[29/10/2008] Princes of Machu Picchu (The)

Poursuite des découvertes des nouveautés du salon, avec ce soir, au programme, une partie de Princes of Machu Picchu, un jeu pas anodin du tout puisqu’il s’agit du tout nouveau Mac Gerdts, le fantastique auteur de Antike, Imperial et autre Hamburgum ! Cet homme, réinventeur officiel de la roue, ne nous la propose pas dans cet opus, mais ne pleurez pas, bonnes âmes, il nous la propose quand même, sous une forme détournée : le plateau est la roue lui-même ! Toujours édité par PD Games, mais pas co-édité par Eggert Spiele pour une fois, ce jeu se révèle une fois de plus ultra-bien huilé, très très, fluide et ô combien dynamique. Miam, vite en refaire une…

PRINCES OF MACHU PICCHU (The) :

 


Parviendrons-nous à faire épargner Machu Picchu par les cupides conquistadores espagnols ? Dans cette jolie cité, les incas peuvent passer leur temps à vivre paisiblement et à
sacrifier des lamas (qui a dit des vierges ? comme sur l’illustration…), mais ils doivent garder en tête qu’en poursuivant leur vie tranquille ils s’exposent à l’arrivée des
pillards en fin de 9ème jour…

Le plateau, majestueux comme toujours, quoique un tantinet grossier au niveau des surimpressions colorées, vient d’être mis en place. Machu Picchu se divise en 15 zones, bordées
d’une couleur selon son type, et chaque joueur dispose un premier inca (disque coloré) dans l’une des zones de production : tissu pour Sylvain (rouge), maïs pour Vincent (bleu) et
coca pour moi (vert)…

Par la suite, nous pourrons faire entrer en jeu nos 9 autres incas (en allant sur la zone violette de Watchman ou de Royal Palace), en « payant » le coût associé en denrées selon le
tableau ci-dessus. Ainsi, en payant les 2 denrées complémentaires des 3 métiers du bas, on obtient l’inca correspondant. Par exemple, 1 coca +1 tissu donnent un potier. En haut,
pour obtenir un fermier (maïs), on doit fournir 1 lama + 1 poterie, et pour obtenir un berger, on doit fournir 1 maïs + 1 coca…

Le premier tour de jeu, toujours aussi dynamique (1 action par joueur, représentée par son prince), vient de se dérouler : Vincent a été produire du maïs (encaissement du maïs bonus
qui s’y trouvait + 1 maïs grâce à son inca), j’ai suivi en mettant mon prince sur la zone des lamas (encaissement du lama bonus) et Sylvain a clos le premier tour en se mettant sur
le Royal Palace et en dépensant 1 tissu + 1 poterie pour obtenir un inca planteur de coca (second disque rouge)…

Dans ce jeu, au-delà des 5 métiers traditionnels, il y a 2 types de prêtres et 1 type de vierges. Ici, en me rendant dans la maison des prêtres, et en défaussant 1 tissu + 1 coca +
1 poterie, je viens de récupérer la première tuile prêtre du condor du jeu. Un peu comme dans Hamburgum, moins il y aura de prêtres d’un type en circulation (=brasserie, …), plus
chaque sacrifice rapportera de points (=bière, …).

Petite photo générale alors que nous arrivons en fin de première journée de jeu (tour 2 sur l’échelle du temps car nous sommes 3 joueurs). Cela est survenu car nous avons pris 3
tuiles de Lune sur les 7 proposées. Comme je suis celui qui a pris la 3ème, j’ai devant moi la tuile Soleil (je serai 1er joueur la journée suivante). Les tuiles de Lune apportent
des petits bonus (denrées ou progression sur la piste des incas)…

Nous attaquons la journée suivante avec l’ajout d’une dernée bonus sur chaque région de production et 1 temple (cylindre gris) de plus sur chacun des 4 temples en jeu…

En m’étant placé sur cette zone de production de coca, j’ai encaissé le coca bonus + 1 pour mon disque vert qui s y’ trouve (coût d’un maïs), Sylvain en prenant 1 pour son disque
rouge (coût d’un maïs). Mais, surtout, je me suis mis juste à côté du temple du condor, doublement bonifié le tour suivant : je vais encaisser 2X3 points sur la piste des incas,
faire un sacrifice d’un lama dessus et encaisser encore 7 points sur cette piste (1ère valeur visible dans la ligne des pêtres de ce type)…

