[27/10/2011] Dr Shark, Gold !

Et encore des découvertes ludiques en cette journée de vacances scolaires, avec au programme le superbement original Dr Shark, concocté par le tandem Bruno Cathala / AntoineBauza. Un délice d’originalité avec un matériel hallucinant (et le plus souvent inutile, donc indispensable ;-)))
Ensuite, après le repas, une petite partie du très bizarre Gold !, du très prolifique Michael Schacht, sorti chez Abacus Spiele, un jeu de collecte de cartes par séries qui tourne bizarrement (mais pas mal, hein…). Je vous raconte tout ça !

 

DR SHARK :

 


Il est pas bô le père Bruno avec son bébé ? Devant les caisses d’Essen, en ce dimanche 24 octobre, juste avant le départ pour lui…

Le look est on ne peut plus original, dégageant une certaine élégance avec ces tons bleu et rose savament distillés…

L’Objet de la boîte : la tête de requin en bois, superbe, avec un système de clap franchement titillant pour nos petites mimines ! Le plus fort, c’est qu’il ne sert à pratiquement
rien puisque sa seule fonction est de signifier l’épuisement du sablier de 30 secondes…

Cette grande fiche cartonnée reprend l’ensemble des preuves que l’on peut espérer amasser en plongeant dans la piscine du Dr Shark. Lorsqu’une preuve est entièrement reconstituée,
on empoche alors un jeton avec des points mentionnés dessus.

Dans la piscine, infestée de requins évidemment, cinq zones de fouilles sont identifiées, avec la possiblité de s’y rendre avec son plongeur (jaune pour Tristan, bleu pour Maitena
et vert pour moi) sachant qu’à 3 joueurs un seul personnage peut s’y trouver (deux à 4 ou 5 joueurs)…

Fouiller une zone, c’est plonger ses mains dans un grand sac bleu et en retirer des pièces de puzzles possédant un dos avec une texture particulière. C’est là toute l’idée du jeu :
cinq textures sont proposées (rugueuse, douce, lisse, crocodile et petit quadrillage), chacune d’elles correspondant à une couleur de preuves…

La deuxième bonne idée du jeu, c’est qu’il y a cinq manières de fouiller : obligation de sortir des pièces de textures toutes différentes, de textures toutes identiques, de formes
toutes différentes, en prenant une poignée ou en choisissant une seule pièce en regardant. Ici, on voit que Maitena a opté pour la poignée de pièces mais que les 30 secondes
s’avéreront bien courtes…

En effet, elle doit les classer par couleur, éliminer celles où figurent un requin et en choisir une par couleur restante. Finalement, sur le clap du requin, elle réussit à
conserver quatre pièces (en haut à droite), sachant que toutes les autres seront défaussées. Juste, juste…

Tristan a moins de chance puisqu’il extrait du sac directement une pièce de requin alors qu’il essayait une fouille « classique » : une pièce à la fois avec des textures différentes !

Maitena réalise la premirèe preuve de la partie, en assemblant trois pièces bleu clair formant des obus…

Elle récupère le jeton de points correspondant, lequel possède au dos le portrait de Bananipoulos, un négociateur lui offrant le droit de troquer deux de ses pièces contre une seule
de son choix d’un autre joueur…

Voici une vue générale de la situation à mi-partie (tour 5 sur 10) et on peut voir que seule Maitena a réussi à rassembler une preuve ! Il va falloir se dépêcher…

Je réalise ma première preuve en choisissant une pièce rose dans le sac (balles de mitraillette) et profite du pouvoir de la belle qui me permet de prendre la pièce de mon choix
chez un adversaire, afin de compléter dans la foulée le plan bleu me rapportant 11 PV !

Maitena complète une nouvelle preuve, en la personne du déguisement de clown ci-dessus. A noter que l’une des pièces du jeu contient un défaut de fabrication puisque le bas du
déguisement ne devrait pas avoir de têton vers le bas (je m’en vais le couper au cutter moi et ce sera réglé sans problème)…

Le jeu est hyper plaisant, hyper tendu et super stresant avec ce temps limité pour plonger dans le sac ! On a affaire à un super jeu d’ambiance doté d’un matériel qui donne vraiment
envie… Nous allons attaquer le dernier tour d’une partie qui sera passée très très vite…

Comme il est, à mon avis, fondamental de bonifier ses preuves grâce aux personnages placés derrière les jetons roses et bleus, je m’empresse de finaliser mon bazooka avant de chiper
la tête du briquet chez Tristan, non sans lui refiler deux indices, inutiles bien sûr…

Dernier tour de jeu et ultime pioche dans le sac pour Tristan lequel va couiner dans pas longtemps…


Maitena pioche à son tour une dernière fois et la partie s’achèvera dans la foulée…

