[29/04/2015] Limes

En 2008, Martyn F., un sympathique auteur néerlandais, créait un très bon petit jeu prénommé Cities, via sa maison d’édition Emma Games. Il se jouait de 1 à 4 joueurs, même si sa version solo paraissait la plus convaincante. Ce jeu fut même, en son temps, nominé au Spiel des Jahres…
Voyant la bonne affaire, Abacus Spiele le rééditait en 2014 dans une version pour 2 joueurs rethématisée : adieu les monuments du monde, bonjour les tours antiques ! Son nom : Limes. Il remporta le International Gamers Awards en 2014 dans la catégorie 2 joueurs.
Aujourd’hui, je le découvre donc à mon tour dans sa configuration deux joueurs, même si je peux d’ores et déjà affirmer que je suis plus que sceptique sur le fait d’y jouer à deux. Pourquoi ne pas réserver ce jeu à un mode solo particulièrement adapté et incitatif : avec l’échelle des scores proposée, on a tout pour se faire plaisir sans avoir besoin d’un artificiel deuxième joueur…

LIMES

Voici donc la boîte de ce Limes, un jeu pour deux joueurs qui jouent absolument et uniquement dans leur coin ! On notera que les tuiles de la version Cities ont été remplacées par des cartes carrées, certes toilées, mais globalement moins attractives que les épaisses tuiles à l'effigie des principaux monuments de Londres, Paris, Berlin et New York de la version Cities...
Voici donc la boîte de ce Limes, un jeu pour deux joueurs qui jouent absolument et uniquement dans leur coin ! On notera que les tuiles de la version Cities ont été remplacées par des cartes carrées, certes toilées, mais globalement moins attractives que les épaisses tuiles à l’effigie des principaux monuments de Londres, Paris, Berlin et New York de la version Cities…
Voici la vue de mon domaine, après le placement des tuiles 22 et 4, avec un meeple sur chacune. Chaque carte est divisée en 4 zones de terrain, chacune d'entre elles pouvant rallier une zone du même type adjacente et élargir, ainsi, un territoire. Les meeples feront marquer des PV en fonction de critères liés à ces territoires (on y revient).
Voici la vue de mon domaine, après le placement des tuiles 22 et 4, avec un meeple sur chacune. Chaque carte est divisée en 4 zones de terrain, chacune d’entre elles pouvant rallier une zone du même type adjacente et élargir, ainsi, un territoire. Les meeples feront marquer des PV en fonction de critères liés à ces territoires (on y revient).
Comme la zone finale de chaque joueur doit former un carré de 4 cartes par 4 cartes et que les meeples peuvent éventuellement être déplacés, on peut se prendre un peu la tête pour optimiser ses placements... A noter, également, que l'on n'utilisera que 16 cartes sur 24, ce qui laisse planer une certaine incertitude quant aux territoires qu'on pourra former...
Comme la zone finale de chaque joueur doit former un carré de 4 cartes par 4 cartes et que les meeples peuvent éventuellement être déplacés, on peut se prendre un peu la tête pour optimiser ses placements… A noter, également, que l’on n’utilisera que 16 cartes sur 24, ce qui laisse planer une certaine incertitude quant aux territoires qu’on pourra former…
Voici la zone de Tristan une fois la partie terminée...
Voici la zone de Tristan une fois la partie terminée…
Je rappelle le principe du jeu : l'un des joueurs pioche une carte et annonce le n° à son adversaire, chacun des deux essayant de la placer dans son espace personnel le plus judicieusement possible pour marquer des PV en fin de partie, grâce aux meeples qui seront ajoutés petit à petit. On a donc le niveau 0 de l'interaction enfin découvert ! Sans compter que, s'ils le souhaitent l'un ou l'autre, les deux joueurs peuvent terminer à égalité une fois la partie, pour peu que l'un des joueurs reproduisent exactement les actions de son adversaire !!!
Je rappelle le principe du jeu : l’un des joueurs pioche une carte et annonce le n° à son adversaire, chacun des deux essayant de la placer dans son espace personnel le plus judicieusement possible pour marquer des PV en fin de partie, grâce aux meeples qui seront ajoutés petit à petit. On a donc le niveau 0 de l’interaction enfin découvert ! Sans compter que, s’ils le souhaitent l’un ou l’autre, les deux joueurs peuvent terminer à égalité une fois la partie, pour peu que l’un des joueurs reproduisent exactement les actions de son adversaire !!!
Voilà comment Tristan a, lui, choisir de positionner ses tuiles 22 et 4. Au niveau des PV de fin de partie, les meeples placés sur les zones jaunes (céréales) rapporteront 1PV par zone du territoire formé, ceux placés sur les zones bleues marqueront 1PV par cabane bleue adjacente, ceux placés sur les zone vertes rapporteront 1PV par territoire adjacent à celui-ci, et, enfin, les meeples placés sur les tours à fond gris rapporteront 1PV par zone verte visible depuis cette tour (orthogonalement) sans être masqué par une autre tour...
Voilà comment Tristan a, lui, choisir de positionner ses tuiles 22 et 4. Au niveau des PV de fin de partie, les meeples placés sur les zones jaunes (céréales) rapporteront 1PV par zone du territoire formé, ceux placés sur les zones bleues marqueront 1PV par cabane bleue adjacente, ceux placés sur les zone vertes rapporteront 1PV par territoire adjacent à celui-ci, et, enfin, les meeples placés sur les tours à fond gris rapporteront 1PV par zone verte visible depuis cette tour (orthogonalement) sans être masqué par une autre tour…
Je trouve que c'est pas mal de ne pas aller trop vite placer une quatrième carte en ligne ou en colonne, histoire de se réserver un maximum de possibilités d'extension...
Je trouve que c’est pas mal de ne pas aller trop vite placer une quatrième carte en ligne ou en colonne, histoire de se réserver un maximum de possibilités d’extension…
Et mon domaine...
Et mon domaine…

