[28/02/2004] Le jeu d’Assaut

Participants
– Gérard, en visite à Rochetaillée pour la thématique sur « Les Jeux Classiques revisités »,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Alors que les parties de billards se succèdent en arrière plan, je propose à mon paternel de s’adonner aux joies d’un petit jeu classique assez ancien (à la fois le mécanisme du jeu et le plateau en lui-même), qui se prénomme « Jeu d’Assaut » en référence à la conquête d’une forteresse par 24 pions assiégeants contre 2 pauvres défenseurs bien esseulés. Il est clair que ces derniers n’auront vraisemblablement pas la vie facile, à voir…
Nous ferons deux manches de ce jeu, une fois chacun avec chaque camp.

Manche 1
Gérard a le trait (attaquant)


Le placement initial de la première manche, avec au premier
plan les 2 pions verts qui font office de défenseurs de la forteresse
et au fond les 24 pions attaquants assoiffés de conquêtes
victorieuses. Rappelons que les pions roses sont obligés de progresser
en direction de la forteresse, sans pouvoir prendre, alors que les pions
verts peuvent aller en tout sens et sont obligés de prendre s’ils
le peuvent..


Gérard semble calculer son coup pour pénétrer
au mieux dans le bâtiment militaire, déjà que l’un
de mes défenseurs s’est retrouvé complètement excentré
(tout en haut) et que l’autre fait office de tour de contrôle
au centre de la forteresse…


Une vue rapprochée alors que les pions verts ont déjà
éliminé nombre de pions adverses pendant que ces derniers
ont commené à investir la forteresse…


La configuration finale du jeu, survenue alors que les effectifs
roses ne sont pas suffisants pour permettre d’occuper les 9 intersections
de la forteresse…

Scores
Gérard (attaquant) : 4 pions roses dans
la forteresse
Ludo le gars (défenseur) : élimination de 16 pions roses

Ludo le gars remporte la première
manche

Manche 2
Ludo le gars a le trait (attaquant)


La situation au bout de 3 tours, alors que j’axe ma stratégie
d’assaut sur l’enfermement des pions défenseurs dans la forteresse.
Les quelques coups suivants me permettront de poursuivre cette volonté
avec réussite, avant que je ne fasse l’erreur de laisser Gérard
prendre l’un de mes pions et de parvenir, ainsi, à faire sortir
l’un de ses pions verts…


Une vue très rapprochée afin d’admirer les illustrations
un tantinet trop sanguinaires de ce vieux plateau de jeu et de visualiser
les possibilités de déplacement horizontal des pions roses
sur la dernière ligne avant la forteresse (c’est le seul endroit
du plateau où ces pions peuvent avancer puis reculer sans progresser
(intéressant pour temporiser au besoin)…


Une vue de la situation alors que je tente, à présent,
d’isoler l’un des pions verts en bas du plateau, afin d’avoir plus de
latitude pour pénétrer la forteresse. Cela passe par des
sacrifices bien légitimes mais la situation n’est pas brillante…


La configuration finale du jeu, remporté par les 2 héroïques
pions défenseurs…

Scores
Gérard (défenseur) : élimination
de 16 pions roses
Ludo le gars (attaquant) : 5 pions roses dans la forteresse

Gérard remporte la deuxième
manche

Décompte final
Nous remportons chacun une manche, chaque fois avec les
défenseurs de la forteresse.

Débriefing
Le Jeu d’Assaut ne fait pas le poids de ses années : il est très
intéressant, avec son système étroit de mouvements et son
côté déséquilibré des forces et des possibilités
de jeu. J’avoue que nous avons été surpris par la facilité
avec laquelle on gagne avec les pions défenseurs, alors que, bien entendu,
on s’attendait à ce que leur tâche soit nettement plus ardue que
celle des 24 pions assiégeants. Comme quoi, il ne faut pas se fier aux
apparences.

Les enseignements du jeu sont assez clairs à mon avis :
– Pour les attaquants, il faut essayer d’enfermer le plus longtemps possible
les 2 pions défenseurs dans la forteresse, car ils sont alors inoffensifs,
– Toujours pour les attaquants, lorsque les défenseurs sont sortis, il
faut essayer des les éloigner de la forteresse pour pouvoir y rentrer,
tout en essayant, pourquoi pas, de les immobiliser en dehors (le blocage mène
aussi à la victoire),
– Ajoutons encore, au niveau des tactiques assiégeantes, qu’il semble
intéressant de profiter de la spécificité de la ligne horizontale
à l’entrée de la forteresse afin de faire du surplace en cas de
besoin,
– Enfin, toujours pour le même camp, il convient de faire attention au
moment d’entrer dans la forteresse, car il n’est pas possible de se déplacer
en tout sens à l’intérieur et qu’il faut donc équilibrer
ses entrées entre la gauche et la droite, sous peine de perdre parce
que l’on ne peut pas faire rentrer ses pions du bon côté (et oui…
je m’en suis aperçu en fin de la seconde manche),
– Pour les défenseurs, ils s’agit surtout de contrer les attaquants selon
la méthode qu’ils ont choisi de mettre en œuvre :attention, surtout,
à ne pas se laisser enfermer par les attaquants en tombant dans le piège
de la prise obligatoire.

Le Jeu d’Assaut est donc un bon jeu, bien classique dans son approche, mais
j’aime bien ce genre de jeu, indémodable, pratiqué à l’occasion!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


huit + 6 =