[29/10/2021] The Grand Carnival

Je le dis : Tim Fowers est un gars en or ! Il est un génial créateur de jeux, celui de Burgle Bros pour ne citer que celui-là, mais il a également un sens du partage que l’on ne rencontre que très rarement…
A Essen, en 2017, il m’a très gentiment remis une boîte de Burgle Bros, avec tout l’amour que j’ai dédié à ce jeu depuis.
En 2018, toujours à Essen, il a accepté que je lui achète son immeuble de Burgle Bros qu’il avait utilisé durant les 4 jours de salon. Mythique…
En 2019, j’ai enregistré un portrait de joueurs avec lui : écoutable ici.
Et de l’un à l’autre, j’ai aussi eu la chance de jouer à ses autres créations…
Et, en 2021, voilà qu’il m’envoie The Grand Carnival, découvert aujourd’hui, et Burgle Bros 2 (à venir mes chers lecteurs…).
Ce gars-là, oui, je l’aime sincèrement et ses créations transpirent de plein de choses ludiques que j’affectionne : la coopération, le matériel original et de qualité, les mécanismes ingénieux, … Oui, clairement, chaque découverte de ses jeux est une sorte de plaisir ludique hors du temps…
Je précise : pour une fois, le jeu du jour n’est pas un jeu qu’il a créé lui-même mais… son illustrateur est son fidèle lieutenant ! !

