[27/03/2004] Finstere Flure

Participants
– Lolive, secrétaire de notre association qui suggère d’aller rendre visite à Furunkulus,
– Grégoire, l’un des deux petits-enfants du ludologue bien connu Alain Bideau,
– Alain Bideau, ludologue réputé qui nous a fait l’honneur de sa visite aujourd’hui,
– Augustin, son autre petit-enfant,
– Jérôme, trésorier des Ludophiles, assez motivé pour aller casser du monstre (ah bon, on fuit dans Finstere Flure ?),
– Ludo le gars, président de l’association et votre serviteur.

Déroulement de la partie
La journée d’aujourd’hui aux Ludophiles concerne les jeux en rapport avec les Frontières du Réel. N’ayant finalement qu’une seule partie au compteur, je suis assez d’accord avec Lolive lorsqu’il suggère que l’on fasse une partie de ce jeu, histoire de présenter une production récente de qualité à Alain Bideau, venu nous rendre une visite amicale ce jour. Du fait que nous sommes 6 à cette heure-là, il est vrai que Finstere Flure correspond parfaitement aux critères du moment.
Je me replonge dans la règle, tout en expliquant aux 5 autres participants la philosophie du jeu (fuir devant le gros monstre ignoble), puis après une vingtaine de minutes nous attaquons notre partie. Lolive jouera les 3 personnages noirs, Grégoire les beiges, Alain les violets, Augustin les verts, Jérôme les jaunes et votre serviteur les rouges.


Le début de partie est forcément brouillon, avec une
zone de départ extrêmement dense en personnages, alors que
notre monstre chéri se trouve encore à une distance fort
respectable…


Oulhalala… les choses sérieuses s’annoncent avec Furunkulus
qui s’approche très près des personnages des joueurs…


La partie semble proche de son terme, en raison de mes 2 pions rouges
quasi-sortis. Les 2 pions noirs de Lolive sont également menaçants.
Ce satané Lolive, encore lui, sacrifie l’un de ses pions noirs
afin que Furunkulus se dirige vers moi et qu’il avale l’un de mes 2 pions…


Une vue de la situation une fois la partie terminée, alors qu’Alain
Bideau disserte sur l’algorithme tout bête mais génial de
déplacement du monstre et qu’il s’interroge sur le rôle de
la cellule placée en haut à droite (nous y avons mis les
pions dévorés)…


Alain Bideau se prend clairement au jeu, qu’il estime excellent pour
tout-public et dont il va essayer de se procurer un exemplaire, lui
qui s’adonne très régulièrement à des séances
de vulgarisation du jeu de société…


Sur cette photo globale, on peut noter que je
possède 2 pions rouges à proximité de la sortie
du repaire, alors que Lolive fait potentiellement mieux avec ses 3 pions
noirs assez groupés en phase d’approche. On remarquera mon 3ème
pion rouge placé derrière le monstre, qui ne devrait pas,
selon mes calculs, me repérer et s’éloigner de cette zone.
Enfin, on est parfois surpris…


Hop, Furunkulus vient de terminer son festin
de Lolive et Ludo, à qui il ne reste plus que 2 pions chacun.
Au final, ce sont les pions jaunes de Jérôme les mieux
placés…

Décompte final
Durée de la partie : 60 minutes – Mise en place du
jeu : 10 minutes – Explication des règles : 20 minutes
Jérôme remporte cette partie en ayant réussi à faire
sortir 2 de ses pions, devant Augustin, Lolive et Ludo le gars avec 1 seul pion
sorti, et Grégoire et Alain sans aucun pion sorti
.

Débriefing
Cette partie fur éminemment sympathique, en raison de la présence
du passionné et bavard Alain Bideau et de ses petits-enfants, mais également
en raison du choix du jeu proposé avec pertinence par Lolive : Finstere
Flure. Ce jeu a séduit les joueurs présents, qui l’ont trouvé
très simple à pratiquer, mais aussi tactique pour tenter d’attirer
le monstre ici ou là. Du bonheur.

Au niveau des enseignements ludiques, nous avons remarqué un fait intéressant
: les pions « extrêmes » (1/6 et 2/5) arrivent plus facilement
à proximité de la sortie que les autres. Nous expliquons cette
particularité par leur grande amplitude de mouvement une fois sur deux,
alors que les autres pions (3/4) se déplacement tout le temps moyennement,
ce qui limite les possibilités de démarrage lors d’un danger proche.
On a, dans ce dernier cas, intérêt à avancer tout le temps
masqué.
D’autre part, il semble que plus le nombre de joueurs augmente, plus il soit
possible que quelques joueurs profitent de la situation pour courir vers la
sortie, alors que le monstre est occupé, ailleurs, vers le peloton. Sur
cette partie, si Lolive n’avait pas sacrifié l’un de ses pions, j’aurais
gagné en ayant joué la course, sans avoir été vraiment
gêné dans ma progression.

Un dernier mot : la rencontre avec Alain Bideau fut un vrai plaisir et l’association
des Ludophiles profitent de ce compte-rendu de partie pour le remercier de sa
chaleureuse visite. Continue Alain de faire vivre cette passion du jeu autour
de toi, avec autant de ferveur et de communication. Chapeau !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


7 + un =