[28/02/2003] Pueblo

Participants
– Lolive, visiblement amateur des jeux de « blocs », après la partie de Trias,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Une petite partie de Pueblo pour clore notre soirée jeux d’aujourd’hui, ce qui permet à Lolive de découvrir un jeu qu’il ne connaissait que de nom. Et pas n’importe lequel s’il vous plaît…

Une minute 30 d’explication et le jeu débute
avec les cubes rouges pour Lolive et bleu marine pour votre serviteur.
Je commence la partie en me rendant compte de la difficulté de
débuter lorsque l’on joue à 2, puisque de manière
régulière l’accès aux cases de coin est réservé
au deuxième joueur.
Le jeu ne traîne pas en longueur puisque nous mettons moins d’une
minute pour jouer chaque bloc et la partie est tendue et plaisante.


Dur, dur, d’être un architecte modeste…

Le jeu s’équilibre de plus en plus,
surtout que Lolive a très bien joué le positionnement central
du pueblo, à présent en partie recouvert par des blocs blancs.
Les scores se resserrent et chaque coup revêt une importance toute
particulière…

Il reste 2 coups chacun : un bloc coloré
et un bloc blanc, et je dois entamer cette ultime baroud. Je décide
de jouer d’abord mon bloc de couleur mais j’hésite longuement entre
un placement dans un coin du plateau, qui aurait pour effet de m’exposer
à la vue du chef du village de nombreuses fois lors de son tour
final, et un placement en altitude qui risquerait de me faire marquer
beaucoup de points malgré mon bloc blanc que je placerais au prochain
tour. Je décide finalement de pacer mon bloc dans le coin du plateau,
car, ce faisant, je ne suis pas obligé d’utiliser mon bloc blanc
pour le protéger et je vais pouvoir m’en servir pour dissimuler
l’un de mes autres blocs dangereusement installé dans les hauteurs.

Lolive réagit bien et les scores vont
sans nul doute être un modèle de proximité…


La situation finale du jeu juste avant l’ultime tour de la part du
chef…


Les premiers tours ont eu lieu et inexorablement le pueblo prend
forme…

Je prends une petite avance au score, même
si je prends de grands risques, que je m’impose d’ailleurs en jouant
ma forme blanche avant ma forme de couleur, en dépit de l’arrivée
de Lolive sur les cases de coin.
La contre-partie se situe dans une meilleure occupation des zones situées
proches des bords : je préfère être visible au premier
étage sur plusieurs blocs plutôt que de l’être au
niveau 2 ou 3.


Voici LA position classique lorsque vous jouez à Pueblo, avec
dans le rôle principal Lolive, passé maître dans
l’art de superviser le pueblo commun…


Le pueblo vu de dessus une fois la partie achevée…

Décompte final
Je remporte cette partie avec un total de 96 points (38+58)
devant Lolive avec 94 points (34+60).

Débriefing
Lolive a bien apprécié Pueblo, en mentionnant qu’effectivement
ce jeu était un « grand jeu ». Et pourtant…
Et pourtant, les parties à 2 de Pueblo n’ont pas la même saveur
que les parties jouées à 3 ou 4 protagonistes, et souffrent d’un
trop grand équilibre qu’aucun des 2 joueurs ne peut vraiment bouleverser
:
– Entre 2 joueurs de même niveau (le cas de ce soir), le meilleur coup
est systématiquement repéré et aucun des joueurs ne peut
espérer une erreur adverse ou un jugement inadapté,
– Le déplacement du chef du village s’apparente à un jeu de Nim,
puisqu’entre chacun des cases de coin, il se trouve 9 cases à parcourir.
Les joueurs pouvant choisir entre 1 et 3 cases lors du déplacement du
chef, il est aisé de calculer qui sera en mesure de procéder au
décompte éventuel du coin, si important pour créer des
écarts au score.

En même temps, je pourrais critiquer également
les parties déroulées à 4 joueurs, car, des ces configurations,
le problème d’une certaine forme de chaos est chronique : entre votre
tour et le suivant, le plateau change du tout au tout et si vous avez la malchance
qu’un décompte vu de dessus se déroule sans avoir pu vous y préparer
vous ne pourrez rien y faire… Frustrant aussi..

Je penche donc pour dire que Pueblo trouve son apogée
dans la version à 3 joueurs : moins de chaos et plus de déséquilibre.
En tout cas, c’est toujours un plaisir de sortir ce jeu de mon auteur préféré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


6 × = six