[27/10/2013] Concordia

Le jeu qui buzzait le plus en cette fin de salon d’Essen était le nouveau jeu de Mac Gerdts, sans la roue s’il vous plaît ! En effet, dans Concordia, l’auteur allemand utilise un système de deck building qui laisse cependant un goût de roue dans la bouche, puisque les cartes qu’on joue « tournent », si on peut dire, et qu’on va en ajouter d’autres, achetées au fur et à mesure de la partie. Ça tourne nickel effectivement et on se fait une bien sympathique partie en ce tout début de matinée du dimanche sur le stand de PD Verlag. Merci aux deux autres français, Ninon et Stéphane, qui se sont joints à nous pour cette partie…

CONCORDIA

 

Le stand de PD Verlag annonçait durant notre partie que leur jeu était sold out. Pas mal...
Le stand de PD Verlag annonçait durant notre partie que leur jeu était « sold out ». Pas mal…
Chaque joueur dispose de la même main de 6 cartes, lesquelles vont être jouées une par une à son tour de jeu. L'effet est alors appliqué. Ensuite, la carte reste posée sur la table jusqu'à ce que toutes les cartes jouées soient reprises en main, via l'utilisation de la carte Tribune ci-dessus.
Chaque joueur dispose de la même main de 6 cartes, lesquelles vont être jouées une par une à son tour de jeu. L’effet est alors appliqué. Ensuite, la carte reste posée sur la table jusqu’à ce que toutes les cartes jouées soient reprises en main, via l’utilisation de la carte Tribune ci-dessus.
Le jeu est hyper fluide, avec une seule action par joueur à son tour, ce qui est la marque d'un jeu Mac Gerdts ne l'oublions pas, et on passe un très bon moment...
Le jeu est hyper fluide, avec une seule action par joueur à son tour, ce qui est la marque d’un jeu Mac Gerdts ne l’oublions pas, et on passe un très bon moment…
Un peu plus tard, alors que j'ai opté pour deux comptoirs de vin (un en Italie et un en Dacia) et que je me dirige vers l'Afrique pour commencer à m'y implanter...
Un peu plus tard, alors que j’ai opté pour deux comptoirs de vin (un en Italie et un en Dacie) et que je me dirige vers l’Afrique pour commencer à m’y implanter…
Sur la gauche, on voit que Ninon a colonisé la péninsule ibérique et le nord de la Mauritanie. Stéphane s'est concentré sur l'Allemagne. Tristan ne s'est pas beaucoup développé sur le plateau. Quant à Julie, elle est restée relativement au centre aussi. A noter qu'il ne faut pas se tromper d'objectif : à quoi bon se développer comme des fous si on n'a pas de cartes pour scorer ?
Sur la gauche, on voit que Ninon a colonisé la péninsule ibérique et le nord de la Mauritanie. Stéphane s’est concentré sur l’Allemagne. Tristan ne s’est pas beaucoup développé sur le plateau. Quant à Julie, elle est restée relativement au centre aussi. À noter qu’il ne faut pas se tromper d’objectif : à quoi bon se développer comme des fous si on n’a pas de cartes pour scorer ?
Ca y est, il ne reste plus que ces 7 cartes à vendre et on proécédera au décompte. C'est hyper tendu ces derniers tours, avec des urgences qu'on a en trop grand nombre chacun, notamment votre serviteur à qui il manque deux misérables pièces pour placer un comptoir sur une ville de vin qui lui rapporterait moult et moult PV à la fin...
Ça y est, il ne reste plus que ces 7 cartes à vendre et on procédera au décompte. C’est hyper tendu ces derniers tours, avec des urgences qu’on a en trop grand nombre chacun, notamment votre serviteur à qui il manque deux misérables pièces pour placer un comptoir sur une ville de vin qui lui rapporterait moult et moult PV à la fin…
Vue générale du plateau une fois la partie achevée. Nous allons procéder au décompte final tant attendu...
Vue générale du plateau une fois la partie achevée. Nous allons procéder au décompte final tant attendu…
On dirait un jeu de conquête, mais attention ce n'en est pas un du tout ! La carte représente le bassin méditerranéen (sur ce côté du plateau à 5 joueurs) sur lequel on va implanter des comptoirs en utilisant nos colons colorés (à pieds ou en bateau). Ninon joue les pièces rouges, Stéphane les noires, Tristan les jaunes, Julie les bleues et moi-même les vertes. Devant soi, chacun dispose d'un plateau individuel où il stocke les 4 colons restants et les denrées de départ...
On dirait un jeu de conquête, mais attention ce n’en est pas un du tout ! La carte représente le bassin méditerranéen (sur ce côté du plateau à 5 joueurs) sur lequel on va implanter des comptoirs en utilisant nos colons colorés (à pied ou en bateau). Ninon joue les pièces rouges, Stéphane les noires, Tristan les jaunes, Julie les bleues et moi-même les vertes. Devant soi, chacun dispose d’un plateau individuel où il stocke les 4 colons restants et les denrées de départ…