Elle tente la poignée de pièces, ce qui ne lui rapportera que peu de points nouveaux, sachant que la proportion de requins n’a fait que croître dans le sac. Forcément…

Le dossier constitué par Tristan ne contient aucune preuve ferme contre le Dr Shark, mais il totalise pas moins de 25 indices éparpillés…

Le dossier de Maitena contient deux preuves irréfutables et 16 indices dépareillés…

Mon dossier, qui permettra de coffrer le Dr Shark, réunit 4 preuves notables et encore 12 indices non exploités…
Bilan synthétique :On a aimé
– L’originalité extrême du jeu : bravo Messieurs Cathala et Bauza !
– Le matériel proposé qui est luxueux et donne envie de jouer, jouer et encore jouer, alors qu’un matériel plus commun aurait pu rendre le jeu fade,
– L’impression que ce jeu a tout pour devenir un grand classique du jeu d’ambiance à destination des familles

 

On a moins aimé
– Le luxe du matériel qui a forcément un prix : il aurait été possible, vraisemblablement, de proposer le jeu à un prix beaucoup plus doux sans tous ses artifices (inutiles, donc
indispensables 😉

Scores de la partie : 

Tristan (jaune) : 25 (0 en preuves + 25 en indices)
Maitena (bleu) : 30 (14 en preuves + 16 en indices)
Ludo le gars (vert) : 36 (24 en preuves + 12 en indices)

 

 

Note du jeu (sur cette partie) : 17 / 20


Durée de la partie : 45 minutes

 

 

 

———————————————————————————————————————————————–

GOLD ! :

 


Gold est un jeu particulièrement difficile à expliquer… Mais je vais essayer ! On a une réserve devant soi à partir de laquelle on peut collecter les séries de 3 cartes de même
couleur. Au milieu de la table figure un étalage de 5 cartes, lesquelles vont venir s’ajouter petit à petit à nos réserves respectives…

A son tour, soit on prend la carte de plus faible valeur de l’étalage et on l’ajoute à sa réserfve, soit on échange une carte de sa réserve contre une carte de plus faible valeur
(sauf les ânes de valeur -2) de l’étalage, soit on échange un âne de sa réserve contre n’importe quelle carte de l’étalage…

Lorsque l’étalage est vide, on le remplit à 5 cartes, d’où les tentatives pour temporiser pour avoir l’étalage vide juste avant de jouer et pour profiter d’un plein choix à venir…

Le jeu est extrêmement curieux à pratiquer et il fait hurler ma plus grande fille, laquelle se sent persécutée par son frère et son père, alors qu’on essaie, simplement, de ne pas
jouer trop mal…

Je réalise la première série de la partie, avec trois cartes rouges pour un total de 11 points. Je place ces cartes face cachée à côté de moi et elles me seront acquises jusqu’à la
fin de la partie. En plus, petit bonus, je peux prendre une carte de mon choix dans la réserve d’un autre joueur, pour peu qu’elle ne soit pas d’une couleur que je possède déjà ou
de la série que je viens de réaliser…

La situation classique, amenée progressivement par les joueurs : on échange ses ânes contre une carte de l’étalage et, du coup, on retarde le moment où l’étalage est vide, jusqu’à
ce moment sans frein possible où les cartes de l’étalage sont toutes des ânes…

Le dernier étalage de la partie, puisque la pioche de cartes est épuisée. Lorsque l’étalage sera vide, on regardera les réserves de chacun et le plus fort dans une couleur
conservera dans ses plis sa carte de plus forte valeur. Fin tactique donc…

La partie s’achève là-dessus, avec mes cartes 3 violette et 4 verte à placer dans mes plis, la 5 bleue de Maitena dans les siens et la 7 rose de Tristan dans les siens. On va
pouvoir compter nos butins respectifs…
Bilan synthétique :On a aimé
– Le système de jeu hyper-déroutant, ce qui est plutôt bon signe !
– Le côté très malin des prises ou d’échanges de cartes, notamment cette
possibilité, peu faite ce soir, d’échanger une carte de sa réserve
contre une carte plus faible de l’étalage,
– Le côté minimaliste du jeu, à la manière d’un Non Merci, toujours plaisant…

 

On a moins aimé
– L’impression de ne pas contrôler tant de choses que ça (c’est à confirmer oupas…),
– Les configurations possibles : seulement 2 ou 3 joueurs !

Scores de la partie : 

Maitena : 42 (52 de points – 10 d’ânes)
Tristan : 80 (86-6)

Ludo le gars : 64 (72-8)

 

 

Note du jeu (sur cette partie) : 13 / 20


Durée de la partie : 30 minutes

 

 

 

———————————————————————————————————————————————–

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ trois = 6