Fin de journée, juste avant que nous réalimentions en bonus. Pour le moment, seuls Sylvain et moi avons des tuiles prêtres (1 prêtre du puma pour lui, 1 du condor pour moi). Quant
aux incas sur le plateau, j’en ai 6, contre 5 pour Vincent et 4 pour Sylvain…

Nouvelle nuit. Lors de la nuit, il ne se passe pas grand-chose : on remet en place les bonus,, on gère le cadran solaire (on y reviendra) et on récupère les bonus liés aux tuiles de
Lune. A noter qu’à présent j’ai 9 incas en jeu, contre toujours 5 à Vincent et 6 à Sylvain. Mon développement s’accélère et cela se sent sur le jeu, même si cela n’apporte pas
directement de PV…

Sylvain se fait la première vierge du jeu ! Il en mourait d’envie et il l’a fait, contre pas moins de 3 tissus + 1 coca + 1 poterie… De mon côté, je reste fidèle aux prêtres du
condor et je vais me charger d’en acquérir 2 de plus (Vincent prendra le 4ème). Pourquoi ? Tout simplement parce que je détiens 2 condors sur les cartes que j’ai en main (facteur
multiplicateur).

La nuit vient de se terminer et le jour 6 débute alors que nous sommes un tantinet inquiet quant aux nombre de tuiles prêtres et vierges restants. S’il en reste en fin de jour 9, ce
sont les espagnols qui prendront Machu Picchu et les PV des joueurs seront multipliés selon leur rang dans l’or indiqué sur les cartes…

Aves mes double disques sur ces zones de production, j’encaisse denrée sur denrée lorsque l’un de nous déplace son prince sur une zone de ce type. Mais attention à 2 choses :
chacune me coûte 1 maïs (j’ai intérêt à assurer de ce côté-là) et une seule fois par journée l’action en question peut être choisie (tant que le bonus s’y trouve). A noter qu’à
partir de maintenant je vais consacrer mon énergie à l’acquisition des vierges (coût élevé) pour multiplier mes sacrifices et grimper sur la piste des incas. J’aurai donc besoin de
beaucoup de denrées…

Hop ! Je viens de placer mon dernier marqueur inca, au grand dam de Vincent qui couine de chez couine d’avoir, à son avis, raté son début de partie, en négligeant le développement
de ses incvas au profit d’une course prématurée sur la piste des incas (seule source, c’est vrai, d’acquisition des précieuses cartes de sacrifice, lesquelles donnent les facteurs
multiplicateurs et l’or qu’elles valent en cas de victoire espagnole). Au premier plan, mes denrées collectées : 3 lamas, 3 cocas, 3 poteries, 3 tissus et 5 maïs. Plutôt pas
mal…

En toute fin de 6ème journée, j’opte pour un placement de mon prince sur le cadran solaire, accompagné d’un de mes incas précédemment placé (planteur de coca). Lors de la nuit qui
se profile, je vais donc récupérer mon inca (pour espérer le replacer ailleurs) et encaisser pas moins de 3 denrées différentes de mon choix…

Nous entrons dans le 7ème jour de la partie (j’ai oublié, sur cette photo, de récupérer mon inca du cadran solaire) et il reste 4 vierges + 3 prêtres du puma à glaner durant les 3
jours qui restent. Les vraies questions sont : Qui a intérêt à ce que les espagnols gagnent ? Combien d’or ont les copains sur leurs cartes ?

Sylvain sait qu’il est plutôt pas mal placé pour la victoire finale, mais comme il est difficile de savoir de combien seront les PV de chacun en fonction de leurs cartes (cachées)
et de la position de leurs incas sur le plateau, au final on n’est quand même pas mal dans de l’information très incomplète…

Vue générale lors de la 7ème nuit. J’ai replacé mon inca (issu du précédent cadran solaire) sur la zone des lamas, autant parce que j’en ai 3 sur mes cartes en main (donc 3X4 = 12PV
à la fin) que parce que j’estime que je vais devoir multiplier les sacrifices pour amasser encore plus de cartes…

Attaque du 8ème jour…

Tendue, tendue, cette fin de partie est savoureuse et on nage pas mal dans l’inconnu au niveau de la position effective de chacun…

Après une rude bataille sur les vierges (j’en ai acquis 2 de plus et Sylvain aussi, épuisant ainsi leur rangée), nous voici en fin de journée, prêts à vivre notre dernière nuit
inca. J’en ai profité pour me glisser une seconde fois dans le cadran solaire afin de replacer, tout à la fin de cette partie, un inca dans la zone des lamas…

Nous attaquons le dernier jour (quoi qu’il arrive) avec un seul prêtre dans la rangée des pumas ! J’ai eu chaud avec mon inca du cadran solaire : pour un peu, si je n’étais pas
premier joueur et très réactif sur ce point, je n’aurais pas eu le temps de le replacer (Sylvain et Vincent semblent avoir envie de sauver Machu Picchu, ils sont l’un et l’autre
confiants sur l’or).

