[28/12/2002] Le Lièvre et la Tortue

Participants
– Gaël, mon beauf’ joueur qui a bien gagné sa journée (Ursuppe et Müll + Money),
– Elisa, sa chère et tendre, qui devrait également apprécier les jeux sus-cités…
– Sophie, l’une de mes deux belles-sœurs, qui a reçu ce jeu de la part de votre serviteur pour son Noël,
– Nicolas, le cousin le plus délire de l’histoire du monde,
– Rémiélise, curieux clone de ma belle-sœur et de son mec, il faut dire que la limite de joueurs est à 6,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Une partie du Lièvre et la Tortue à 6 joueurs, cela doit prendre du temps et nécessiter de savants calculs pour optimiser ses déplacements et sa gestion de carottes…


Sophie et moi avons joué notre premier tour…

La partie avance doucement mais surement,
ce qui est systématiquement le cas dans ce jeu pour le premier
tiers du plateau. Gaël fait preuve d’une grande finesse puisqu’il
mange très discrètement 2 de ses salades, puis, lorsque
le moment lui semble opportun, il se lance dans la chevauchée fantastique
en sprintant pour rejoindre la case salade située à l’autre
extrémité du plateau. Il n’a alors plus aucune salade à
ingurgiter… Il sera dur à rattraper.

De son côté, Sophie, pourtant
bien située sur le devant de la course, se focalise sur les cases
lièvres, ce qui produit des effets souvent non désirés
(recul jusqu’à la case précédant le joueur placé
derrière elle…), et elle se retrouve rapidement à cours
de carottes alors qu’elle a été longtemps devant.
Elisa, coutumière du fait ;-), nous fait bien rire en tentant un coup de folie : un sprint d’une quinzaine de case, malheureusement avorté par un mauvais calcul…
Nicolas éprouve toujours les pire difficultés pour progresser sur le jeu et votre serviteur amasse et amasse encore des carottes grâce
aux case tortue que j’affectionne tout particulièrement.


Une vue rapprochée du plateau, alors que je mange ma salade, au nez et à la barbe d’Elisa qui voit cette case se libérer et se remplir sans qu’elle puisse s’y placer…


Le plateau en fin de partie

J’expose les règles du jeu avec de
grandes difficultés pour faire entendre ma voix poussive (extinction
et mal de gorge), et nous attaquons la partie dans le quart d’heure.

Sophie est désignée première
joueuse (c’est son jeu !) et place son pion sur une case carotte, tandis
que je place le mien sur une case chiffrée, attendant de voir
si mes adversaires me mettront des bâtons dans les roues…

Le jeu se déroule tranquillement,
sous les rires des uns, les traductions approximatives des autres (cartes
de Lièvre que Rémiélise et Sophie s’empressent
de prendre à qui mieux mieux), et les gestes d’énervement
de Nicolas devant l’ampleur de la tâche : il faut compter, compter
et compter encore 😉


Plusieurs tours ont eu lieu et le père Gaël semble en
grande concentration : j’y vais, j’y vais pas ? De toute manière,
tôt ou tard il faut y aller…


Le coup de folie d’Elisa, qui restera dans les annales, alors que Nicolas tente de faire rebrousser chemin au pion d’Elisa…

Il ne faut pas beaucoup de temps à Gaël pour rejoindre la case d’arrivée, avec brio et sans opposition convenable, grâce à une excellente gestion de son stock de carottes et une non moins remarquable élimination de ses salades.
Je parviens à le rejoindre dans la foulée, mais en seconde
position, la faute au résidu d’une salade.
Elisa ne tarde pas trop non plus à regagner la case d’arrivée.

Mais… en ce qui concerne les autres participants,
la tâche est tout autre…
Tour à tour, Nicolas, Sophie et Rémiélise sont
contraints de reculer, reculer et reculer encore afin de faire diminuer, en ré-avançant, leur stock de carottes sur-dimensionné.
La 19ème case fatidique (point d’équilibre entre gain
dû au recul et perte due à l’avancée) devra être
atteinte par nos 3 adversaires.
Nicolas se montre récalcitrant à l’idée de procéder
de la sorte, alors que Sophie et Rémiélise comprennent
la nécessité de faire ainsi.

Le jeu va s’achever dans la confusion générale
et des stocks de carottes mémorables…

Décompte final
Gaël gagne cette partie avec un résidu de 6
carottes (sur 10 autorisées), suivi de Ludo le gars avec un résidu
de 1 carotte (sur 20), d’Elisa avec un résidu de 5 carottes (sur 30),
de Rémiélise avec un résidu de 0 carotte (sur 40), de Nicolas
avec un résidu de 31 carottes (sur 50) et enfin de Sophie qui n’achève
pas son parcours alors qu’il lui reste 305 carottes !


Débriefing
Sympathique petit jeu que ce Lièvre et la Tortue, même si la durée
est énorme à 6 joueurs et que les phases sont répétitives
et calculatoires.
L’ensemble des joueurs a passé un bon moment, mais je soupçonne
que certains (Nicolas ?) l’ont trouvé trop prise de tête et pas
assez fun.

De mon côté, j’ai moins accroché à ce jeu que je
n’ai pu le faire dans le passé, surtout qu’il s’est révélé
longuet et prévisible : Gaël ayant mangé toutes ses salades,
il ne pouvait que gagner, sachant qu’il avait comprise que les cases lièvres
sont plutôt à éviter…
C’est un jeu que je trouve plus intéressant à moins de joueurs,
car les tours sont plus rapides et les cases plus accessibles.

N’empêche que Sophie pourra maintenant jouer à ce jeu, et notamment
avec la variante en solitaire que je lui ai présentée (voir
la variante
).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


5 − = quatre