[28/12/2007] Spirou et les champignons géants, Agricola

Parce que j’aime les contrastes, je vous propose aujourd’hui deux comptes-rendus fondamentalement opposés.
Le premier concerne un jeu essentiellement pour les enfants, qui ne date pas d’hier, très orienté grand public mais quand même signé par un auteur célèbre, Philippe des Pallières : Spirou et les champignons géants (rien que ça !).
Le second concerne un jeu uniquement pour les adultes, extrêmement récent, totalement réservé à un public averti et signé lui aussi par un auteur célèbre, Uwe Rosenberg : Agricola.
Une bonne journée, relatée ci-après…

SPIROU ET LES CHAMPIGNONS GEANTS :

Des champignons de plastique qui relient la case de départ des personnages, si chers à Franquin, et
la case montagneuse contenant les 2 objets que doivent rapporter les héros…

 

Spirou (Tristan) s’apprête à partir, alors que Spip (Maitena) et Champignac (moi) sommes déjà
arrivés sur le champignon jaune. Vous avez remarqué comme les champignons ont muté en un tour de jeu ?
Tristan et Maitena se font plaisir, c’est clair, à manipuler les champignons, en les faisant
grandir ou raccourcir selon leurs intérêts…
Spip vient d’atteindre en premier la montagne et va donc pouvoir rapporter à la case de départ son
premier objet sur deux. Maitena a vite compris comment profiter du pouvoir spécial de son héros qui lui permet de grimper jusqu’à 3 niveaux plus haut que la normale…
Je reviens aussi, avec Champignac, avec l’un de mes deux objets fétiches. A noter que mon pouvoir
spécial est très utile aussi : au lieu de piocher une carte à mon tour, j’en pioche deux et choisis laquelle je joue. Du coup, cela m’offre plus de liberté qu’à mes partenaires…
Tristan modifie la taille du champignon rose, en raison d’une carte le lui permettant. Son idée est
de rejoindre au plus vite la montagne : il le pourra dès ce tour (avancée de 3 cases)…
Et hop, un champignon rapporté à la maison. a droite, la carte rappelant mon pouvoir spécial…
La lutte fait rage entre les 3 héros, lesquels se retrouvent finalement au même point, prêts à se
rendre sur la montagne pour le second objet…
Tristan vient d’utiliser le pouvoir spécial de Spirou, certainement le plus difficile à exploiter
mais qui doit pouvoir se révéler très puissant lorsqu’on le maîtrise : il saute par dessus un champignon de taille inférieure, pourvu que celui de départ et d’arrivée soit de même
taille…
Et encore un champignon raccourci, alors que le jeu devient extrêmement tactique, puisque chacun
d’entre nous est à présent chargé de son second objet et que nous sommes tous sur le même champignon…
Le coup qui me permet de l’emporter : je diminue la taille du champignon violet de 3 cases et
rejoins la case de départ…
Maitena et Tristan terminent la partie pour voir qui arrivera deuxième. Un peu frustrante cette
fin, avec l’influence qu’on a sur les autres joueurs, vu qu’on est dans la même zone et qu’on gêne plus un joueur qu’un autre, presque sans raison…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le look du matériel de jeu qui emballe clairement les enfants,
– Le système de pouvoir spécial par héros, ce qui oblige à jouer en fonction de cela et qui doit bien varier les parties,
– L’entraide qui peut survenir à un moment donné entre des joueurs proches géographiquement.

On a moins aimé
– La fin qui se déroule dans un mouchoir et qui nous fait poser des questions sur qui attaquer,
– L’aspect aléatoire de la pioche des cartes (mais on est quand même dans un jeu grand public hein…).

Scores de la partie :

Tristan (Spirou) : 1 objet (3ème))
Maitena (Spip) : 1 objet (2ème)
Ludo le gars (Champignac) : 2 objets (1er)

Note du jeu (sur cette partie) : 12 / 20

———————————————————————————————————————————————–

AGRICOLA :

