[28/04/2021] The Colonists

De plus en plus fous ces joueurs !!! Pensez… Nous allons à nouveau repartir sur une partie en trois âges de The Colonists mais, cette fois, comme nos stratégies ont tendance à nécessiter plus de temps de réflexion, nous ne la terminerons pas en 5 heure environ… Oh que non !
Et, du coup, nous sommes contraints, pour ne pas la terminer à plus de 10 heures du soir (au bas mot) un mercredi soir, de la poursuivre sur les deux soirées suivantes : le jeudi 29 et vendredi 30 avril !!!
Au total, nous aurons joué, ainsi, pas moins de 6 heures 50 !!! C’est clairement le record de durée sur une partie pour ma ch’tiote fillotte !!!

Bonne lecture d’un compte-rendu lui aussi probablement recordman du monde de la longueur, avec 48 photos commentées en détails…

THE COLONISTS

Leila est décidément insatiable…
3 âges, à nouveau, mais où s’arrêtera-t-elle ???
Les 4 colonies du jour… avec les satisfaction de voir revenir la Envoy Colony, histoire de pouvoir se lancer, si on le souhaite, avec plusieurs Stewards…
Le terrain mis en place. On a tellement appris, lors de cette série de 6 parties précédentes, qu’on anticipe déjà notre enchaînement de 3 actions au premier tour ! Comme je commence, je sais que je vais y aller sur du Forester’s House + 2 bois + 2 fermes . Tranquille… Quant à Leila, pour le moment, je n’en sais rien, mais elle a les mains libres avec les Storage Sheds et la stratégie cartes..
Fin de première année, et, pour moi, carrément deux Forester’s Houses, histoire d’être blindé au niveau du bois,
Peu après je me lance sur la colonie qui me fait de l’œil de puis l’entame : la Envoy Colony, histoire d’avoir un deuxième Steward, autant utile pour aller plus loin que pour gêner son adversaire…
Ça menace…
Je ne vous le refais pas, mais qu’est-ce qu’on est bien, quand même, dans le Paradis Jeux… 😉
Avec son Steward orange bien positionné sur la tuile du Pub, Leila commence à s’engager dans l’argent…
Fin de premier âge avec cette configuration de plateau…
Le domaine de Leila, quasi-désertique malgré son Pub et Forester’s House ! Elle m’inquiète un peu, soyons clairs, mais elle a des cartes en grand nombre dans la main : sa stratégie visiblement…
Et mon domaine, développé comme jamais, une sorte de record, avec 3 Forester’s Houses + 2 Holow + 1 Hunting Lodge non alimenté ce tour-ci + 1 Factory, surtout, source de profit immédiat et, le plus évidemment, à long terme..
Deuxième âge en démarrage…
Mon Flat va devenir un bel appartement pour 3 Citizens jaunes…
Leila découvre d’incroyables cartes visiblement dans la pioche des cartes de développement de l’âge 2…
Tiens, elle va me payer la taxe ! Ce n’est pas si fréquent pour être souligné…
Je laisse traîner l’ambassadeur vert sur la tuile de conversion d’entrepôts « verts » en entrepôts « jaunes » en misant sur le fait que Leila va bien devoir s’y rendre et, du coup, me donner un exemplaire de chaque ressource utilisée lors de cette action (1 planche + 1 brique)… En fait, elle n’ira jamais, pas plus qu’au Théâtre juste à côté alors que je le déplace de l’un à l’autre régulièrement, convaincu qu’elle allait y aller…
C’est dingue quand même de passer d’aussi magiques moments ludiques entre père et fille !
Carrément !!! Avec blaguounettes et autres conseils savamment transmis… 😉
Allez, deuxième appartement en devenir, mais cette fois je vais utiliser le pouvoir de la colonie Laborer en faisant évoluer non pas un Flat mais un de mes Estates !
Celui-ci qui contient ses 3 fermiers, histoire de ne pas les reprendre ailleurs et d’y placer, forcément, des Citizens jaunes !
Oh oh, ça me promet une belle suite de partie tout ça !!! 🙂
Le plateau au moment de la fin de l’âge 2…
Le domaine de Leila, toujours incroyablement pauvre en bâtiments et en capacités de stockage, mais avec un nombre incroyable de cartes jouées et/ou possédées en main, avec une stratégie jusqu’au-boutiste sur cet axe, bien soutenue par la colonie qui va bien…
Mon domaine qui devient de plus en plus exigu au niveau des bâtiments, du coup je tente de les faire progresser plutôt que d’en ajouter trop… A noter que, à ce rythme, et si le hasard veut bien nous faire sortir très rapidement la tuile de conversion de Flats en Houses, je vais pouvoir vraiment me lancer dans la stratégie des marchands rouges !
Début de l’âge 3, sans la tuile House pour le moment…
La colonie ajoutée est celle de Trader Colony, toujours très pratique pour faire des conversions de ressources au marché, si besoin…
Je crois rêver : Leila réussit à accueillir le premier marchand de la partie ! Il faut dire que certaines cartes sont très puissantes et celle-ci l’est, assurément…
De mon côté, je poursuis ma stratégie avec, notamment, la progression de mes ambassades : je passe au niveau 3 de l’Envoy Colony ce qui va me permettre de déplacer mes Stewards de deux cases au lieu d’une à chaque fois !
