[28/09/2021] Cartzzle – Exploration Extrême

A Vichy, lors du 4ème Festival des Jeux, superbement orchestré d’ailleurs, j’ai eu l’impression de tomber amoureux d’un système de jeu, à savoir une ré-invention du puzzle que j’affectionne tant.
Oui, à mi-chemin entre « Où est Charlie ?« , « MicroMacro » ou encore les puzzles de notre enfance, oui, il y avait une micro-brêche, bien poussée par Florent Toscano, Bony et Juan Rodriguez…
Cet OVNI sorti peu avant le Festival, oui, je suis bien content de l’avoir rapporté de là-bas, au travers de diverses déclinaisons toutes plus attirantes les unes que les autres ! Elles tiennent toutes dans la poche, ne coûtent pas bien cher, sont produites en France et font penser à l’art, souvent… Bravo en un mot !
Voici donc ma première expérience sur Cartzzle – Expédition extrême !

CARTZZLE – EXPÉDITION EXTRÊME

La première boiboîte que je vais découvrir c’est celle-ci : Exploration extrême : ça tombe bien car elle est estampillée en, solo et je suis tout seul ce soir !
Au dos de la boîte, petit aperçu du programme…
Une fois la boîte ouverte, on se dit que le jeu est bien produit : belle boîte solide et épaisse (en France !), des cartes de qualité, un couvercle qui se crante bien (même sans l’adhésif)… Nickel !
La règle… de loin ! 😉
Et de près, avec déjà quelques mises en ambiance non négligeables… On sent poindre des défis : « Commencez »…
Bingo ! Au dos de la carte, on voit qu’on est parti pour plusieurs parties avec la même boîte ! Wahou ! Ça en rajoute de l’effet tout ça…
Du coup, moi, pour une première partie, j’y vais sur quoi ? Allez, je me décide pour relier toutes les cartes sans visionner le modèle. Pour faire survivre mon personnage et voir des pingouins on verra bien…
Et c’est parti avec le débarquement du bateau…
La connexion entre les deux cartes vous laisse déjà entrevoir où l’on va et les subtilités de connexion qu’il faudra prévoir…
J’ai choisi d’étaler toutes les cartes sur la table et, à la manière d’un puzzle classique, de mettre à coin certaines cartes « différentes » (ici les cartes sans mer)…
Mon explorateur est en route sur la banquise… Bon courage à lui… Tiens, une otarie !
Subtilités des recouvrements de cartes… Vous ne voyez pas tout. Clairement…
Un peu après, alors qu’il ne m’en reste guère non posées. A noter qu’il est ultra-méga-hyper-incroyablement-difficile de déplacer des zones de cartes reliées sans tout faire bouger…
Bon, on y est presque, mais j’ai encore toutes mes cartes sans mer à ajouter…
Bien, bien, bien, là ça sent le money time.
Mais comment ajouter au centre, sans tout faire bouger, les cartes qui doivent y entrer et, forcément, moins « intéressantes » que celles du bord où j’ai réussi à éviter un maximum de pièges ?
Un millimètre ou deux d’un côté, en guise d’écart, c’est plusieurs centimètres plus loin… Ça pique et ça oblige à être ultra-précautionneux…
Ça pourrait piquer…
Mais non ! En fait…
Fin de partie sans que j’ai réussi à recouvrir toute la zone centrale (les fameux écarts de quelques millimètres difficiles à maîtriser)…
Et le modèle en version ultra-agrandie !
A noter que, cadeau bonus (bonux ?), on trouve au dos des cartes un second paysage, dans l’esprit du premier, juste génial, inattendu et bienvenu ! Bravo à fond les jeux OPLA !!!

Durée de la partie : 1 heure 15 minutes – Note de cette partie : 18 / 20

Scores de cette partie :

  Bilan
Ludo le gars Edit : Victoire malgré le trou au milieu du puzzle !

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– L’effet Wahou d’avoir découvert une totale nouveauté style on réinvente le monde connu ! Le puzzle version OPLA, ça claque !!!
– Le côté zen quand on y joue, à la cool,
– Le jeu qui tient dans la poche, compact, solide, pas cher, avec plusieurs niveaux de règles,
– L’esprit du puzzle qu’on retrouve chevillé au corps : gérer le bords, catégoriser les différences, …
– Le côté promotion de l’art que j’affectionne clairement dans un jeu de ce type : Ah, les jeux d’enfants de Bruegel…
– Le deuxième puzzle au dos des cartes : merci Opla !

On a moins aimé
– La difficulté pour déplacer des blocs entiers assemblés (on aimerait des « aimants » ou des « calques » à la Photoshop ou la possibilité d’attacher deux cartes d’une manière ou d’une autre),
– La notion de précision / finesse poussée peut-être trop loin…

————————————————————————————————————

2 commentaires à propos de “[28/09/2021] Cartzzle – Exploration Extrême”

  1. En fait (uniquement pour cette boite la de la gamme), le trou au niveau veau du puzzle est normal. Il précise dans la règle qu’il faut faire le puzzle sur une feuille A4 blanche pour ne pas avoir de trou!

    Pascalito

    • Merci Vivier !
      Je vais pouvoir transformer en victoire un échec que je croyais avoir vécu… 😉
      J’avais bien vu cette notion de feuille, mais je croyais que c’était juste pour donner une idée de la zone centrale par rapport aux bords.

      Un super jeu !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


1 × trois =