Pour démarrer, chacun dispose d'une brique (valeur 3), de deux céréales (valeur 4), d'une enclume (valeur 5), d'une amphore de vin (valeur 6) et d'un tissu (valeur 7). Attention, les cases d'entrepôt n'ont aucun lien avec la denrée imprimée au-dessus (juste un aide-mémoire)...
Pour démarrer, chacun dispose d’une brique (valeur 3), de deux céréales (valeur 4), d’une enclume (valeur 5), d’une amphore de vin (valeur 6) et d’un tissu (valeur 7). Attention, les cases d’entrepôt n’ont aucun lien avec la denrée imprimée au-dessus (juste un aide-mémoire)…
Après un tour de jeu, chacun a décidé de déplacer ses colons pour installer un ou deux comptoirs (paiement d'un coût associé). A noter que chaque ville comporte une denrée représentée, celle-ci étant obtenue par la suite lorsque le pays produira. Sympa cette idée : en choisissant de faire produire un pays, plusieurs joueurs prendront des denrées, probablement...
Après un tour de jeu, chacun a décidé de déplacer ses colons pour installer un ou deux comptoirs (paiement d’un coût associé). A noter que chaque ville comporte une denrée représentée, celle-ci étant obtenue par la suite lorsque le pays produira. Sympa cette idée : en choisissant de faire produire un pays, plusieurs joueurs prendront des denrées, probablement…
Le jeu est vraiment agréable et les cartes sont très simples à appréhender. Evidemment, une grosse partie du sel du jeu réside dans le choix du moment où on jouera la carte Tribune pour reprendre son deck en main. Mais pas que... Ainsi, acheter des cartes à l'étalage demeure l'objectif principal du jeu, puisque ce sont ces cartes qui contiennent des bonus en PV (en bas des cartes), sans lesquels on ne peut pas espérer grand chose. Et puis, ces cartes achetées, elles serviront aussi pour leur effet, durant la suite de la partie, donc il est fondamental de surveiller ce satané étalage...
Le jeu est vraiment agréable et les cartes sont très simples à appréhender. Evidemment, une grosse partie du sel du jeu réside dans le choix du moment où on jouera la carte Tribune pour reprendre son deck en main. Mais pas que… Ainsi, acheter des cartes à l’étalage demeure l’objectif principal du jeu, puisque ce sont ces cartes qui contiennent des bonus en PV (en bas des cartes), sans lesquels on ne peut pas espérer grand chose. Et puis, ces cartes achetées, elles serviront aussi pour leur effet, durant la suite de la partie, donc il est fondamental de surveiller ce satané étalage…
La partie se rapproche de son terme (épuisement des cartes à l'étalage). Bien malin qui pourrait donner le nom du vainqueur, puisque le calcul des PV ne se fait qu'à la fin et qu'on a opté pour ne pas faire le décompte intermédiaire suggéré dans la règle. Une autre fois, on sait déjà qu'on le fera pour mieux se rendre compte de la situation...
La partie se rapproche de son terme (épuisement des cartes à l’étalage). Bien malin qui pourrait donner le nom du vainqueur, puisque le calcul des PV ne se fait qu’à la fin et qu’on a opté pour ne pas faire le décompte intermédiaire suggéré dans la règle. Une autre fois, on sait déjà qu’on le fera pour mieux se rendre compte de la situation…
C'est pour cett raison que je surcouine comme en atteste cette photo, car je sais très bien que mes pertes sont énormes à cause de ce petit manque monétaire. Je ne parviendrai pas à trouver un plan B acceptable et cela devrait me coûter bien cher... :-(
C’est pour cett raison que je surcouine comme en atteste cette photo, car je sais très bien que mes pertes sont énormes à cause de ce petit manque monétaire. Je ne parviendrai pas à trouver un plan B acceptable et cela devrait me coûter bien cher… 🙁
Le décompte se déroule en 6 phases, la première sur l'argent (1 PV par tranche de 10 sesterces), la deuxième sur les comptoirs dans les villes à denrées nobles (1PV par comptoir), la troisième sur les pays où on a au moins un comptoir (1PV par pays), la quatrième sur les types de denrées dans nos villes avec comptoir (2PV par type), la cinquième sur le nombre de colons en jeu (2PV par colon) et la sixième sur des conditions spécifiques (valeurs variables). Mais, mais, mais, ça ce sont juste les PV dits "de base". Ensuite, en fonction des cartes amassées, on en scorera plus sur telle ou telle phase de décompte...
Le décompte se déroule en 6 phases, la première sur l’argent (1 PV par tranche de 10 sesterces), la deuxième sur les comptoirs dans les villes à denrées nobles (1PV par comptoir), la troisième sur les pays où on a au moins un comptoir (1PV par pays), la quatrième sur les types de denrées dans nos villes avec comptoir (2PV par type), la cinquième sur le nombre de colons en jeu (2PV par colon) et la sixième sur des conditions spécifiques (valeurs variables). Mais, mais, mais, ça ce sont juste les PV dits « de base ». Ensuite, en fonction des cartes amassées, on en scorera plus sur telle ou telle phase de décompte…

