[27/07/2007] Khan Tsin X2, Exxit

Vacances d’été 2007. de la plage, de la pêche, du bon air océanique. Quelques jeux. Quand même…
Et pour entamer la tournée estivale, nous nous lançons dans deux jeux Jactalea auxquels nous n’avions pas encore goûté : Khan Tsin (une seule partie pour moi au préalable) et Exxit (très bizarre, mais sûrement très bon celui-là, à la manière d’un Dvonn !).

Ah oui, avant que je n’oublie : les comptes-rendus seront légers légers ces temps-ci, manque de temps et de mémoire…

KHAN-TSIN X 2 :

Dans la série jeu bizarre, je demande le serpent ! En effet, dans ce jeu, on peut à peu près tout
faire et cela déroute autant que cela séduit. Le but : être le premier à empiler 9 pièces colorées à raison de 3 par couleur…
Là où le jeu séduit, autant qu’il déroute 🙂 c’est qu’on peut bouger n’importe laquelle de ses
5 dernières pièces (ou piles) jusqu’où on le souhaite ! Ce système de no limit est intéressant mais donne l’impression curieuse de jouer au jeu de nim…
Ma grosse pile de 2 rouges, 2 blancs et 1 marron n’attend qu’une chose : bondir sur la pile plus
proche de Julie : 2 marrons, 1 rouge et 1 blanc…
Et hop, voilà le travail ! Il faut dire que j’avais bien rusé, empêchant Julie de bouger cette
grande pile de 3 et m’offrant le luxe de bouger la mienne (mais elle aurait très bien pu rajouter une picèe sur l’une des grandes piles, ce qui m’aurait blasé)…
Seconde partie, histoire de découvrir le jeu un peu plus…
Julie ne sait pas trop quoi en penser, partagée entre scepticisme et amusement…
Plus qu’une pièce rouge et je gagne, sachant que Julie ne peut pas s’en charger. Et puis, au
pire, je peux espérer atteindre son autre pile à moyen terme…
Et voilà le travail (bis repetita) ! Une deuxième partie qui nous laissera quand même une
impression étrange : pas désagréable, le jeu ne suscite pour autant qu’un enthousiasme limité. Dommage.
Bilan synthétique :

On a aimé
– L’impression de pouvoir tout faire (ou presque !)
– L’obligationde calculer où l’on va en s’approchant de son adversaire, mais pas trop

On a moins aimé
– Le côté un peu platonique du jeu, ce qui est un comble pour un jeu qui se veut très libre.

Scores de la partie :

Julie : 2 défaites
Ludo le gars : 2 victoires

Note du jeu (sur cette partie) : 12 / 20

———————————————————————————————————————————————–

EXXIT :

Démarrage classique. A priori…
Extrêmement particulier, ce jeu se distingue par la poésie de son vocabulaire : on fait danser les
pièces jouées !…
Après quelques tours, on perd cette désagréable impression d’être très routé en début de partie…
On apprend vite que : beaucoup de pions = l’autre nous mène ; peu de pions = on le mène. Ce qui est
assez intéressant en quelque sorte…
Julie, dubitative, ou faisant mine de l’être la bougresse…
Atomisé ! Je suis atomisé par une Julie en grande forme ludique ! Et en plus on a passé un très bon
moment…
Bilan synthétique :

On a aimé
– La poésie du jeu
– Le côté paradoxal du jeu : on est d’autant plus influent qu’on est peu présent

On a moins aimé
– Le sentiment d’être assez dirigé au démarrage
.

Scores de la partie :

Julie (rouge) : 40 (18X2+4)
Ludo le gars
(noir) : 29 (11X2+7)

Note du jeu (sur cette partie) : 15 / 20

———————————————————————————————————————————————–

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


9 × trois =