[26/07/2017] Les Aventuriers du Rail – USA, L’Oracle de Delphes

Il est des parties quasi-mythiques, jouées dans des contextes rares et avec des personnes qui ne le sont pas moins. La première partie jouée ce jour est clairement dans cette veine. En effet, nous allons pratiquer Les Aventuriers du Rail – USA en compagnie des trois frères barbus et, surtout, de leur mère. Il faut savoir que, dans leur maison de famille où ils passent régulièrement leurs vacances l’été, ils jouent à ce jeu de manière quasi-quotidienne depuis plusieurs années. Cela faisait longtemps que je leur avais proposé de venir m’immiscer dans leur groupe afin d’immortaliser, au moins une fois, l’un de ces moments rares et précieux. C’est donc à présent chose faite et cela permettra de garder une trace pour toutes les années à venir…
Ensuite, juste entre barbus, nous découvrons L’Oracle de Delphes, l’une des grosses sorties récentes de Stefan Feld, bien attirante, même si le chaos semble avoir une bonne part pour lui dans ce jeu…

LES AVENTURIERS DU RAIL – USA

LA PARTIE. Avec leur mère...
LA PARTIE. Avec leur mère…
Voici les deux objectifs que j'ai gardés en début de partie... Pas très lucratifs, certes, mais complémentaires et réalistes, surtout à 5...
Voici les deux objectifs que j’ai gardés en début de partie… Pas très lucratifs, certes, mais complémentaires et réalistes, surtout à 5…
Ca fight dès l'entame !!!
Ca fight dès l’entame !!!
Belle tablée, en pleine campagne, avec des gens de bonne compagnie : François à ma gauche, Pierre en face, Jacques à ses côtés, puis leur mère, Marie-Thérèse, à ma droite...
Belle tablée, en pleine campagne, avec des gens de bonne compagnie : François à ma gauche, Pierre en face, Jacques à ses côtés, puis leur mère, Marie-Thérèse, à ma droite…
Jacques lui a souvent rappelé qu'il devait jouer avant elle, mais là non ! Maire-Thérèse joue deux cartes au bon moment pour placer deux wagons...
Jacques lui a souvent rappelé qu’il devait jouer avant elle, mais là non ! Maire-Thérèse joue deux cartes au bon moment pour placer deux wagons…
Ce tronçon de 6 wagons bleus (mais ils auraient pu être de n'importe quelle couleur) me permet de pratiquement remplir mes deux premiers objectifs...
Ce tronçon de 6 wagons bleus (mais ils auraient pu être de n’importe quelle couleur) me permet de pratiquement remplir mes deux premiers objectifs…
Petite vue de la situation globale du plateau...
Petite vue de la situation globale du plateau…
François, un poil en avance sur ses wagons posés, semble relier ici deux morceaux intéressants pour lui... Va-t-il nous mettre minables ?
François, un poil en avance sur ses wagons posés, semble relier ici deux morceaux intéressants pour lui… Va-t-il nous mettre minables ?
Aïe aïe aïe... François vient de se retrouver à seulement deux wagons et il déclenche la fin de partie ! Du coup, mon dernier coup vise seulement à optimiser mes gains en PV alors que j'escomptais beaucoup mieux si j'avais réussi à relier mes deux zones et à terminer mon dernier objectif...
Aïe aïe aïe… François vient de se retrouver à seulement deux wagons et il déclenche la fin de partie ! Du coup, mon dernier coup vise seulement à optimiser mes gains en PV alors que j’escomptais beaucoup mieux si j’avais réussi à relier mes deux zones et à terminer mon dernier objectif…
Et voici donc la configuration finale...
Et voici donc la configuration finale…

Durée de la partie : 50 minutes – Note de cette partie : 17 / 20

Scores de la partie :

Piste de score Objectifs Plus grande ligne Total
François (noir) 80 20+21+22 10 153
Pierre (rouge) 55 11+9+12+6-9 0 84
Jacques (jaune) 59 11+9-13-4 0 62
Marie-Thérèse (bleu) 57 20+10+7+13+5 0 112
Ludo le gars (vert) 58 7+11+17-8 0 85

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le contexte de cette partie, entre tendresse mère – enfants et bonnes blagues de barbus !
– La simplicité de la règle de cette version du jeu, la première et probablement qu’elle se suffit à elle-même,
– Les chevalets maisons, conçus par Jacques je crois, et qui aident bien à visualiser ses cartes.