Durée de la partie : 1 heure 30 minutes – Note de cette partie : 17 / 20

Scores :

Vesta Jupiter Saturnus Mercurius Mars Minerva Fin Total
Ninon (rouge) 3 15 8 30 12 10 0 78
Stéphane (noir) 0 21 24 8 24 0 0 77
Tristan (jaune) 6 6 10 4 8 0 0 34
Julie (bleu) 2 12 18 20 6 12 7 77
Ludo le gars (vert) 5 15 15 24 4 8 0 71

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– La très grande fluidité du jeu : une action par joueur par tour,
– Le deck de cartes qui s’étoffe en fonction de ses achats et dont les cartes comportent les PV en elles,
– La durée de partie très raisonnable pour un jeu de ce genre,
– Les diverses stratégies que l’on peut développer visiblement.

On a moins aimé
– Le look du plateau qui ne m’emballe pas plus que ça,
– Le texte en anglais sur les cartes, ce qui est gênant pour les non anglophones,
– La très grande difficulté pour évaluer sa position au score avant le décompte final (même en faisant le décompte intermédiaire suggéré).

————————————————————————————————————

12 commentaires à propos de “[27/10/2013] Concordia”

  1. Heureux d’avoir pu t’expliquer la règle du jeu 🙂
    j’ai pu refaire d’autres parties depuis et on arrive mieux à se situer dans les scores respectifs avec l’expérience.

  2. Ravi que le jeu t’ai plu, un de mes coup de cœur sur le salon cette année, avec Russian Railroads. Une VF chez Ystari est annoncée. Hâte moi? 😉

  3. Par contre soit on s’est planté dans les règles soit c’est vous mais par chez nous niveau score on est entre 110 et 150pts… Avec un record de 64pts sur un seul décompte (jupiter – 8 comptoirs x 8 cartes). Du simple au double ça me semble étrange tout de même.

  4. avoir laissé 8 cartes jupiter à un joueur (il y en a 8 en vente au max à 5 joueurs + 2 dans sa main de départ) est aussi une erreur de la part des autres joueurs.
    c’est vrai aussi que l’on peu scorer jusqu’à 7+2(dans sa main de départ) x 12 provinces = 108 avec saturne !
    j’ai eu 2 parties avec des scores bien au dessus de 110 et 2 parties en dessous de 100 pts. J’étais présent à Essen au décompte de Ludo et en regardant le tableau on voit bien que personne n’a fait une razzia sur un dieu.
    Il ne faut pas oublier aussi que lorsque l’on ne joue pas à 5 il faut enlever les decks au chiffre romain supérieur au nombre de joueurs (à 3 on enlève les cartes IV et V par exemple). Le tableau panthéon en haut à droite du plateau donne le nombre de cartes, en vente, pour chaque dieu, en fonction du nombre de joueurs (auquel il faut rajouter sa main de départ). toutes les cartes minerve étant au deck III.

  5. Merci Jean Michel, tu justifies encore mieux que je n’aurais pu le faire ! En tout cas, on voit qu’il en sous la semelle ce jeu…
    Sinon, sais-tu si Stephane et Ninon traînent par ici ? Sous quels pseudos ?

  6. j’ai laissé un message à Stéphane,
    sinon j’ai fait une faute de frappe :
    « toutes les cartes minerve étant au deck I&II » (évidement)

  7. Bravo Ludo pour ce compte rendu un fois de plus très intéressant. Ninon a refait une autre partie en ayant fait un plus gros score (144 points mais à 4 joueurs). Preuve qu’une fois les enjeux connus, on progresse sur ce jeu. En attendant, nous avons passé un très bon moment et ce jeu donne vraiment envie d’y rejouer. L’interactivité est grande, le jeu est tendu, les tours passent vite, bref pour moi une petite perle ludique. Pour les cartes en français, Ludigaume a mis en ligne leur traduction.

  8. J’aime beaucoup cet auteur et j’ai hâte de tester un jeu sans roue de celui-ci. A titre personnel je possède navegador et antik duellum. Mais sauf erreur un de mes amis a acquis ce concordia.

    Longue vie à ton (nouveau) site ludo.

    • Bonjour,

      Concordia est assez différent des autres du même auteur, mais outre le graphisme et le thème, on se sent dans un jeu de Mac Gerdts, malgré l’absence de la roue. Le feeling est le même, la fluidité aussi, et on ne voit pas le temps passer. Je te conseille de l’essayer quand tu en auras l’occasion, tu devrais te régaler si tu aimes les autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


× un = 3