Vue générale alors que j’ai replacé mon inca sur la zone des lamas et que, lors de ce 9ème jour, je vais réussir à faire des sacrifices en très grand nombre : pas moins de 5 ou 6 en
tout, sans compter les sacrifices de dzenrées : 3 ! Cette frénésie honorifique pour le dieu Tayta Inti me permettra d’acquérir encore 2 cartes sacrifice et d’engranger, ainsi, deux
nouvelles représentations de lamas dessus…

La partie est achevée et le butin de Sylvain est le suivant : 7 cartes multiplicateurs, 3 vierges et 2 prêtres du puma. Le placement des cartes comme ci-dessus permet de lire très
vite le nombre de symboles de chaque type et d’effectuer les calculs plus facilement, en fonction du nombre d’incas effectivement placés dans chaque zone…

Les points de Vincent seront calculés sur la base de 5 cartes sacrifice seulement, 3 prêtres du pum et 1 prêtre du condor…

Mes points seront fonction de mes 8 cartes collectées, de mes 3 vierges et mes 3 prêtres du condor…

Un peu à la manière d’Imperial, les PV des joueurs seront obtenus par une multiplication du nombre d’incas dans une zone par le nombre de symboles de ce type sur les cartes. Il faut
donc essayer au maximum de récupérer des cartes possédant des symboles identiques et maximiser son nombre de cartes en main. Pour info, quand on arrive en haut de l’escalier de la
piste des incas, on pioche 3 cartes qu’on mêle à sa main et on en rejette 2, ce qui autorise à rejeter des cartes précédemment acquises et à modifier sa stratégie. Un très bon
point, tout simple, mais très apprécié. Sur cette photo, vous pouvez dmirer la position finale de chacun…
Bilan synthétique :

On a aimé
– L’extrême fluidité du jeu, couplé à une élégance rare de mécanismes et
à un dynamisme inégalé ! Du très grand Mac Gerdts sur ce point,
encore plus abouti que ses précédents opus (ainsi, on est parfois plusieurs à jouer en même temps, un peut comme à Puerto Rico !),
– Le nombre de stratégies possibles et la difficulté à lire ce qu’il vaut mieux faire : grimper sur la piste des incas ? se développer ? recruter des prêtres ? sacrifier des
denrées ?
– L’impression que le jeu est très bon quelle que soit le nombre de joueurs (même si je crains un crelatif chaos à la Agricola à 5 joueurs car les actions ne sont disponibles
qu’une fois pour beaucoup),
– L’aspect coopératif avec l’épuisement des tuiles de prêtres / vierges, mais néanmoins toujours individuel…

On a moins aimé
– Le système de victoires alternatives, avec la prise en compte de l’or qui multiplie les PV par 3 du joueur qui en a le plus, et par 2 pour le second : on ne peut jamais savoir
qui en a le plus et on ne peut donc savoir si on a intérêt à accélérer le jeu ou pas. Faut-il prendre cette option comme un coup de poker à tenter si on n’a que très peu de cartes
en main par rapport aux autres, probablement avec plus de PV isolés ?
– Quelques imperfections de lisibilité du plateau avec des choix pas toujours judicieux.

Scores de la partie :

 

  Denrées maïs lama coca tissu poterie Total
Sylvain (rouge) 3X3 2X0 2X2 2X2 1X0 17
Vincent (bleu) 3X1 3X2 1X0 1X1 1X1 11
Ludo le gars (vert) 3X1 4X5 0X1 2X2 1X2 29

 

  Prêtres et totaux condor puma vierges piste Or Total
Lucarty  (rouge) 0X3 2X1 3X3 0
(34) 28
Vincent (bleu) 1X1 3X4 0X0 1 (26) 25
Ludo le gars (vert) 3X2 0X1 3X2 0 (35) 41

Note du jeu (sur cette partie) : 17 / 20


Durée de la partie : 3 heures

———————————————————————————————————————————————–

Une réponse à “[29/10/2008] Princes of Machu Picchu (The)”

  1. Rétroliens : [Incontournables] Les jeux de l’année 2008 |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


quatre − 2 =