On a moins aimé
– La non pioche de grosses cartes d’objectifs ce qui est rédhibitoire pour espérer l’emporter (au contraire des 3 que François a eu la chance de piocher dès l’entame).

————————————————————————————————————

L’ORACLE DE DELPHES

L'Oracle de Delphes est un jeu typiquement feldien, avec ses objectifs qu'on atteint en combotant comme des fous, mais il dénote un peu dans la production de cet auteur car on a affaire, là, à un vrai jeu de course (être le premier à avoir réussi ses 12 épreuves) qui plus est empreint d'un hasard non négligeable et assumé (résolution de combat à l'aide d'un dé à 10 faces, lutte contre le titan avec un dé à 6 faces)...
L’Oracle de Delphes est un jeu typiquement feldien, avec ses objectifs qu’on atteint en combotant comme des fous, mais il dénote un peu dans la production de cet auteur car on a affaire, là, à un vrai jeu de course (être le premier à avoir réussi ses 12 épreuves) qui plus est empreint d’un hasard non négligeable et assumé (résolution de combat à l’aide d’un dé à 10 faces, lutte contre le titan avec un dé à 6 faces)…
La mise en place du jeu est vraiment fastidieuse, avec de très nombreuses tuiles à assembler, des pions à placer un partout en suivant un process très précis, ... Il y a tellement de couleurs qu'on est désemparé au moment de lire correctement le plateau. Pour info, nos quatre bateaux sont auprès de Zeus, le jaune pour François, le rouge pour Pierre, le vert pour Jacques et le bleu pour moi. Il y a plein de cubes aux mêmes couleurs, de même que des statues, des temples ou des cases de mer, ce qui est clairement une faute de goût parce que, pour repérer son bateau et celui des autres, au fur et à mesure de la partie, c'est clairement la galère...
La mise en place du jeu est vraiment fastidieuse, avec de très nombreuses tuiles à assembler, des pions à placer un partout en suivant un process très précis, … Il y a tellement de couleurs qu’on est désemparé au moment de lire correctement le plateau. Pour info, nos quatre bateaux sont auprès de Zeus, le jaune pour François, le rouge pour Pierre, le vert pour Jacques et le bleu pour moi. Il y a plein de cubes aux mêmes couleurs, de même que des statues, des temples ou des cases de mer, ce qui est clairement une faute de goût parce que, pour repérer son bateau et celui des autres, au fur et à mesure de la partie, c’est clairement la galère…
Chaque joueur dispose d'un plateau individuel sur lequel il stocke des trois dés d'oracle sur la face obtenue après les avoir lancés (j'ai deux fois la face rouge et une fois la verte au départ). Les jets de dés peuvent être modifiés moyennant l'utilisation de tuiles faveurs (j'en ai trois tout en haut). Au-dessus du plateau, on voit les 12 épreuves que l'on va tenter de réaliser : les trois premières consistent en la construction de sanctuaires blancs sur des cases îles qui sont face cachée, les trois suivantes sont des statues que l'on doit construire sur les socles de la bonne couleur, les trois suivantes sont des offrandes (cubes colorés) que l'on doit apporter aux temples des mêmes couleurs et, enfin, les trois dernières sont les trois monstres qu'on doit vaincre. En-dessous des dés, on voit que mon bouclier (= ma force de combat) est pour l'instant de 0. A droite, les nuages des Dieux vont progressivement être gravis jusqu'à ce que les jetons arrivent en haut et génèrent une action bonus. Enfin, le bateau à droite indique que j'ai deux espaces de stockage dans la cave et que mon pouvoir spécial est de ne pas payer une tuile de faveur pour changer le tirage des dés.
Chaque joueur dispose d’un plateau individuel sur lequel il stocke des trois dés d’oracle sur la face obtenue après les avoir lancés (j’ai deux fois la face rouge et une fois la verte au départ). Les jets de dés peuvent être modifiés moyennant l’utilisation de tuiles faveurs (j’en ai trois tout en haut). Au-dessus du plateau, on voit les 12 épreuves que l’on va tenter de réaliser : les trois premières consistent en la construction de sanctuaires blancs sur des cases îles qui sont face cachée, les trois suivantes sont des statues que l’on doit construire sur les socles de la bonne couleur, les trois suivantes sont des offrandes (cubes colorés) que l’on doit apporter aux temples des mêmes couleurs et, enfin, les trois dernières sont les trois monstres qu’on doit vaincre. En-dessous des dés, on voit que mon bouclier (= ma force de combat) est pour l’instant de 0. A droite, les nuages des Dieux vont progressivement être gravis jusqu’à ce que les jetons arrivent en haut et génèrent une action bonus. Enfin, le bateau à droite indique que j’ai deux espaces de stockage dans la cave et que mon pouvoir spécial est de ne pas payer une tuile de faveur pour changer le tirage des dés.
