[26/05/2002] Manhattan

Participants
– Sophie, qui du haut de ses 12 ans surplombe les tours de Manhattan,
– Elise, motivée en architecture urbaine,
– Gaël, qui ne rechigne jamais à s’autoriser une partie d’un jeu, et qui plus est nouveau,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
J’explique les règles en 10 minutes, avec la variante imposant de se placer dans maximum 3 villes lors de la première manche, et en ajoutant une ville disponible à chaque manche future.
Sophie prend les blocs bleus clairs, Elise les bleu foncé, Gaël les noirs et moi-même les orange.

La toute première étape à laquelle est confrontée Elise, est le choix des 6 blocs qu’elle placera durant sa phase. Ce n’est pas facile quand on débute, et Gaël, le joueur suivant, le soulignera haut et fort, tout en décidant d’opter pour des blocs de haute taille. Sophie prend un panachage de blocs, et Ludo le gars commence par 5 petits blocs de 1 étage et un seul de 2 étages. Gaël ne peut s’empêcher de réagir comme quoi cela doit être une clé du succès. Je n’en sais rien, bougre d’âne, ce n’est que ma troisième partie à ce jeu !

La première manche nous voit nous implanter de manière significative dans la ville de Sao Paulo, et les scores intermédiaires révèlent un tir groupé, excepté Elise qui ne récolte qu’un tout petit point… Elle se rattrapera par la suite.

La deuxième manche nous permet d’ouvrir une quatrième ville, mais c’est encore et toujours Sao Paulo qui recueille le plus grand nombre de blocs.
Résultat : 2 tours impressionnantes y sont construites.

Lors de la troisième manche, Sophie se fait un point d’honneur à se placer sur les blocs de son frère qui va bientôt finir par s’emporter… Cette manche s’achève sur un resserrement général des scores, Elise se trouvant maintenant en tête avec 2 points d’avance sur le second.

La quatrième et dernière manche me permet de placer mes plus grands blocs que j’avais jalousement économisé jusqu’alors. Gaël marquera les points d’une ville avec un seul et misérable bloc de 1 étage…. Mais nous avions tous mieux à faire.
Je me trouve confronté à un problème draconien lors de la pose de mon dernier bloc, sachant que je suis le premier joueur : soit je consolide définitivement ma majorité dans Sao Paulo, soit j’égalise la majorité de Gaël dans une autre ville au risque que l’un des joueurs me brise la majorité de Sao Paulo… Difficile, difficile….
Finalement, j’opte pour la consolidation dans Sao Paulo, choix qui n’est à priori pas le plus logique. J’ai bien fait, puisque Gaël avait effectivement prévu de briser ma majorité ici-même ! De son côté, Elise le contraindra à renforcer sa haute tour en jouant un bloc à
son sommet.

Décompte final
Je remporte la partie avec un total de 32 points, suivi de Gaël et Elise avec un total de 30 points et de Sophie avec un total de 24 points. Notons que la tour la plus haute comporte pas moins de 31 étages !

Débriefing
Ce jeu a séduit les joueurs de ce soir, et tout particulièrement Gaël qui devrait en faire l’acquisition dans peu de temps.

Au niveau des enseignements de ce jeu, deux constatations me frappent l’esprit :
– Le resserrement général des scores me fait dire que si les joueurs se focalisent toujours sur celui qui est en tête (en recouvrant systématiquement ses blocs), ce dernier ne pourra pas gagner et sera doublé par le joueur qui aura le mieux bénéficié de ces recouvrements successifs. A la manche suivante, ce dernier sera à son tour la cible des adversaires et il sera doublé à nouveau, etc, … Donc, il me semble que Manhattan puisse être vu comme un jeu, certes avec un hasard minime, mais dont le comportement des joueurs désigne un vainqueur presque par défaut, ou, tout au moins, celui qui se sera fait oublier tout au long du jeu, pour mieux surgir en fin de quatrième manche.
– L’éparpillement de ses blocs conduit à une plus grande facilité de majorité dans les villes, mais finira par un recouvrement inéluctable de la majorité d’entre eux, avant la troisième ou quatrième manche. Et donc, cela se traduira difficilement par une victoire. Peut-être faut-il réserver cet éparpillement à la fin de partie, lorsque 5 ou 6 villes sont accessibles et que, de ce fait, plus de choix s’offrent aux joueurs.

Pour finir, je dirais que ce jeu est excellent pour s’occuper ludiquement sans se prendre la tête, et c’est bien là son rôle, ne lui demandons pas beaucoup plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ 5 = treize