[28/09/2007] Mordred, Mr Jack

Quand un auteur de la trempe de Martin Wallace retravaille un jeu, sorti initialement en catimini, il ne le fait habituellement pas à la légère. Le système de jeu est ré-étudié, les mécanismes sont épurés, les temps morts sont ciblés et réduits, en clair le jeu s’épanouit. Et Mordred, déjà fort séduisant il y a a 15 jours dans sa première mouture, devient vraiment très bon dans sa nouvelle version.
Parce que oui, je ne vous l’ai pas encore dit, mais j’ai bel et bien reçu ma boîte nouvelle génération de Mordred, en provenance directe de Manchester !!! Un superbe travail graphique a été opéré, les pièces du jeu ont été modifiées pour encore plus de plaisir et franchement, là, on a affaire à une vraie belle version professionnelle. Miam pour la partie de ce soir !
Ensuite, Sylvain et moi nous retrouvant à deux, et bien on se lance dans une partie fort tendue de Mr Jack, jeu pour lequel une extension sortira pour Essen, et je peux vous dire qu’on a hâte qu’elle arrive.
Enfin, pour clore la soirée, une partie d’un jeu de fin de soirée entamée vers minuit et demi…….. Age of Steam bien sûr ! Pas de compte-rendu, et pour cause, puisque la carte
choisie est celle de la Roumanie que je suis en train de finaliser (Transylvania qu’elle s’appellera)…

MORDRED :

Ah oui, là y’a comme du graphisme ! Ici, une petite vue du château de Mordred dont la position
n’a pas varié d’avec la version initiale du jeu…
Et le plateau de jeu après un tour de jeu. Pas mal de changements (graphiques certes, mais aussi
et surtout de règles et de tableaux de coûts et de résolution)…
Gérard vient de déclarer qu’il se lançait sur la ligne C, en prédisant qu’il serait bien capable
de sortir un double 1. Bingo, il le fait ! Du coup, il va devoir placer pas moins de 6 pions noirs et il recule de 6 cases sur la piste de Mordred. Quand on sait que l’une des
conditions de fin est de sortir de la piste de Mordred, on a de quoi s’inquiéter…
L’opportunisme du gars Ludo : je viens m’immiscer dans l’arrière-garde de mon paternel jaune en
payant un petit supplément de 1£. Je trouve ma ville plutôt bien en retrait des pions noirs. A noter que dans cette édition, chacun dispose de 4 types de pions : les villages
(petites maison), les villes, les petits châteaux (petits cylindres) et les grands châteaux (grands cylindres)…
La partie se dessine autour de 4 attitudes : celle de Thierry, qui ne mise que sur un
non-recul sur la piste de Mordred (avec très peu de pions en jeu), celle de Sylvain, pas trop mal sur la piste de Mordred mai trop exposé sur le plateau, celle de Gérard, en
retard sur la piste de Mordred mais bien présents sur le plateau, et la mienne, très implanté sur le plateau et pas si loin de Thierry au niveau de la piste de Mordred. Ajoutons que
deux joueurs prennent surtout des risques aux dés : Sylvain et Gérard…
Une vue générale permettant d’admirer l’esthétisme du matériel. A noter que les différences de
pions ne sont pas du tout inutiles, puisqu’un pion intéressant en points de victoire sera souvent cher et peu solides au combat. L’inverse est également vrai….
Sylvain peste contre le sort qui lui fait rater tous ses jets de dés. Il semble que la victoire se
profile pour Thierry, mais un coup de théâtre de ma part est encore possible. En effet, personne ne peut dire si les pions noirs seront supérieurs en nombre aux autres pions ou pas.
Du coup, le mode de désignation du vainqueur ne sera pas le même…
La partie est quasiment terminée et le suspens est total : 15 pions noirs pour 16 pions des
joueurs ! Si Mordred termine devant, Thierry l’emporte ; si Mordred termine derrière, c’est moi. Du coup je tente un coup : ligne B, pour placer quelques Mordred pas loin de mes
pions et les taper après. En fait, j’aurais mieux fait de garder mes pièces pour construire des villages peu onéreux mais qui comptent aussi comme des pions…
Fin de partie et ce sont les pions noirs qui sont  majoritaires sur le plateau ! Thierry
l’emporte alors au finish, dans la logique de cette partie, mais avec un joli soupir de soulagement : tout était vraiment possible entre lui et moi (enfin presque ;-)))…
Bilan synthétique :