Au premier tour, où j'étais premier joueur, j'ai réussi à faire deux épreuves : un sanctuaire construit sur une île que je venais d'explorer et un monstre terrassé. La construction du sanctuaire m'a permis de faire avancer un Dieu d'une ligne, alors que le bonus lié au monstre consistait en la prise d'une carte d'équipement (j'ai opté pour celle de droite qui me permet de ne pas subir les blessures à moins de 4 cartes identiques ou 8 en tout, au lieu de 3 et 6 respectivement pour les autres joueurs). En fin de tour, j'ai relancé mes trois dés, ai annoncé leur couleur aux autres car s'ils ont des Dieux déjà avancés dans l'une d'elle, ils peuvent en faire progresser un d'une ligne dans les nuages.
Au premier tour, où j’étais premier joueur, j’ai réussi à faire deux épreuves : un sanctuaire construit sur une île que je venais d’explorer et un monstre terrassé. La construction du sanctuaire m’a permis de faire avancer un Dieu d’une ligne, alors que le bonus lié au monstre consistait en la prise d’une carte d’équipement (j’ai opté pour celle de droite qui me permet de ne pas subir les blessures à moins de 4 cartes identiques ou 8 en tout, au lieu de 3 et 6 respectivement pour les autres joueurs). En fin de tour, j’ai relancé mes trois dés, ai annoncé leur couleur aux autres car s’ils ont des Dieux déjà avancés dans l’une d’elle, ils peuvent en faire progresser un d’une ligne dans les nuages.
Belle partie mais la lecture du plateau requiert quand même un sacré effort mental et ce n'est pas très agréable...
Belle partie mais la lecture du plateau requiert quand même un sacré effort mental et ce n’est pas très agréable…
En fin de premier tour de table, après que chaque joueur a joué un tour. A noter qu'en temps que dernier joueur, Jacques a dû lancer le dé du titan, lequel nous fait prendre une carte de blessure si son résultat est strictement plus élevé que la valeur de notre bouclier, et même deux si un 6 est obtenu !
En fin de premier tour de table, après que chaque joueur a joué un tour. A noter qu’en temps que dernier joueur, Jacques a dû lancer le dé du titan, lequel nous fait prendre une carte de blessure si son résultat est strictement plus élevé que la valeur de notre bouclier, et même deux si un 6 est obtenu !
Je ne vais pas relater en détails les effets des diverses actions que l'on peut réaliser, elles sont parfaitement logiques et classiques, du genre déplacer son bateau, explorer une île, combattre un monstre, ...
Je ne vais pas relater en détails les effets des diverses actions que l’on peut réaliser, elles sont parfaitement logiques et classiques, du genre déplacer son bateau, explorer une île, combattre un monstre, …
A ce moment de la partie, j'ai réussi trois épreuves sur douze et je commence à me dire que l'on n'est pas près d'en avoir terminé... Sur la gauche, on voit que mes 3 cartes de blessures jaunes ne m'affectent pas, grâce à ma carte d'équipement de droite, et ça, c'est cool !
A ce moment de la partie, j’ai réussi trois épreuves sur douze et je commence à me dire que l’on n’est pas près d’en avoir terminé… Sur la gauche, on voit que mes 3 cartes de blessures jaunes ne m’affectent pas, grâce à ma carte d’équipement de droite, et ça, c’est cool !
Nous nous disons que Jacques a trouvé un super filon pour ne jamais être à court de cartes oracle (offrant une action supplémentaire maximum par tour) et de tuiles de faveurs, tout en faisant progresser ses Dieux rose, bleu et vert de manière très régulière. Ces cartes d'équipement nous paraissent vraiment très puissantes et nous ne mettons pas trop longtemps à trancher un point de règle : c'est la couleur originale du dé qui compte, pas l'éventuelle nouvelle couleur qu'on obtient en payant une faveur (sinon, ce serait une martingale inarrêtable puisqu'il récupérerait une tuile de faveur derrière).
Nous nous disons que Jacques a trouvé un super filon pour ne jamais être à court de cartes oracle (offrant une action supplémentaire maximum par tour) et de tuiles de faveurs, tout en faisant progresser ses Dieux rose, bleu et vert de manière très régulière. Ces cartes d’équipement nous paraissent vraiment très puissantes et nous ne mettons pas trop longtemps à trancher un point de règle : c’est la couleur originale du dé qui compte, pas l’éventuelle nouvelle couleur qu’on obtient en payant une faveur (sinon, ce serait une martingale inarrêtable puisqu’il récupérerait une tuile de faveur derrière).
Au final, malgré ses fameuses cartes d'équipement que nous trouvons vraiment fortes, Jacques n'est pas du tout le plus en avance... Ce sont Pierre et François qui semblent les mieux placés, sachant qu'en ce qui me concerne, j'ai tendance à mal maîtriser mon milieu de partie, après un bon début.
