[26/04/2008] Shanghaien

La seconde nouveauté d’Abacus, après Aquaretto ces derniers jours, est le jeu à deux : Shanghaien. Un pur jeu d’attaque/défense pour acquérir des cartes disposées entre les joueurs, à la Schotten Totten ou encore Cité perdues. Pas trop notre tasse de thé avec ma dame, mais bon on le découvre avec plaisir, pour voir…

SHANGHAIEN :


Dans ce jeu curieux, il va nous falloir recruter un équipage : « le shanghaiage ». Sous ce nom barbare se cache une lutte de pouvoir entre les deux joueurs, lesquels vont placer un
certain nombre de dés en face de tel ou tel candidat, et à tour de rôle…

J’ai commencé par placer mon dé bleu de valeur 6 en face d’une carte spéciale en considérant que cette carte était la 6ème de la rangée, puis Julie a placé un 3 rouge en face
de la troisième carte (un candidat bleu foncé)…

J’arrête la première manche en m’écriant « Shanghai ! » après que nous avons placé 2 dés chacun. La 1ère carte (un matelot gris) et la 6ème me reviendront, alors que Julie va
encaisser la 3ème et la 5ème (deux matelots bleu foncé)…

Seconde manche, entamée cette fois par Julie. Elle annoncera la fin de manche, contrainte et forcée puisqu’il ne lui reste plus qu’un seul dé. L’affectation des cartes est plus
complexe, car en cas d’égalité du nombre de dés sur une carte, ce sont les dés adjacents qui départagent en fonction de leur total de valeurs…

Petite vue rapprochée alors que nous terminons la 3ème manche. Je mise pas mal sur les cartes spéciales, convaincu que leur utilisation (du type : rejeter les 2 dés, augmenter ou
réduire de 1 une valeur, …) peut être fondamentale pour la suite de la partie…

Grande vue générale permettant d’apprécier les équipages enrôlés par l’un et l’autre. On notera que Julie a plus de matelots que moi mais je dois vous dire que le score n’est pas
aussi simple que cela à calculer : on marque d’autant plus de points que, soit on a le monopole d’une couleur, soit on mène d’un petit écart sur l’autre. Autrement dit, rien ne
serte mener 8 à 1 sur une couleur, mieux vaut mener 9 à 0 ou encore 5 à 4…

Fin du deuxième tour de jeu : nous soLa partie s’est bien décantée à présent et on est souvent confronté au dilemme d’arrêter la manche très tôt, quand on est le 1er joueur, afin de
profiter de 2 cartes (souvent) bien choisies. Mais, souvent également, on continue parce que c’est plus fort que soi…

La partie approche de son terme et je ne vois pas très bien comment empêcher Julie de l’emporter, en dépit d’une belle longe orange de mon côté. Elle a notamment pris trop d’avance
dans les bleu clair et je ne pourrai pas la contrer dessus…

Et voici l’ultime attribution de cartes alors que Julie n’a pas su arrêter la partie juste un tour plus tôt (elle avait gagné mais elle a fait preuve de gourmandise, me laissant
ainsi récupérer des cartes inespérées)…

La zone de Julie une fois la partie terminée : 11 énormes points dans les bleu clair, ainsi que 4 dans les jaunes, mais ce sera bien tout…

Ma zone en fin de partie : des points partout, finalement, sauf sur les jaune (ma carte 4 rapportera donc 4 points à ma dame, mais il faut bien partager un peu ;-)…

Les deux capitaines se serrent la main, peut-être pour se dire qu’au moins ils serviront à produire une belle photo ! En effet, leur utilisation est absolument nulle dans le
jeu. Incroyable…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le principe de majorité assez vicieux qui offre des chambardements en deux jets de dés,
– Le système de décopte des points : ses points si on a le monopole, sinon les points de son adversaire !
– Le côté incisif de la partie et l’envie de dire « Shanghaien » très tôt dans la manche mais sans parvenir à le faire quand on devrait..

On a moins aimé
– Le côté quand même trop léger du jeu pour convenir à nous deux,
– La place du hasard trop forte sur la fin : en un jet de dés de trop de la part de Julie, elle est passée d’une victoire confortable à une défaite cinglante !

Scores de la partie :

Julie (rouge) : 15 (11+4)
Ludo le gars (bleu) : 18 (3+4+3+3+1+3+1)

Note du jeu (sur cette partie) : 11 / 20

Durée de la partie : 30 minutes

———————————————————————————————————————————————–

Une réponse à “[26/04/2008] Shanghaien”

  1. en fait les 2 capitaines ne sont pas totalement inutiles, ils servent à signifier que le joueur a déjà joué une carte triche dans le tour…tu joues une carte et pu poses ton capitaine dans ta rangée…sur un tout long ça peut servir de rappel…ou alors si un des deux joueurs à une alzheimer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


huit − 3 =