[29/01/2007] Summer Time

Maillot de bain et lunettes de soleil de rigueur, nous voilà partis pour des vacances au soleil au travers du dernier-né de la gamme 2 joueurs de chez Kosmos : Summer Time. Ce jeu, au look assez étrange (mélange dessin/photo avec fondus bizarres), se révèle être un petit jeu de pose de cartes dans une zone prédéfinie de 6 par 5 (ou 5 par 6), avec une place de hasard assez importante, des choix plutôt légers et des règles relativement peu claires malgré leur faible longueur. Je vous explique tout ça ? Lisez plutôt…

SUMMER TIME :

Chaque carte de la file de la pioche peut être achetée pour le coût indiqué au-dessus (par
exemple, le poisson clown peut être acheté moyennant la défausse d’une tuile d’algue bleue et de deux pitayas roses). Notez que chaque joueur dispose initialement de 3 fois chaque
symbole (5 au total) et qu’il peut très bien récupérer toutes ses tuiles au lieu d’acheter une carte…
Une fois achetées, les cartes peuvent être gardées en main, mais elles peuvent, après un cahat,
être placées sur la table, côte à côte en respectant certaines contraintes de pose (pas toujours claires d’ailleurs). Des points sont marqués lors de chaque pose de cartes par le
joueur concerné. Ici, j’ai par exemple marqué 5 points avec ces 2 cartes. Le vainqueur est celui qui totalisera le plus de points en fin de partie…..
Pas vraiment séduite par le système de jeu, Julie a quitté bikini et tongs avant que je fasse la
photo ! Dommage… En même temps, il faut préciser que la température extérieure est plus proche de -2 ou -3 ° que des températures idylliques des plages sablonneuses 😉
Et puis, disons-le tout net, le thème du jeu a été tellement plaqué sur le mécanisme que l’on ne s’y croit pas du tout et qu’on pourrait très bien jouer à un jeu abstrait, ce serait
pareil…
La partie a progressé et le rectangle de pose se dessine. A noter que la plus grosse imprécision
de règles nous posera un gros problème : chaque carte de la ligne supérieure doit forcément comporter du sable, mais en quelle quantité ? Est-ce qu’un seul petit bout de plage
suffit ou est-ce que la carte doit être vraiment sableuse (nous opterons, sûrement à tort, pour cette seconde solution) ? Tant qu’on n’a pas atteint les bords du rectangle – par
5, peut-on placer une carte au-dessus de ligne du haut en disant que, jusqu’à preuve du contraire, il reste peut-être assez de cartes sable pour compléter la ligne ?
Le moment où je réalise mon grand coup de remontée avec 38 points dans la besace : la carte A
pour 4 points, la carte B pour 14 points (2 fois 4 et 2 fois 3), la carte C pour 2 points et la carte D pour 18 points (3 fois 4 et 3 fois 2). Mais cette jolie pose est
entâchée d’une grossière erreur puisque ma carte C ne pouvait pas être posée là : aucune des 2 vignettes présentes sur la carte C n’est présente sur l’une des cartes adjacentes…
38 points de marqués, ce qui me donne une avance de 26 points sur Julie alors que j’en avais 12
de retard ! Mais bon, il semble quand même que l’étroitesse de la zone valide de pose (6 par 5 ou 5 par 6) ne laisse que peu l’occasion de réaliser de grands coups et qu’il vaille
mieux grapiller des points de-ci de-là. Il faudrait revoir le jeu sans erreur pour savoir mais je ne suis pas certain que cela se fasse…
La partie aproche de son terme et Julie et moi sommes sur la même case 75. C’est à mon tour de
jouer : j’achète la carte qui reste sur la file, laquelle me rapportera 4 points (2 fois 2), sans que cela pour autant me mène à la victoire (ma dernière carte en main me fera
perdre 5 points)…
La partie est totalement terminée, suite à la pose de ma carte précédente et à un décompte de -5
points en ma défaveur. Julie gagne d’un petit point et nous passons plusieurs minutes à déplorer les défauts de ce jeu et son manque de saveur. Il n’est pas fondamentalement raté
mais il n’emballe guère au milieu de la profusion de bons jeux à deux joueurs…
Bilan synthétique :

On a aimé
– La possibilité de passer à son tour, option pas seulement artificielle puisqu’elle met la pression sur l’adversaire : s’il passe aussi, les cartes restantes sur la file sont défaussées
– Le paiement en tuiles de denrées, avec des changements à chaque changement de file (bonne rotation)

On a moins aimé
– Le manque d’esthétisme du jeu et qui ne colle pas avec le thème (ce dernier étant d’ailleurs absent)
– Le manque de liberté du jeu due à l’étroitesse du plateau et au trop grande nombre de contraintes sur les cartes
– Le manque de clarté des règles (en tout cas de la traduction trouvée chez ludism)

Scores de la partie :

Julie (bleu clair) : 75
Ludo le gars (bleu foncé) : 74

 

 

Note du jeu (sur cette partie) : 10 / 20

———————————————————————————————————————————————–

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


cinq × = 20