Cette fois, c’est plein chez moi ! Vous remarquerez que je cumule pas moins de 7 Citizens jaunes, dont 3 qui sont ou seront au travail dès cette fin d’année : Iron Mine, Theater et Storage House !
Première fois que je m’essaie à ça : convertir une de mes Hunting Lodges en Hunting Grounds,, histoire de grappiller davantage de nourriture et de faire travailler un nouveau Citizen jaune…
Et hop ! En plein cœur de mon riche domaine…
Leila se démène toujours autant, avec des cartes, des cartes et encore des cartes !!! J’ai fini par lui lâcher les baskets, ne m’occupant presque plus d’aller la gêner sur les cases de pioche et de jeu de cartes… Elle croule sous les outils, tandis que moi, au contraire, je suis à flux tendu, voire souvent un peu moins, sur cet axe… Nous arrivons en fin de 3ème année de l’âge 3 et toujours pas de tuile de conversion de Flats en Houses… Je commence à pester pas mal ! 🙁
Je crois à nouveau rêver : grâce à une nouvelle carte fantastique, Leila construit une Boardinghouse qui lui permettra d’employer son marchand rouge en fin de partie !
Elle peut être fière d’elle la bougresse ! Je n’en reviens toujours pas de voir autant de cases vides et, surtout, pas de bâtiments jaunes…
Comme déjà dit en introduction de ce compte-rendu fleuve, nous avons étalé notre partie sur trois jours. Nous revoilà donc, en ce vendredi soir, pour terminer le troisième âge sur les deux dernières années… Pas facile du tout de s’y replonger, heureusement qu’on avait pris beaucoup de notes de nos intentions la veille au soir avant de s’arrêter !
Je débute cette quatrième année en construisant des planches et des briques à haute intensité, sans oublier un charbon (en prévision d’aller me faire une barre d’acier sous peu) !
Leila continue de me déprimer avec les marchands rouges : elle en obtient un second après avoir joué cette carte de conversion d’un Flat en House… Écœurant ! 🙁 😉
Nous avons terminé la quatrième année : nous allons passer à la cinquième et dernière avec cette configuration de plateau, en sachant que je corrigerai une petite erreur de pose de tuiles (en haut à droite), puisque je n’avais pas tout à fait le droit de les placer ainsi… A ce sujet également, je remercie Leila de m’avoir laissé premier joueur, car, sinon, c’est elle qui les aurait placées et, clairement, je n’aurais pas pu me créer mon circuit final en haut à droite et j’aurais été dé-goû-té !!!
Toujours ce domaine incroyablement vide pour Leila…
Et incroyablement plein pour son père !
Voilà les fameuses trois tuiles repositionnées et je vous explique mes intentions pour mes 3 dernières actions : aller sur le Builder pour créer une Boardinghouse, puis sur le Builder pour convertir (enfin !) deux Flats en deux Houses et, enfin, sur le Weaver, pour récupérer deux précieux habits pour vêtir mes deux marchands qui seront mis au boulot !
Ça coûte cher, certes, mais le jeu en vaut la chandelle, puisque un marchand mis au boulot c’est 16 PV contre 6 PV pour Citizen jaune…
Vous remarquerez que je suis à sec au niveau des outils, comme quoi c’est passé à un chouille près !
Leila regorge de bonnes idées et, en cette fin de partie pour elle aussi, elle fait contre mauvaise fortune bon cœur, en allant construire moult fermes pour remplir son domaine et bénéficier du pouvoir d’une de ses cartes qui peut rapporter jusqu’à 5 PV si elle a beaucoup de fermiers inemployés…
Ça donne ça ! Incroyable quand même…
Je paie rubis sur l’ongle mes 10 nourritures + 2 habits finaux !!! Jamais payé aussi cher moi… Leila n’en revient pas, d’ailleurs !
Le plateau une fois la partie terminée…
Le domaine de ma grande fillotte grande joueuse ! A noter qu’on couche les ouvriers inemployés afin d’y voir plus clair entre ceux qui rapportent des PV (et qu’il a fallu nourrir) et ceux qui ne coûtent rien mais qui ne rapportent rien non plus…
Et mon domaine, avec, tout à fait à gauche, la carte pour placer un bâtiment supplémentaire en évitant, ainsi, de raser une Forester’s House probablement…
Quelle partie légendaire déjà !!! 🙂

Durée de la partie : 6 heures 50 minutes (1 heure 30 minutes + 2 heures 30 minutes + 2 heures 50 minutes) – Note de cette partie : 20 / 20

Scores de la partie :

Bâtiments Ambassades Améliorations Dollars Fermiers (verts) Citadins (jaunes) Marchands (rouges) Total
Leila (orange) 55 4 18 46 14 0 32 169
Ludo le gars (noir) 96 2+4+8 5 22 12 36 32 217

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– L’épopée qu’on a l’impression de vivre en jouant à ce jeu remarquable !
– La variété des parties, en fonction des colonies obtenues et des envies de se lancer dans telle ou telle stratégie,
– L’envie d’y revenir encore, toujours bien présente en chacun de nous…

On a moins aimé
– Certaines voies incontournables à chaque fois : faire du bois au plus vite, avoir des fermes et du stockage, … pouvant donner l’impression d’un soupçon de répétitivité,
– Le hasard pernicieux avec la tuile de conversion de Flats en Houses…

————————————————————————————————————

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


× un = 5