[29/10/2009] Râ the Dice Game, Sultan

Deuxième séance de jeux après l’opus 2009 d’Essen, toujours avec mes enfants, mais ce sera, cette fois, autour de jeux orientés pour plus grands : Râ the Dice Game, une version jeu de dés du célèbre jeu d’enchères du docteur Knizia qui se renouvelle au-delà de mes espérances, puis Sultan, un jeu de bluff à la Stupide Vautour, la résolution des égalités en moins, mais la gestion de collections de pierres en plus. Des jeux bien réussis, et pas forcément ceux qu’on attendait…


RÂ THE DICE GAME :


Oui, en regardant rapidement, on croirait presque être en présence d’une boîte de son, frère aîné : Râ. Mais en fait, on a affaire, là, à un jeu portant sur le même thème, avec des
éléments forts de reconnaissance, mais porté sur les dés et des choix les concernant, plutôt que sur des enchères…

Je précise : ni cornet de cuir ni piste de dés dans la boît. Ca, c’est fait. Ensuite, au niveau de l’esprit, on jette 5 dés lors d’un premier lancer, puis on met de côté les
soleils et on en rejette un certain nombre, puis on refait de même éventuellement une troisième fois…

Mon premier tour est mémorable (déjà…), avec pas moins de 5 monuments (4 dés + 1 anhk = joker) ! Du coup je vais mettre un marqueur dans la ligne jaune des monuments + 1 autre
dans la ligne rouge ou bleue + 1 dernier dans la ligne violette…

En fin de premier tour, la situation est la suivante (Râ n’a avancé que d’une case) : Maitena (bleu) a avancé d’une case dans les Pharaons et les Nil, puis a placé un marqueur dans
la civilisation rouge, Tristan (jaune) a placé un marqueur dans la civilisation jaune, quant à moi je me suis concentré sur les monuments…

Avec 4 dés Soleil (qui excèdent d’ailleurs la piste), Maitena va pouvoir réaliser une catastrophe sur l’une des 4 zones : elle opte pour le Nil et nous fait reculer chacun de deux
cases (sauf elle), sachant que ni Tristan ni moi n’avions d’inondation…

Fin de première manche, avec Râ qui a atteint la dernière case de sa piste (il avance sur un ou deux soleils). J’ai réalisé in-extremis une civilisation ce qui m’évite de perdre 5
points, mais Tristan vient de me griller sur les Pharaons, donc je couine quand même…

Fin de deuxième manche et je reste figé à mes 12 points de départ ! Mais cela va être même pire, car sur ce coup-là, je n’ai même pas réussi à obtenir une petite civilisation (perte
de 5 points). Bon, si on regarde bien, c’est clair que je suis bien de chez bien sur les monuments (décomptés en fin de troisième manche) …

Hop, le dé bleu plane dans les airs ! Est ce que Maitena va réussir à mieux s’implanter dans les monuments ou va-t-elle réussir un bon coup dans le Nil ? En tout cas, sur cette
partie, cette stratégie Nil semble bien faiblarde…

Et de 4 nouveaux dés de Soleil, et Tristan va choisir de nous faire vraiment du mal avec la perte de deux cubes sur les monuments pour Maitena et moi…

Ayant deux cubes en colonnes 1 et 5, je décide d’en éliminer un dans chaque, espérant toujous atteindre l’objectif d’un cube dans chaque colonne + une ou deux séries dans
certaines…

Yes ! Avec ce nouveau joli jet de dés de monuments, je place un marqueur dans la ligne jaune colonne 3, puis un autre en ligne verte colonne 6 (je n’en avais aucun) puis un dernier
en ligne violette colonne 7 (je n’en avais pas non plus). Bilan : je possède un marqueur dans chaque colonne (bonus de 15 points) et j’ai une série de 4 marqueurs (colonne 3). Pas
mal…

Fin de troisième manche et, donc, fin de partie. Vous constaterez que j’ai réussi une série de 5 marqueurs en colonne 3, ce qui me fait ricaner… En revanche, j’ai toujours 0
civilisation, ce qui me fait couiner… Je vois Tristan plutôt pas mal avant le décompte (avance de 15 points !) sachant qu’il est bien placé, également, sur les monuments…
Bilan synthétique :

On a aimé
– L’excellent renouvellement du jeu, à base de dés, sans qu’on ait l’impression que le jeu soit dominé par le hasard,
– Le système, vicieux, de choix : tous les tirages semblent intéressants et on garderait bien tout ce qui sort !
– La contre-partie du tirage de trop nombreux soleils : 3 nous permettent de marquer 3 points, 4 ou 5 de provoquer une catastrophe affectant les adversaires (compensation du fait
qu’on ne profite pas soi-même des dés).

