[27/06/2012] Mauer Bauer

Un seul dernier jeu sur ce mois de juin, pauvre mois ludique… Au programme, un jeu dans la veine du précédent (au niveau feeling), joué trois jours auparavant (Santa Cruz) : Mauer Bauer, de 6 ans son aîné ! On y joue à deux avec Tristan et on passe un bon p’tit moment même si la place du hasard (pioche des cartes de score) est déterminante (voir la fin de notre partie)…

 

MAUER BAUER :

 


Dans ce jeu, au thème ultra-plaqué, on va tenter de construire comme nous le suggèrent nos cartes de score en main. Du coup, en fonction de ce qu’on a, on peut espérer marquer plus
ou moins de points, tout en souhaitant profiter des constructions adverses pour marquer pour soi…

Premier tour de jeu, avec un mur posé chacun + les tours aux extrémités et les maisons de chaque côté, en fonction des couleurs indiquées sur les trois dés lancés (un de tour et
dexu de maisons), sachant que l’une des potentielles deux tours est de la couleur de son choix…

Mes cartes de score en début de partie, avec sur fond blanc celles qui concernent la ville qui vient de se fermer et sur fond vert celles qui se basent sur le reste du plateau.
Exemple avec la carte la plus à droite : je pourrai marquer 2 PV par tour grise constituant la ville qui vient de se fermer. Le tout est de savoir quand la jouer pour la
rentabiliser…

Vue générale lorsque je termine la première ville de cette partie. Je joue une carte de décompte qui me rapporte 6 PV puisque la ville fermée comporte pile une case. Tristan en joue
deux et empoche 1 PV par maison bleue et rose présente en dehors des villes. Peu rentable pour lui, certes, mais il lui faudra quelques tours pour bien comprendre le jeu…

Consultation de la règle par mon gone, histoire de mieux s’imprégner des cartes existantes et mieux cerner celle qu’il vient de piocher…

Un peu plus tard, alors qu’avec des poses écartées des murailles, on arrive à un jeu assez ouvert et qui me séduit bien…

Tristan ajoute une tour blanche et ne va pas tarder à s’envoler au score…

Ah, je marque 13 PV avec ces deux cartes de décompte pour la grande ville ci-dessus. Ca me paraît déjà pas mal…

Le plateau se remplit bien. Notez que la partie s’achèvera dès qu’un élément de construction sera épuisé…

Ca y est, c’est là que Tristan asseoit son avance avec pas moins de 22 PV sur ce seul coup phénonémal !!!

Malheureusement pour lui, la chance me sourit dans ma pioche de cartes. En effet, profitant de ma position de dernier au score, je profite de l’avantage qui me permet de défausser
certaines cartes et d’en repiocher d’autres. Du coup, je réussis, in extremis certes, à jouer ces deux magnifiques cartes de score…

Avec ma première carte de score, j’empoche 8 PV et avec la seconde 7 PV supplémentaire. Du coup, Tristan, qui avait mené toute la partie avec une avance souvent confortable, se
retrouve pratiquement rejoint… Sera-t-il dépassé dans le dernier virage ?

Boum ! Avec deux nouvelles cartes de score assez sévères, je double mon pauvre gone en empochant encore 17 PV !!! Franchement, je suis désolé pour lui, qui ne parvient qu’à empocher
1 PV avec sa carte… Y’a pas de justice…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le côté tactile du matériel, assorti d’une règle sympa et très abordable,
– Les conditions de fin de partie, sur lesquelles les joueurs peuvent s’appuyer pour accélérer, ou pas, le jeu…

 

On a moins aimé
– Le hasard lié à la pioche des cartes de score, modifiant de manière substantielle l’issue de la partie de ce soir…

 

Variante moins hasardeuse
Disposer trois cartes visibles sur la table : c’est parmi celles-ci que les joueurs doivent refaire leur main. Ainsi, on sait toujours ce que
prennent les joueurs et on peut aussi faire des choix en fonction de la configuration du plateau.

 

 

Scores de la partie :

  

Tristan (jaune) : 109
Ludo le gars (vert) : 119 

 

 

Note du jeu (sur cette partie) : 15 / 20


Durée de la partie : 1 heure

 

 

 

 

———————————————————————————————————————————————–

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ quatre = 12