THE GRAND CARNIVAL

La superbe découverte du soir qui méritait bien que je portasse ce masque de mon enfance sur le sommet du crâne ! Il est en piteux état mais s’insère parfaitement dans le thème…
Franchement, le jeu est juste MA-GNI-FIQUE avec le talentueux Ryan Goldsberry aux pinceaux, celui-là même qui a réalisé les illustrations exceptionnelles de Burgle Bros…
Ci-dessus, vous pouvez voir l’étalage de tuiles de parcelles qu’on peut construire, étalées sur une suite de roulottes du plus bel effet, avec le compte-tour en-dessous : 7 jours d’affilée et la partie sera terminée !
En-dessous, encore, les trois cartes sur quatorze qui seront utilisées pour la partie, procurant des capacités spéciales jusqu’à la fin de la partie…
Chaque joueur dispose d’un superbe plateau individuel, vraiment grand croyez moi, avec un chapiteau constitué de 4 lignes et 4 colonnes, sur lesquelles vont être placées d’abord des parcelles puis des attractions.
Sur la gauche, chaque joueur place ses 5 pions « ouvriers » lesquels seront posés sur les numéros adjacents et fur et à mesure de chaque journée du jeu. 5 pions par jour X 7 jours = 35 tours par joueur sur l’ensemble de la partie. CQFD !!!
Enfin, 5 tuiles d’attractions par taille (de 1 à 5) sont étalées à deux joueurs, soient 25 tuiles en tout. Elles présentent chacune des illustrations vraiment très sympas et leurs formes différentes peuvent orchestrer de jolis maux de tête pour être bien placées dans son parc d’attractions…
Le tour d’un joueur est limpide : on prend un de ses pions qu’on place sur un numéro non utilisé puis on réalise une action plus ou moins puissante en fonction de ce numéro :
– Prendre une parcelle d’une valeur maximale de ce numéro et la poser dans le sens de lecture (marteau),
– Prendre une attraction d’une valeur maximale de ce numéro et la poser sur des cases de construction de son chapiteau, sans problème de sens de lecture,
– Faire avancer un de ses clients d’autant de cases maximum que la valeur du pion (+ 1 case par aboyeur orange posé chez soi) et poser éventuellement un ticket sur chaque attraction adjacente à sa case d’arrivée.
Ensuite, le joueur vérifie s’il ne valide pas une carte de capacité… J’y reviens, c’est vicieux au possible ! 😉
Ci-dessus, vous pouvez voir que je vais poser une attraction de taille 4 sur une zone de construction qui convient.
L’incroyable homme le plus fort du monde (ou la femme) dispose maintenant de son stand dans mon parc et les clients devraient s’y presser…
Après 5 tours, voici le plateau de Leila…
Et le mien…
On replace nos pions à côté des numéros, on décale le marqueur de jours et on change de premier joueur pour attaquer la deuxième journée.
Leila empoche un aboyeur orange pour avoir faire rentrer ses deux clients dans son parc. Il offre l’avantage de faire gagner un déplacement aux clients mais gêne un peu le passage en fonction d’où il est placé. Ensuite, elle a récupéré deux nouveaux clients prêts à entrer pour s’amuser…
Le jeu est ultra-fluide et qu’il est beau !!! On passe un très bon moment. Nous voici en fin de deuxième journée…
Je viens de grouper 3 de mes clients sur des cases vertes adjacentes…
Je peux donc valider la première carte de capacités spéciales : dorénavant je vais pouvoir prendre une parcelle un cran plus haut que mon numéro de pion joué. Et pour Leila ? Le truc vicieux… Soit elle atteint cet objectif dans la foulée, soit elle n’aura jamais le droit de profiter de cet avantage ! J’adore… 😉
Elle s’en sort très bien et on se chamaille un peu, et très rapidement finalement, pour les deux autres cartes, avec un mauvais résultat pour moi pour la troisième pourtant si intéressante : avoir le droit de partager le déplacement de son client en deux…
Ça va vite… Si je vous parlais des PV d’ailleurs :
– Avoir placé 3, 4 ou 5 attractions de même taille avec au moins un ticket dessus rapporte des PV (tableau sur le plateau des joueurs),
– Avoir placé au moins un exemplaire de chaque taille d’attractions (de 1 à 5) rapporte 22 PV,
– Avoir fait sortir des clients par le toit du chapiteau rapporte jusqu’à 15 PV,
– Avoir empoché au moins 15 tickets rapporte 12 PV,
– Chaque aboyeur rapporte 3 PV,
– Chaque marteau encore visible (grand ou petit) fait perdre 1 PV.
Il ne nous reste plus que deux journées dans ce jeu, soit 14 tours chacun…
C’est le money time et il faut savoir ce qu’il faut absolument faire ! Si vous regardez bien mon plateau, vous devinerez que je vais devoir consacrer ma journée pour placer moult parcelles, avec des attractions, afin d’y faire affluer les clients dans la foulée. Tout ça en très peu de temps…
On va attaquer la dernière journée et je tiens mes objectifs…
Je sais ce qu’il me reste à faire : placer une tuile de parcelle en haut, ajouter une attraction de taille 5 (toute en longueur) puis une autre de taille 1 (que je n’avais pas encore), puis déplacer un client pour « alimenter » mes trois attractions du haut et un autre vers la gauche pour ajouter deux derniers tickets. Et oui, ainsi, je vais réussir à totaliser au moins 15 tickets, avoir deux séries de 3 attractions de même taille avec ticket et posséder une série d’attractions de tailles différentes ! Oui, ça peut faire cogiter pour optimiser…
Le chapiteau de Leila une fois la partie terminée, avec 4 clients sortis par le toit (rigolo au niveau du thème)…
Et mon chapiteau, avec l’atteinte de mes objectifs expliqués en détails un peu plus haut…

Durée de la partie : 1 heure 45 minutes – Note de cette partie : 16 / 20

Scores de cette partie :

Attractions = Attractions <> Clients au sommet Tickets Aboyeurs Marteaux Total
Leila (rouge) 0 0 15 12 9 -4 32
Ludo le gars (vert) 8+18 22 0 12 6 -3 63

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Les illustrations à la Burgle Bros que nous avons adorées, tant elles mettent dans l’ambiance !!!
– La qualité du matériel, bien lourd et en grand nombre, avec des meeples absolument fantastiques !
– La simplicité de la règle,
– Les 3 niveaux à empiler pour bien jouer : poser des parcelles, puis des attractions, puis y faire transiter des clients,
– Le côté vicieux des cartes de capacités spéciales…

On a moins aimé
– Une trop grande simplicité du jeu, lequel ressemble à quelques autres : Zooloretto, WonderZoo (surtout), …

————————————————————————————————————

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


− 5 = deux