Julie n’aurait pas pu passer ses vacances sans essayer au moins une fois ce fameux Agricola.
Alors, avant que Sylvain ne nous rejoigne, et bien je lui fais découvrir à 2 joueurs, histoire de se familiariser avec les règles dans leur version familiale. A noter qu’à 2
joueurs, il n’y a pas de cartes Action vertes…
Un début de partie très orienté bois et jonc en ce qui me concerne, convaincu que le nombre de
pièces est fondamental car il permet rapidement d’accueillir un nouveau-né et donc d’avoir une action supplémentaire par tour par rapport à son adversaire…
Fin du 4ème tour et première phase de récolte de la partie. Je poursuis ma main-mise sur les
matériaux : bois et argile ce coup-ci, en attendant de réaliser de grandes constructions plus tard. Chacun de nous paie 2 jetons de nourriture par pion, soient 4 en tout chacun. La
partie plaît bien à Julie, même s’il n’y a pas la tension rencontrée à plus de joueurs…
Petite vue de mon plateau, en cours de 5ème tour, lorsque je sors l’artillerie lourde : 2 pièces
ajoutées pour 10 bois et 4 joncs, ainsi qu’une étable pour 2 bois. En premier plan, on peut voir que je dispose déjà d’argile et de jonc pour la suite du jeu et quelque chose me dit
que je ne vais pas laisser traîner trop de bois dans les actions disponibles…
Fin du 7ème tour et nous repartons pour une seconde récolte. Fin de période très difficile pour
moi qui ne passe pas très loin de la correctionnelle au niveau des jetons de nourriture (trop gourmand sur les autres domaines, j’ai failli me rater et prendre une carte
mendiant)…
Vue générale juste avant que nous attaquions le 8ème tour de jeu, le premier de la grande
accélération finale (récolte tous les 2 tours puis d’un tour à l’autre pour le dernier)…
Julie couine à fond car je viens de prendre les 6 jetons bois proposés et qu’avec mes 3 actions,
je vais pouvoir en réaliser une de plus qu’elle. A noter le truc dingue : je suis premier joueur depuis le début de la partie et Julie n’arrive pas à prendre cette action pour
renverser le cours des choses car, si elle comporte 3 jetons, je la prends avant elle !
Petite vue rapprochée de mon butin de bûches et de mon garde-manger…
Fin de 9ème tour et nouvelle récolte. Je procrée encore, juste en fin de période, histoire de ne
payer qu’un jeton de nourriture pour le marmot, bien exploitable dès le tour suivant. Je passe encore hyper juste au niveau de la nourriture, mais sur le plateau, je suis très bien
placé…
Et voilà de la dépense de bois qui m’offre de belles pâtures ! Dire que Julie couine est un doux
euphémisme, elle qui rêverait simplement de construire une 3ème pièce à sa maisonnée…
Julie cherche un moyen de renverser la vapeur mais elle a du mal et manque le coche sur l’action
premier joueur. Du coup, elle rame, malgré de superbes champs de culture, dans lesquels on trouve aussi bien des céréales que des légumes…
En cours de 11ème tour, juste avant que je ne joue mes 2 derniers pions paysans. Remarquez la
pile de jetons d’argile et celle de jonc. L’idée est de rénover ma maison en torchis tout en achetant une carte d’amélioration majeure du type vannier…
Fin du 11ème tour et nouvelle récolte…
Mon plateau individuel prêt à attaquer le 12ème tour de jeu…
Julie retrouve sa vraie nature : agricultrice ! Elle excelle dans l’art de faire de belles
plantes et elle accumule les jetons de céréales et de légumes sur les nombreux champs de son exploitation…
Ma carte vannier que j’apprécie bien à ce moment du jeu : 1 jeton de jonc = 2 nourritures,
toujours utiles, et des points en fin de partie…
Fin de 13ème tour et avant-dernière récolte : Julie réussit enfin à avoir une naissance, grâce à
l’action 1 enfant même dans une pièce habitée. Elle en disposera durant un tour, le dernier…
La partie va s’achever et je vénère encore mon vannier comme en témoigne cette redoutable photo
😉 Aussi incroyable que cela puisse paraître, je suis resté premier joueur du début à la fin de la partie !
Le plateau de Julie une fois la partie achevée : elle a très bien joué les cultures, c’est clair,
et assez bien les élevages, en dépit de bois manquant pour construire plus de barrières. Elle parvient in-extremis à rénover sa maison en torchis mais son manque de pièces et ses 3
seuls habitants feront un peu juste au final…
Mon plateau en fin de partie : je réussis à avoir une grande maison (4 pièces), très bien peuplée
(5 pions) et de belles pâtures bien garnies et possédant chacune une étable. Seules mes cultures laissent à désirer, mais globalement je suis très satisfait du déroulement de cette
partie.
Une vue générale du jeu une fois la partie achevée…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le matériel de jeu vraiment sympa à manipuler,
– La fluidité générale du jeu et sa règle au final simplissime (exceptés les enchaînements à anticiper mais ça c’est positif aussi !),
– L’utilisation de certaines cartes rouges (vannier entre autres) décuplent les possibilités tout en offrant l’information à tous les joueurs,
– La version 2 joueurs pour faire apprendre le jeu à quelqu’un.

On a moins aimé
– Le manque de tension à 2 joueurs,
– La réticence pour utiliser les cartes d’améliorations et de formation car je crains que le jeu, tout à fait calculatoire, sombre dans le chaos le plus total. Je m’explique : si
un joueur n’a pas d’argile devant lui, vous pouvez être serein pour la construction d’un four : il ne vous piquera pas l’action requise. Mais s’il possède en main une carte qui
lui en octroie 2, hop, il vous grille ! Il me semble qu’on passerait d’un jeu riche à information complète à un jeu chaotique à information partielle. Certes plus varié mais moins
contrôlable. Vrai ? Faux ? A essayer en tout cas…

Scores de la partie :

Julie (rouge) : 25
Ludo le gars (vert) : 36

Note du jeu (sur cette partie) : 16 / 20

———————————————————————————————————————————————–

Une réponse à “[28/12/2007] Spirou et les champignons géants, Agricola”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


huit − = 1