[28/09/2022] Ensemble, Hansel et Gretel

Aujourd’hui c’est découverte des nouveautés Atalia qui nous ont fait de l’œil lors du Festival des Jeux de Vichy 2022 et fraîchement reçues.
Au programme, donc, deux jeux coopératifs, le premier se nommant Ensemble et se positionnant comme un jeu de communication et d’association d’idées, pas ultra original mais vraiment très agréable et intéressant, le second étant Hansel et Gretel, basé sur le conte du même nom, avec plein de très belles idées de mécanique, pour le coup pas franchement classiques. Une réussite…

ENSEMBLE

Nous allons jouer ensemble à Ensemble…
Voici un bon petit jeu d’association d’idées dans la lignée de Dixit et de Codenames Duo, une sorte de mixte entre les deux, vraiment.
C’est tout simple : au début on pioche une carte dite Défi et on la place au milieu de la table. Ci-dessus, la nôtre.
Puis on positionne deux cartes au-dessus des étapes 1 et 2, le pion noir indiquant niveau actuel (à savoir 2 pour débuter la partie).
Ces deux cartes affichent un dessin que l’on va devoir associer, l’un ou l’autre, à la carte Défi préalablement placée.
Pour ce faire, dans le plus grand silence, chacun joue soit la carte 1 soit la carte 2 face cachée.
Les cartes sont ensuite révélées et si elles sont identiques, ce qui est le cas ci-dessus, on aura réussi le Défi et on pourra repartir, au tour suivant, au niveau 3 (j’y reviens).
Mais, avant cela, l’une des facettes les plus sympas du jeu est d’expliquer son raisonnement pour aboutir à ce vote. Ici, clairement, nous avons fait un choix basé sur les mêmes critères : le serpent semble grimper vers le ciel, comme la montagne, sachant que l’on en trouve pas ce type de spectacle dans nos contrées, d’où le choix de la carte la plus exotique des deux.
Ensuite, le jeton noir est décalé d’un cran sur la droite et la carte Défi précédente est défaussée, remplacée par celle qui avait fait l’unanimité au tour échu. Puis nous ajoutons deux cartes en haut. Nous voici fin prêts pour le niveau 3, sachant que nous devons gagner tous les niveaux jusqu’au 9 pour remporter la partie (nous avons deux vies, à deux joueurs, pour espérer s’en sortir)…
Pas mal, pas mal, nous réussissons notre second défi d’affilée ! Cette fois, nous argumentons sur le fait que le patin à glace requiert du froid, comme la montagne exposée.
Parfois, par contre, ça ne passe pas et nous votons pour deux cartes différentes, comme ci-dessus. Les arguments de Leila se basaient sur le fait que le patinage creusait l’estomac (oui, j’aurais dû m’en douter…) alors que je trouvais que la lame du patin était aussi coupante que le tranchant de l’épée ! Et, dans ma tête, j’avais aussi à l’idée (et je l’ai dit à Leila lors du débriefing) que l’on aurait une sacrée facilité à gagner le niveau suivant si on faisait passer en bas l’épée : on aurait voter sans hésitation pour les chevaliers !
Bref, on va devoir gérer l’échec…
Un peu plus compliqué cette gestion : on perd une vie et on descend les deux cartes sur lesquelles nous avions misées, avant de replacer deux cartes en haut (le niveau ne change donc pas). Cette fois, il va falloir voter pour la carte d’en haut qui correspond le mieux aux deux cartes du bas !!!
Et ainsi de suite, tranquillement, avec plaisir, même si certains votes pourraient être induits par une carte du bas trop prégnante et évidente (j’y reviens).
Jolie réussite du niveau 7, non ?
Et là, ça pourrait bien être le drame, sachant que si on perd, ben, on perd !
Mon choix se porte sur la cabine téléphonique, trop évident avec le téléphone portable du bas, surtout que je soupçonne Leila de ne pas trop savoir à quoi correspondent les pouces levés de droite. Leila hésite à fond et ça m’inquiète…
Oui, son choix ne semble pas la satisfaire…
Arghhhh !!! C’est l’échec et, rendez-vous compte, Leila a voté pour les puces levés ! Mais sans en connaître la signification précise… Elle me dit juste que l’on est content de photographier un tel animal dans un aquarium.
Et mince alors…

Durée de cette partie : 20 minutes – Note de cette partie : 15 / 20

Scores de cette partie :

Bilan
Leila (orange) + Ludo le gars (vert foncé) Défaite au niveau 7 réussi

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– L’évidence du jeu, auquel on pense savoir déjà jouer, mais on se régale quand même !
– La notion de défi qu’on a envie de remettre sur la table, de rejouer, de voir si on peut faire mieux…
– Le plaisir d’argumenter sur les raisons de ses choix de vote !
– La durée de partie juste parfaite (à deux joueurs en tout cas),
– La bonne jouabilité à deux joueurs, avec la possibilité de monter jusqu’à 10 (à voir dans les faits).