Au final, malgré ses fameuses cartes d’équipement que nous trouvons vraiment fortes, Jacques n’est pas du tout le plus en avance… Ce sont Pierre et François qui semblent les mieux placés, sachant qu’en ce qui me concerne, j’ai tendance à mal maîtriser mon milieu de partie, après un bon début.
J'aime bien enrôler des compagnons : j'ai pris un personnage vert et un autre jaune, lesquels me permettent de ne plus être affectés par les cartes de blessure jaunes. Toujours ça de pris !
J’aime bien enrôler des compagnons : j’ai pris un personnage vert et un autre jaune, lesquels me permettent de ne plus être affectés par les cartes de blessure jaunes. Toujours ça de pris !
Le jeu souffre d'un autre défaut à mes yeux : on joue trop dans son coin, à son tour, et il est vraiment difficile de savoir exactement ce que les adversaires peuvent faire à leur tour et s'ils sont près, ou non, de l'atteinte d'un objectif. Dommage.
Le jeu souffre d’un autre défaut à mes yeux : on joue trop dans son coin, à son tour, et il est vraiment difficile de savoir exactement ce que les adversaires peuvent faire à leur tour et s’ils sont près, ou non, de l’atteinte d’un objectif. Dommage.
Alors que j'avais ralenti ma progression, au final je me retrouve assez bien placé avec plus que 4 épreuves à réaliser. Mais Pierre et François n'en ont plus que 2 chacun...
Alors que j’avais ralenti ma progression, au final je me retrouve assez bien placé avec plus que 4 épreuves à réaliser. Mais Pierre et François n’en ont plus que 2 chacun…
Une épreuve à faire pour François, en bas, contre deux pour Pierre, en haut. Par contre, les blessures leur jouent des tours, en les obligeant à ne rien faire (tours de récupération), paramètre que je n'ai pratiquement pas besoin de prendre en compte...
Une épreuve à faire pour François, en bas, contre deux pour Pierre, en haut. Par contre, les blessures leur jouent des tours, en les obligeant à ne rien faire (tours de récupération), paramètre que je n’ai pratiquement pas besoin de prendre en compte…
Aussi incroyable que cela puisse paraître, je parviens le premier à terminer mes 12 épreuves et à retourner près de Zeus ! Il m'a fallu un bon bout de temps de réflexion, lors de mon dernier tour, pour gagner une action, absolument nécessaire pour clore la partie. Je m'en suis sorti en utilisant le pouvoir du Dieu bleu, lequel permet de se téléporter où je le souhaite, puis de prendre une carte d'équipement qui m'a permis de faire monter un Dieu tout en haut, donc à nouveau le bleu, pour finalement qu'il me re-téléporte au pied de Zeus. Un truc de fou...
Aussi incroyable que cela puisse paraître, je parviens le premier à terminer mes 12 épreuves et à retourner près de Zeus ! Il m’a fallu un bon bout de temps de réflexion, lors de mon dernier tour, pour gagner une action, absolument nécessaire pour clore la partie. Je m’en suis sorti en utilisant le pouvoir du Dieu bleu, lequel permet de se téléporter où je le souhaite, puis de prendre une carte d’équipement qui m’a permis de faire monter un Dieu tout en haut, donc à nouveau le bleu, pour finalement qu’il me re-téléporte au pied de Zeus. Un truc de fou…
En bas à droite, ma fameuse carte qui m'a sauvé la mise ! Mais, je n'ai pas pour autant gagné la partie, car mes trois adversaires ont encore un tour chacun et je sais que François et, probablement Pierre, vont y parvenir aussi. On devrait être départagé à l'égalité...
En bas à droite, ma fameuse carte qui m’a sauvé la mise ! Mais, je n’ai pas pour autant gagné la partie, car mes trois adversaires ont encore un tour chacun et je sais que François et, probablement Pierre, vont y parvenir aussi. On devrait être départagé à l’égalité…
La partie est cette fois terminée et seul François a réussi à terminer son dernier objectif en plus de moi, étant donné qu'il a privé Pierre du sien en construisant une statue à l'endroit où Pierre voulait le faire. Bien joué...
La partie est cette fois terminée et seul François a réussi à terminer son dernier objectif en plus de moi, étant donné qu’il a privé Pierre du sien en construisant une statue à l’endroit où Pierre voulait le faire. Bien joué…
Les éléments de notre vainqueur du jour, François, qui l'emporte parce qu'il a autant de cartes d'oracle que moi mais plus de tuiles de faveurs ! Ça fait couiner...
Les éléments de notre vainqueur du jour, François, qui l’emporte parce qu’il a autant de cartes d’oracle que moi mais plus de tuiles de faveurs ! Ça fait couiner…
Les éléments de Pierre...
Les éléments de Pierre…
Les éléments de Jacques...
Les éléments de Jacques…
Et les miens...
Et les miens…

