dépensé
4 cartes, dont une paire et deux autres de faible valeur lors des 2 derniers
tours). Erreur Mr Romain et cela va se retourner contre vous…


Une vue de la situation finale, après que Patrick a été
éliminé pour non ralliement de la ville de Londres…


Le premier déplacement de pion est l’oeuvre de Patrick, qui
rallie Paris en dépensant une carte Navire et une carte Train,
et qui s’adjuge le premier jeton placé à gauche de la case
(le second récompensera le dernier joueur à se rendre à
Paris, ce qui n’incite pas à courir)…


Une vue globale de la situation, alors que nos 3 pions se trouvent
sur la même case, Suez, mais que nos marqueurs de jours diffèrent
quelque peu : j’ai mis 10 jours pour en arriver là, Patrick 16
et Romain 18. Je ne sais pas si cette avance sera maîtrisable mais
en tout cas je vais m’efforcer de la maintenir…


Le regroupement de nos pions à Calcutta permet de se faire une
idée de nos positions : toujours une avance de 6 jours en ce qui
me concerne sur le second, Romain à présent. Notez qu’à
ce moment du jeu, je suis très serein sur la suite, avec une paire
constituée de trains de valeur 3, que je vais utiliser le tour
suivant, et une autre de navires de valeur 6, que je conserve pour relier
Yokahoma-San Francisco, un peu plus tard (je rappelle qu’une paire permet
de ne compter qu’une carte pour les jours passés à voyager)…


Ca y est, j’ai rallié la ville de Londres, au prix d’un final
très rapide, avec un second coup de chance, le tirage de la carte
qui permet d’enregistrer 10 jours quelles que soient les valeurs des cartes
jouées (et comme la dernière escale requiert 3 cartes, ça
va pas mal)…

Décompte final
Durée de la partie : 1 heure et 15 minutes – Mise en place du jeu : 10 minutes – Explication des règles : 10 minutes
Ludo le gars remporte cette partie avec un total de 61 jours de voyage, devant
Romain avec 67 jours (59 lorsque je suis arrivé) et Patrick qui n’est
pas arrivé (43 quand je suis arrivé, 54 quand Romain a conclu).

Débriefing
Très simple, ce petit jeu nous a plu, et, en ce qui me concerne, je peux même dire qu’il m’a bien bien plu. Il est malin, esthétique, le thème est bien rendu, les coups tactiques sont légions, on peut essayer de prendre ce que untel voulait… Bref, c’est vraiment un p’tit jeu de course qui tourne.Il me fait penser à Marco Polo, par exemple, ou Viva Pamplona (dans l’idée de courir juste assez vite mais pas trop) et à tous les autres jeux de ce type, mais je dois dire qu’il est peut-être bien celui qui me plaît le plus… En effet, avec l’élimination du joueur en queue de peloton et le système vicieux de récompenses,
on a affaire à un jeu où il faut tantôt aller vite, tantôt attendre pour refaire sa main de cartes, tenter jouer contre quelqu’un et ça marche vraiment bien. En plus, le jeu est particulièrement fluide, ce qui est bien agréable et on peut y jouer avec tout type de public.
Une réussite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


− 2 = trois