On a moins aimé
– La taille des dessins pourrait être problématique à plus de 4 ou 5 je pense,
– Les règles ne sont pas d’une élégance absolue en ce qui concerne la notion de marge d’erreur un poil alambiquée et celle de majorité : ça aurait pu être plus épuré peut-être,
– Les biais que certains groupes pourraient utiliser : voter toujours pour le même numéro ou ne cibler qu’une carte de Défi même quand il y en a plusieurs (c’est du vécu), mais on est bien d’accord que cela ferait passer à côté du jeu en fait.

————————————————————————————————————

HANSEL ET GRETEL

Le matériel d’Hansel et Gretel tient vraiment dans une toute petite boîte, elle-même nécessaire au jeu comme nous le verrons plus tard. C’est mignonnet tout plein !!!
Petite mise en situation et en ambiance…
Et oui ! Non, vous ne rêvez pas, la maison est bel et bien en 3D, juste pour le plaisir des yeux et l’immersion thématique.
Les deux enfants sont placés sur une « case » du pourtour de la boîte indiquée de manière spécifique, la sorcière qui leur court après aussi.
Les tuiles que l’on va tenter d’assembler pour former des friandises entières sont toutes détaillées ci-dessus. Pour gagner, il nous en faudra 5 de terminées.
En début de partie, à deux joueurs, la tuile avec le cœur comportant deux points violets est placée au centre de la table. Les joueurs reçoivent deux tuiles de friandises de manière aléatoire. Les tuiles restantes sont empilées pour former 4 pioches au sein desquelles on insère un chapeau de sorcière.
Ensuite, à son tour, chaque joueur joue une tuile de sa main (elles sont posées visibles sur la table) et l’accole à au moins une tuile déjà posée, dans l’idée de créer au plus vite les fameuses friandises. Ci-dessus, donc, voici la situation après nos tours respectifs.
Ensuite, pour finir le tour, les protagonistes se déplacent d’autant de cases que de points à leur couleur présents sur le bord de la zone de tuiles (superbe idée qui marche du feu de dieu, franchement !!!). C’est Hansel qui débute, d’une case, suivi de Gretel avec deux cases et la sorcière avec une case.
Il faut, évidemment, ne jamais croiser le chemin de la sorcière, soit parce qu’elle nous rattrape, soit parce qu’on la dépasse. Vraiment bien fichu ce système, vraiment…
Lorsqu’on pioche un chapeau de sorcière, celle-ci avance une nouvelle fois du nombre de points présents sur le bord de la zone de tuiles…
Enfin une friandise terminée ! Ce croissant va nous permettre d’empocher un premier jeton de pain d’épices (il nous en faut 5 pour gagner).
Chaque jeton possède un pouvoir spécial, utilisable une fois dans la partie. Ci-dessus, Leila vous montre celui qu’elle a eu : elle pourra annuler le déplacement d’un personnage plus tard dans la partie, en le retournant sur son autre face. C’est là que nous nous amusons à se dire qu’on va essayer d’en utiliser un minimum, histoire de quantifier notre victoire (si on y parvient bien sûr)…
Le jeu est clairement très réussi, avec des concepts assez novateurs je trouve et un bon plaisir ludique… Par contre, à 6 ans, ça paraît tendu pour que les enfants y jouent bien. On verra : je compte bien l’emporter en classe…
J’adore cette idée que l’on doit veiller à ce que les enfants ne rattrapent pas la sorcière… Ça donne un de ces piquants ! 🙂
Ci-dessus, Leila utilise un jeton pour annuler un déplacement (Gretel je crois) car, sinon, on perdait la partie !
La partie s’achève peu après sur cette configuration et on l’a gagnée !!!
Petite vue de notre zone de tuiles avec les 5 friandises réussies.
Et nos cinq jetons de pain d’épices, sachant que nous avons été contraints d’en utiliser deux. Notre score est donc de 3 points.

Durée de cette partie : 40 minutes – Note de cette partie : 17 / 20

Scores de cette partie :

Bilan
Leila + Ludo le gars Victoire avec 3 jetons sur 5 inutilisés à la fin

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Les superbes idées mécaniques de ce jeu : faire avancer les personnages autour du plateau, ne pas dépasser ni rattraper la sorcière, et j’en passe ! Relisez le compte-rendu 😉
– La taille de la boîte pour un jeu assez XXL quand même !
– L’envie de le faire découvrir en classe avec un groupe d’élèves (Indy Bgarz si tu me lis…),
– Le look du jeu, juste parfait pour son public.

On a moins aimé
– La complexité des effets des jetons et du moment où les appliquer (même si ça peut développer l’argumentation) pour les plus jeunes.

————————————————————————————————————

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


neuf + = 13