 

On a moins aimé
– Le manque d’un cornet et d’une piste dans la boîte, bien grande au demeurant…

Scores de la partie :

Maitena (bleu) : 36 (10+6+0+13+7 monuments)
Tristan (jaune) : 41 (11+5+7-2+20 monuments)
Ludo le gars (vert) : 38 (12+0-7+3+30 monuments)

Note du jeu (sur cette partie) : 18 / 20

 

Durée de la partie : 1 heure

———————————————————————————————————————————————– 

 

SULTAN :


Sultan est la réédition d’un jeu brésilien sorti en 2007. Queen Games, habitué aux boîtes épaisses ne déroge pas à la règle mais, cette fois, c’est franchement exagéré, comme en
témoigne cette photo : l’immense espace vide, qui ressemble à une pièce de palais, restera désespérément vide, le matériel tenant dans la petite zone du bas voire posé au-dessus
(plateau, inutile d’ailleurs, + paravents)…

Ma main de cartes pour les 5 premiers tours : cartes 3, 9, 12, 13 et 15 sachant que l’on a chacun les cartes de valeur 1 à 15 pour les 15 tours de la partie. L’idée du jeu est de
miser, face cachée, pour acquérir des joyaux qui rapportent de 1 à 5 PV individuellement, et de 2 à 20 points de bonus selon le nombre de chaque type…

Maitena ajoute une carte de sa main à proximité du coussin recueillant le joyau qui l’intéresse : une pierre jaune de valeur 3. Elle la dispute donc à Tristan, sachant que je
m’étais placé sur l’autre pierre, gagnée donc d’office…

Les cartes sont révélées et on attribue la pierre au joueurs ayant misé la plus forte carte ou, en cas d’égalité sur la même pierre, au premier joueur ayant misé dessus. Ici, c’est
Tristan qui remporte la pierre jaune…

A chaque tour, le premier joueur (qui change en sens horaire) opte pour deux des trois pierres qu’il a tirées du sac. Maitena hésite, visiblement, entre une pierre blanche, une
jaune et une verte…

La première manche terminée, nous attaquons la seconde. A noter qu’avec mes grosses cartes de la première manche, j’ai évidemment obtenu beaucoup de pierres (4) et que cela devrait
se poursuivre car, pour la seconde, j’ai encore un 11 et un 14. La troisième sera plus délicate…

Ambiance bien tendue, à la Stupide Vautour, avec des petits choix bien sympas s’ils ne sont pas révolutionnaires…

La troisième manche va débuter, alors que j’ai rajouté 3 pierres lors de la seconde, me permettant d’atteindre un total intéressant de 5 pierres rouges…

Au tour de Tristan de piocher trois pierres avant d’en sélectionner deux pour les placer sur les coussins. Il se reduse, à chaque fois, à placer des pierres bleues (de valeur 5), et
pourtant sa soeur lui permettra, lors de cette phase, d’en acquérir deux sans aucune difficulté, se focalisant sur moi lors du placement de ses cartes…

Dernières pierres sur lesquelles se positionner, une verte et une blanche, mais la partie est déjà jouée, c’est clair ! A trois joueurs, le jeu souffres quand même d’un problème
lorsque l’un des joueurs attaque systématiquement (ou presque) le même adversaire. Cela fait forcément les affaires du troisième, ici Tristan…

Cette dernière mise, comme pour me faire mentir, me permet de glaner une pierre blanche (valeur 1), ainsi qu’une verte pour Maitena (valeur 4)…

Fin de partie et mon butin de la troisième manche est ultra-pauvre : 2 pierres ! Heureusement que j’ai obtenu une 6ème pierre rouge, sinon j’aurais bien couiné…
Bilan synthétique :

On a aimé
– La simplicité du jeu et son efficacité, sans fioritures de règles,
– Le mélange sympa entre Stupide Vautour et Bazaar,
– l’ambiance bien tendue autour la table, sur un jeu très incisif.

 

On a moins aimé
– L’extrême exagération de la boîte et du matériel totalement inutile : boîte immense, plateau inutile, cartes de bonus qui ne servent à rien : tout tenait très bien dans une boîte de format inférieur (à la Raub Ritter par exemple),
– Le relatif déséquilibre à 3 joueurs.

Scores de la partie :

Maitena (bleu) : 31 (29+2)
Tristan (rose) : 51 (39+12)
Ludo le gars (vert) : 38 (18+20)

Note du jeu (sur cette partie) : 15 / 20

 

Durée de la partie : 1 heure

———————————————————————————————————————————————–

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ 2 = huit