[28/02/2004] Can’t Stop

Participants
– Vincent, avec qui on aura beaucoup joué ce soir,
– Eric, musicien ludophile à ses heures,
– Samir, en route pour un jeu qu’il nous dit bien maîtriser…
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Histoire de jouer à un jeu typiquement dans la lignée des jeux classiques revisités, nous attaquons une partie de Can’t Stop, un bon jeu bien fun de prise de risque. Chacun prend une couleur de pions : Vincent les rouges, Eric les bleus, Samir les jaunes et Ludo le gars les verts.


Et vas-y que ça rigole ! Ici, Eric relance sans faillir ses
dés les uns après les autres en faisant progresser de manière
très importante les totems dans les colonnes 5, 8 et 10. Le souci,
pour lui bien sur, c’est qu’il ne saura pas s’arrêter à temps…


Alors que je viens de placer 3 jetons dans les colonnes 2, 4 et 8,
Vincent fait preuve, à son tour, d’un panache héroïque,
mais, comme les 2 autres oiseaux, il ne sait pas s’arrêter à
temps et il perd tout…


Sur cette vue, on constate qu’il sera bien difficile pour Vincent (rouge)
et surtout pour Samir (jaune) d’espérer gagner quoi que ce soit…


Au tour de Samir de marcher sur les traces d’Eric, en lançant
les dés à profusion. Résultat pour lui aussi :
aucun jeton placé sur le plateau…


Une vue du plateau après second tour de
jeu : seul Eric aura compris qu’il faut quand même placer des
jetons pour espérer gagner…


La configuration finale du jeu d’une partie à
4 joueurs, malgré les apparence 😉
Ils sont ces satanés jetons jaunes ???

Décompte final
Ludo le gars remporte cette partie en ayant réussi
à atteindre le sommet des colonnes 2, 4 et 8, alors qu’Eric n’a atteint
que le sommet de la colonne 5 et que ni Vincent, ni Samir n’ont atteint le sommet
d’une seule colonne ! Rare situation à vrai dire..
.

Débriefing
Cette partie de Can’t Stop lancera réellement la soirée rigolarde
que nous allons passer avec Vincent et Samir notamment. En fait, cette partie
aura été irréelle dans un certain sens, puisqu’à
part moi, les 3 autres joueurs ne se contentent jamais de ce qu’ils ont obtenu
! Eric aura, de temps à autres, essayé de se freiner, mais il
n’aura pas eu le bon feeling pour le faire à chaque fois. Quant à
Vincent, mais surtout ce diable de comique de Samir, on ne s’étendra
pas sur leurs performances, sinon douteuses, au moins défaillantes…

Toujours aussi plaisant ce jeu, et ce, d’autant plus que je viens de prouver,
ce soir, que l’on peut gagner aussi en restant mesuré dans ces jets de
dés. Cela fait du bien…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


8 − = un