[29/05/2004] Oh Pharao !

Participants
– Charles, en route pour sa seconde partie de la journée,
– Romain, qui tient le coup avec son déguisement et ses babouches,
– Sophie, qui aura bien du mal avec la phase négo de ce jeu,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Afin de permettre un mixage des joueurs, nous attaquons une partie de ce jeu prévu pour durer entre 30 et 40 minutes… Il durera 2 heures !
J’explique les règles à mes partenaires de jeu et la partie débute assez vite, même si Charles et Sophie se feront un malin plaisir de me demander à qui mieux mieux durant la partie, de re-préciser
tel ou tel point de règles (un peu comme si celles-ci étaient démesurément complexes…).


La mise en place du jeu : un plateau central où se déplacer
le pion du contrôleur des pyramides (après chaque décompte),
3 cartes face visible (sans double) et une carte de fin de partie (à
droite) qui sera intégrée plus tard à la pioche…


Une vue générale de la table, alors que le décompte
de la grande pyramide de Charles n’a pas encore eu lieu et que Romain
consulte la très complexe règles ;-))


Toutes les mains de cartes de ne se valent pas. Ici, au premier plan,
la mienne est particulièrement solide, avec, outre des cartes de
bloc de valeur élevée 8 et 9, une carte de voleur et surtout
2 cartes de Pharaon, empêchant mes adversaires de me voler des blocs
ou de piocher des cartes dans ma main…


Une vue rarissime de mon petit carnet de notes, qui met en évidence
la difficulté de Sophie pour marquer des points (aucun décompte
à son actif)…


La configuration finale du jeu, alors que je viens de réussir
mon pari, à savoir utiliser un maximum de cartes lors de mon tour,
soit en en plaçant dans mes pyramides en cours de construction
(même pour rien comme en témoigne la dépense du joker
dans ma pyramide de droite), soit en procédant à des échanges
idiots (« tiens je te donne 2 cartes, donne moi en une »), soit,
enfin, en défaussant une carte avant complétude à
7. Comme cela me permet de piocher 6 cartes cachées, je tire par
chance la carte de fin et ne craint rien pour mes 2 pyramides…


La première pyramide décomptée : celle de Charles
ici photographiée lui rapporte un total de 40 points, puisqu’elle
comporte 4 étages dont la somme des niveaux atteint 10 points
(1+2+3+4). Nous verrons par la suite, même si pour l’instant nous
sommes impressionnés par ce résultat, que 40 points en
ayant placé 10 cartes n’est pas forcément un excellent
total et qu’il sera bien difficile de gagner avec des scores de ce type…


Charles et Romain ayant décompté
exactement la même pyramide, je m’apprête à procéder
à mon décompte, alors que ma pyramide est nettement plus
lucrative pour un même nombre de cartes posées (10). En
effet, celle-ci me rapporte 120 points d’un coup d’un seul !!! En haut
à droite, on peut apercevoir la base de la pyramide de Sophie,
constituée de 4 et de 5, et qui lui posera de gros problèmes
de place (elle ne parvient pas à obtenir de 6 et s’entête
à ne pas la décompter telle quelle)…


Une vue du plateau central alors que le pion
du contôleur des pyramides s’approche à grands pas de la
dernière case du parcours, ce qui occasionnera le placement de
la carte de fin dans la pioche remélangée…


La fin de partie est assez tendue, avec ici-même
une tentative avortée de ma part pour piller la main de cartes
de Charles et Romain : 1 carte Pharaon chacun en réponse à
mon inspecteur des impôts !

 

Décompte final
Durée de la partie : 2 heures – Mise en place du
jeu : 5 minutes – Explication des règles : 15 minutes
Ludo le gars remporte cette partie avec un total de 258 points, devant Sophie
avec 162 points, Charles avec 157 points et Romain avec 134 points.
Le total, décompte par décompte, est le suivant :

Décomptes successifs
Décomptes finaux
Total
Charles
40 + 45 + 18 = 103
54
157
Romain
40 + 36 + 18 = 94
40
134
Sophie
72 + 63 = 135
27
162
Ludo le gars
120 + 26 = 146
40 + 72 = 112
258


Débriefing
Long. Ce jeu nous a tout d’abord paru long, surtout lorsque l’on lit sur la
boîte : durée de jeu comprise entre 30 et 40 minutes et que l’on
y joue en attente de s’attaquer à un jeu plus gros. Sur ce point, il
est indéniable que Oh Pharao ! n’est pas une réussite et quand
on se rend compte que le pion de contrôleur des pyramides a mis une heure
pour atteindre la 3ème case, on est en droit de se demander pourquoi
la durée indiquée sur la boîte est autant rabaissée.
Ceci étant dit, le jeu est assez réussi. Pour preuve, l’ensemble
des joueurs présents l’a trouvé dynamique, amusant et fin. La
phase d’échanges de cartes, notamment, est celle où il a été
possible de tenter des choses sympas, par exemple le fameux tour de jeu où
Charles a sondé ce que l’on était en mesure d’échanger
pour pouvoir lancer sa carte Inspecteur des impôts en espérant
ramasser des cartes qui l’intéressait ! Comme quoi, il ne faut pas forcément
tout dire sur ses capacités d’échanges…

Oh Pharao ! est un jeu à essayer avant d’acheter, qui me semble compatible
avec des joueurs aimant les affrontements et les coups pervers pendant les parties,
pas trop allergiques au hasard. En ce qui me concerne, je l’ai trouvé
distrayant et je pense qu’il ne faut pas lui en demander beaucoup plus. Et puis,
franchement, vous en connaissez beaucoup des jeux de ce format qui offre une
aussi grande latitude de négociation ? C’est, j’en suis convaincu, ce
qui peut faire la force de ce jeu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


− trois = 3