Durée de la partie : 30 minutes – Note de cette partie : 14 / 20

Scores :

Zones jaunes Zones bleues Zones vertes Zones grises Total
Tristan (noir) 5 16 0 4 25
Ludo le gars (rouge) 5 5 11 11 32

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– La prise de risque liée aux incertitudes de la pioche : aura-t-on le temps et les tuiles adaptées pour rentabiliser son domaine ?
– Le système de score, assez simple à mémoriser,
– L’échelle des points pour le jeu solo,
– Le fait que le jeu soit réédité : si vous n’avez pas Cities, cette version a le mérite d’exister..
.

On a moins aimé
– La perte de qualité des tuiles au profit de cartes,
– La disparition du thème des monuments célèbres et aux illustrations bien rendues,
– La taille de la boîte, démesurée pour le contenu,
– L’absence totale d’intérêt du jeu à deux…

————————————————————————————————————

4 commentaires à propos de “[29/04/2015] Limes”

  1. Je te trouve un peu dur sur le fait de proposer de jouer à plusieurs à ce jeu… On rencontre exactement le même cas de figure à Take it easy (et ses variantes), Streams, Mondo… (pas tout à fait duplicate pour ce dernier…). C’est purement et simplement un concours d’optimisation avec mêmes données de départ et en terme de compétition je trouve cela assez motivant… D’ailleurs à Cities, avec plusieurs sets, on pouvait jouer à 3,4… ce que je trouve très bien (et artificiel que l’on se cantonne à 2 à Limes…)

    • Tant mieux si je te parais un peu dur 😉
      Honnêtement, pratiquer un jeu où l’on n’a pas d’autre choix qu’un placement différent de ses adversaires n’est pas un plaisir pour moi. Dans tous les jeux où on a l’impression de jouer dans son coin, en fait, on a une interaction à un moment donné : enchère, actions limitées, … Là : non !
      Donc un solitaire à deux joueurs, très peu pour moi.
      En plus, pour l’avoir pratiqué seul à maintes reprises, je peux t’assurer que le jeu se suffit clairement à lui-même dans cette config.
      Par contre, dans Cities, la boîte permettait d’y jouer directement à 3 ou 4, sans avoir besoin d’autre boîte. D’ailleurs, on peut se demander pourquoi Abacus n’a pas suivi Emma Games sur ce coup…

  2. Il y a un autre jeu comme ça: Don Quixote. Zéro interaction ! Et pourtant j’adore le pratiquer avec ma moitié et pas du tout seul !

    Cette course à l’optimisation reste très sympa et si le format du jeu est court ça ne me pose pas de problème.

    Pourtant j’adore quand il y en a…de l’interaction :-).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


1 + quatre =