[27/04/2006] Müll + Money

Tchernobyl : 26 avril 1986.
20 ans.

En guise de commémoration, nous voulions faire une partie de Müll + Money, le meilleur jeu allemand qui aborde le thème des dérapages liés à l’exagération industrielle lorsque les profits sont le seul objectif des capitalistes que nous sommes. Une partie superbe, ce soir, mais un gros mal-être quelque part…

MÜLL + MONEY :

La partie peut débuter : chacun a son pion usine placé dans la case 14 M$ / 5(00) ouvriers et les 4 premiers lots de cartes sont constitués. C’est déjà bien excitant comme jeu, ça revient doucement et c’est très agréable…
Allez hop, voici ma stratégie initiale : vendre le double de matières premières (c’est-à-dire 10) afin de les acheter moi-même (11 millions quand même) et de ne plus manquer de matières premières par la suite en essayant de diminuer mes besoins dans ce service…
L’ambiance est très studieuse et les louanges pleuvent de la part de Laurent, qui se prend vraiment au jeu. Si l’on observe nos plateux individuels respectifs, on verra que Julie est la principale victime de ma main-mise sur les matières premières…
Une vue générale de la situation : Julie mène le bal sur le plateau commun, Laurent est le plus à l’aise sur l’innovation de ses services et je suis le plus dépensier (matières premières) ce dont témoignent mes 2 emprunts de 10 Millions de $…
Mon plateau individuel est très déséquilibré : je n’ai besoin que de 2 tonneaux pour produire et j’en ai une douzaine en attente dans mon silo. On remarquera que mes déchets flirte avec la zone dangereuse, mais là-dessus je ne suis pas le seul…
La partie est terminé et Laurent est le seul à n’avoir pas pu rembourser ses coûteux emprunts. Ceux-ci, à mon avis, lui ont servi à innover un maximum, mais sans qu’il les rembourse, ils le plombent le cousin…
Le plateau de Julie est assez étonnant : des matières premières qui débordent (payées peu chères sur la fin, car seule elle en a besoin), des déchets qui l’empêchent de produire et des services bien peu améliorés. Reste à connaître l’état de ses finances… surtout que c’est elle qui a terminé la partie, convaincue qu’elle ne pourrait pas faire mieux si la partie se poursuivait (pas de production possible).
Mon plateau individuel en fin de partie : une bonne utilisation de mes matières premières finalement (j’en avais encore 6 au cas où), des services améliorés moyennement, des déchets dans le jaune mais des finances correctes (production du dernier tour). Ma plus grande satsifaction : avoir réussi à rembourser mes 2 emprunts sans que cela n’entrave trop mon développement !
Bilan synthétique :On a aimé
– La fluidité générale du jeu, liée à une tension permanente
– Le système de lots de cartes, jouissif
– La rapidité saignante de la fin de partie
On a moins aimé
– Le possible moindre intérêt d’améliorer ses besoins en personnel : on peut assumer les frais pour une quinzaine de tours sans que cela ne semble préjudiciable à son développement
Scores de la partie :

Rendement Services Capital Emprunts Total
Laurent (jaune) 18 26 3 -20 27
Julie (rouge) 18 12 6 0 36
Ludo le gars (vert) 17 14 9 0 40

 

Note du jeu : 16 / 20

 

———————————————————————————————————————————————–

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


neuf − = 1