[29/01/2004] Cosmic Encounter

Participants
– Olivier, alias Lolive, le seul à connaître le jeu autour de la table et qui avait apporté sa VF du jeu,
– Sylvain, dont je suis curieux de voir la manière de jouer à un jeu non stratégique 😉
– Sébastien, silencieux comme à son habitude, mais qui va devoir s’emballer dans la partie s’il veut s’en sortir,
– Sandie, qui semble s’endormir lors de l’explication de la règle avant de jouer à la perfection son peuple alien,
– Fabrice, très bien dans le rôle de son peuple alien,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Comme je tenais à jouer avec ma version du jeu (anglaise) et que Lolive avait apporté sa version française du jeu, nous avons réalisé un mix original et fonctionnel : plateau et matériel de la version Games Workshop mais cartes de jeu de la version Descartes. Ainsi, nous avons l’esthétique de la version anglaise, notamment les cônes, et le texte des cartes en français, ce qui est une assez bonne chose…
Attention cependant : les pouvoirs spéciaux des aliens ne sont pas toujours les mêmes dans les deux versions.
Lolive explique les règles, avec des annotations de ma part, ayant lu la règle anglaise la veille, puis nous attaquons la partie après avoir choisi un peuple chacun et un pouvoir parmi 3 tirés au hasard.
Nous avons donc en présence :
– Lolive avec le peuple violet et le pouvoir français d’utiliser les pouvoirs des peuples où il a une base (secteurs concernés),
– Sylvain avec le peuple orange et le pouvoir français d’aimant, c’est dire de pouvoir obliger un joueur à s’allier avec l’attaquant ou le défenseur,
– Sébastien avec le peuple bleu et le pouvoir anglais de Vide (Void), qui élimine définitivement les cônes de ses adversaires directs,
– Sandie avec le peuple rouge et le pouvoir anglais de Seeker, qui lui autorise de poser une question à laquelle l’adversaire doit répondre par oui ou non,
– Fabrice avec le peuple jaune et le pouvoir français de Zombie, qui lui permet de ne jamais avoir ses cônes dans le Warp,
– Ludo le gars avec le peuple vert et le pouvoir français de Prédicateur, qui permet de miser sur l’issue d’un conflit et de gagner une base en cas de réussite
.


Début de partie avec le pouvoir de chacun dressé devant
lui et les bases de son propre secteur occupée par les cônes
à sa couleur…


Un exemple de conflit en cours de positionnement : violet attaque orange
avec 2 cônes sur une planète où se trouvent 4 cônes.
Les invitations de l’attaquant et du défenseur ne vont pas tarder.
Au centre (à gauche), on peut voir le Warp qui contient déjà
3 cônes verts et 1 cône bleu…


Une vue rapprochée dans le secteur bleu, où l’on peut
constater que l’une des planètes est occupée par des cônes
de tous les autres joueurs…


Une vue générale de la situation à un moment où
je suis pris pour cible par l’ensemble des peuples aliens. Il faut dire
qu’avec 3 bases, potentiellement 4, je suis assez bien placé notamment
en raison de mon pouvoir de prédicateur…


Un moment très important de la partie vient
de se jouer : je voulais jouer le prédicateur lors d’une attaque
dans le secteur orange de Sylvain. Mais, comme à son habitude,
il m’intègre au conflit, du côté le plus faible (l’attaquant
en l’occurence). Je joue une carte Edit qui me permet d’éliminer
un allié du côté de la défense, mais je dois
me rendre à l’évidence et je joue une carte Compromis. Mais,
Sylvain prenant son temps et voulant changer de carte au moment où
on allait les retourner, je fais de même et place une carte d’attaque
de valeur 15 (je pense qu’il a estimé qu’il pouvait baisser la
valeur de la carte qu’il jouait et faire une économie d’une grosse
carte). Coup de bluff de ma part évidemment. Et ça marche,
sous les cris de surprise de l’assistance : mon cône isolé
prend possession de la planète de Sylvain, portant mon total à
4 bases…


L’ambiance est sympathique, avec un Lolive plus roublard que jamais
(en même temps, il est le seul à connaître le jeu…)
et un Sylvain qui… réfléchit !


Sébastien n’est pas peu satisfait de son
pouvoir spécial, qui lui permet d’éliminer définitivement
les cônes adverses lorsqu’il gagne un combat…


Sandie semble réfléchir intensément
en lisant le pouvoir de Sébastien. Et pourtant, ce dernier n’a
pas réussi à s’en servir avec brio jusqu’à présent…


Le pouvoir de Sylvain est un véritable
cauchemard pour moi lors de la seconde partie du jeu : sachant que je
mène la danse, il m’implique systématiquement dans les
conflits en tant qu’allié, ce qui m’empêche de me servir
de mon pouvoir de prédicateur, fort utile pour s’installer sur
des planètes sans pour autant combattre pour cela aux côtés
de l’attaquant. Terrible ce Sylvain…


La configuration finale de la partie, alors que
mes adversaires m’ont vraiment empêché d’obtenir ma 5ème
planète à l’extérieur de mon secteur. Mon pouvoir
s’est retrouvé annihilé et je dois de terminer ex-aequo
à une circonstance particulière de négociation
entre l’attaquant et le défenseur (Lolive et Sandie) qui gagnent
ainsi tous les deux. On gagne finalement tous les 3…

Décompte final
Lolive, Sandie et Ludo le gars remportent cette partie avec
un total de 5 bases à l’extérieur de leur système solaire,
devant Sylvain avec 2 bases et Sébastien et Fabrice avec une seule base
chacun.

Débriefing
Plaisant et délirant, ce jeu a semblé plaire à l’ensemble
des joueurs, même si celui-ci peut paraître un tantinet répétitif.
La fluidité de l’ensemble et le système d’imbrication des pouvoirs
sont certainement les deux caractéristiques majeures de ce jeu hors norme.
Lorsqu’un joueur est proche de gagner, il se produit une sorte de coalition
extrêmement forte contre lui et il doit avoir les reins solides (ou un
coups préparé depuis longtemps et qui surprendra) pour espérer
l’emporter quand même. Clairement, je gagne la partie avec 2 autres personnes,
parce que je n’ai pas pu finaliser mon avance. Mon pouvoir s’est retrouvé
minimisé par celui de Sylvain, ce qui a profité à Lolive
et Sandie, trop heureux de pouvoir passer en douce. La main de cartes est à
gérer avec talent, afin de réserver de grands coups pour la fin.
Le fait de ne pas pouvoir compléter sa main avant d’avoir épuisé
ses cartes attaque est une bonne chose pour la difficulté du jeu. Ca
passe bien.
Au final, Cosmic Encounter est vraiment un jeu bizarre et même si le chaos
est de partout, on a l’impression de participer à un jeu assez fin et
qui tourne. A rejouer et à creuser pour aller plus loin dans l’analyse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


cinq + 6 =