On a aimé
– L’équilibre permanent entre forces noires et forces des joueurs : de quel côté penchera la balance ?
– Le matériel du jeu très réussi cette fois
– La variété intelligente des bâtiments, non superflue, et qui nivelle les axes de jeu
– La fin de partie qui ne souffre plus de longueur

On a moins aimé
– La relative augmentation de complexité liée aux tables de résolution plus lourdes
– Ne plus conserver ses pions noirs vaincus : c’était sympa !

Scores de la partie :

 

Lucarty (rouge) : 3ème sur la piste de Mordred (1 point sur le plateau)
Gérard (jaune) : 4ème sur la piste de Mordred (14 points sur le plateau)
Thierry (bleu) : 1er sur la piste de Mordred (4 points sur le plateau)
Ludo le gars (vert) : 2ème sur la piste de Mordred (17 points sur le plateau)

Note du jeu (sur cette partie) : 17 / 20

———————————————————————————————————————————————–

MR JACK :

Avant d’avoir le plaisir de découvrir l’extension du jeu dans les semaines qui viennent (Essen…
Essen… Essen…), une partie de Mr Jack s’imposait pour poursuivre cette sympathique soirée…
Pas la peine que je précise qui incarne Jack…
Début de partie pas facile, facile, avec des choix de première urgence pour éviter une sortie
rapide de Jack, quand bien même est-il pour l’instant dans la lumière…
Qui a dit que ma tenue n’était pas des plus discrètes pour courser le père l’éventreur ? Non mais
sans blague. Je lui file le train, bien comme il faut, même s’il se moque en me demandant si je compte continuer longtemps à éliminer les pions un à un… Vilain !
La partie s’acheminer doucettement vers son terme et je ne suis pas si bien que ça quand même : 3
ou 4 pions encore suspects. Ma vraie bonne méthode : laisser Jack dans la lumière 4 fois sur 5 au moins.
Officiellement il ne reste que 3 suspects et nous sommes au tour 6. Mais comme j’ai réussi à
prendre Sherlock Holmes au tour 5, je dédouane totalement la passe-muraille verte sans que Jack le sache… Laissons-le se trahir sur les 2 derniers suspects : l’inspecteur Lestrade
et Sherlock Holmes…
Hop ! Sherlock Holmes est inocenté et je sais donc que Lestrade est le coupable. Plus qu’à aller
l’accuser…
Lestrade est fait ! Pris par John Smith, roi du bec de gaz et accusateur à ses heures…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Les mille questions qu’on se pose sans cesse en jouant : comment cibler au mieux ses déplacements sans savoir qui est Jack et sachant qu’on utilise des cartes représentant ces
mêmes suspects !
– Le matériel du jeu : très fonctionnel, lisible et agréable au toucher
– Le thème du jeu, très bien rendu et qui apporte vraiment du plaisir ludique

On a moins aimé
– ? pour l’instant.

Scores de la partie :

 

 

Lucarty – Jack (Inspecteur Lestrade) : arrêté au 7ème tour
Ludo le gars – enquêteur : victoire au 7ème
tour

Note du jeu (sur cette partie) : 19 / 20

———————————————————————————————————————————————–

3 commentaires à propos de “[28/09/2007] Mordred, Mr Jack”

  1. De rien !
    Et du coup j’ai été jeté un oeil à votre site (en lien sous votre pseudo) et j’ai été impressionné : vous êtes artiste ?
    Bravo en tout cas, les oeuvres sont très originales.

    Ludo le gars

  2. je viens juste de m’apercevoir que vous aviez repondu à mon post il y a deja 4 mois ! je suis le webmaster du site que vous avez visité. je l’ai créé pour mon père qui est le véritable créateur des oeuvres que vous avez vues. content qu’elles vous plaisent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


9 + = dix