Durée de la partie : 2 heures 30 minutes – Note de cette partie : 14 / 20

Scores de la partie :

Objectifs Cartes oracles Tuiles de faveurs Bilan
François (jaune) 12 2 7 Vainqueur
Pierre (rouge) 12 4 0 Troisième
Jacques (vert) 11 9 4 Quatrième
Ludo le gars (bleu) 12 2 4 Deuxième

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– L’aspect course qui rappelle pas mal l’esprit d’Istanbul,
– Les Dieux qui progressent sur les nuages et qui peuvent déclencher des effets,
– Les combos qu’on doit prévoir pour gagner ça et là une action ou deux…

On a moins aimé
– La place du hasard (titan, monstres, pioche des cartes de blessure),
– La lecture très très difficile du plateau, en raison surtout du fait que les couleurs des bateaux sont les mêmes que celles des éléments de jeu et ça fait mal à la tête,
– La durée de cette partie et le temps d’installation démesuré,
– Les scores dans un mouchoir de poche, alors que, par exemple, je n’estimais pas mériter de terminer si près de François…

————————————————————————————————————

2 commentaires à propos de “[26/07/2017] Les Aventuriers du Rail – USA, L’Oracle de Delphes”

  1. Une bien belle partie historique des aventuriers du rail, qui a fait plaisir à notre chère vielle maman (93 ans depuis le 4 Août, et toute sa tête!).

    Personellement je n’ai plutôt rapidement appris à lire le platea de Delphes, sans êtr plus géné que cela par les (nombreuses) couleurs et informations présentes. En revanche c’est clairement un jeu chaotique avec un facteur chance important, amis un thème fort. Chez Feld???!… Oui chez Feld. Un Eurotrah en somme… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


3 × = neuf