[29/11/2003] Liberté

Participants
– Thierry, en course pour son troisième big game de la journée,
– Patrice, qui nous rend visite pour la première fois, bienvenue à lui,
– Samir, idem que Patrice, qui découvre depuis un mois avec émerveillement qu’il existe d’autres jeux que Risk et Scrabble,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Le second jeu incontournable de la journée, en tout cas celui qui caractérise le mieux les jeux « de la Royauté à la République » est sans conteste possible le très gros Liberté de Martin Wallace. Je suis donc ravi de pouvoir m’adonner à ce jeu, pour la seconde fois seulement, ce qui montera à 2 le nombre de jeux de cet auteur pratiqué aujourd’hui : pas mal !
Thierry prend les marqueurs roses, Patrice les jaunes, Samir les violets, alors que je m’adjuge les verts. J’expose les grands axes du jeu, avec l’aide de Thierry qui s’est un poil plongé dans la règle pendant que j’expliquais Carcassonne et Löwenherz à d’autres tables, et nous pouvons attaquer la partie de ce superbe et complexe jeu.


Tout début de partie : Patrice décide de piocher une
carte lors de son tour, sous les yeux rigolards de Thierry à
gauche et de Samir à droite…


Thierry s’apprête à jouer une carte, alors que Samir semble
le mettre en garde contre quelque chose. Patrice reste à l’écoute.
En réalité, nous nous méfions tous des agissements
de Samir qui tente d’installer durablement les factions royalistes à
l’aide de grandes piles dans les régions CR…


Une vue curieuse et plutôt colorée, illustrant combien
le jeu est riche en nuances de tons et en complexité visuelle…


Fin de la dernière époque : catastrophique pour votre
serviteur qui n’aura eu le temps ni de s’implanter correctement ni de
réussir une bataille… Mon avance va-t-elle fondre ou va-t-elle
suffire ?


Fin de la première époque, avec un gouvernement, qui,
à vue de nez, ne sera pas royaliste. Il se révélera
que même l’opposition ne le sera pas. Etonnant départ ! Au
niveau des stratégies utilisées, Thierry et Patrice essaient
de répartir leurs marqueurs sur des factions de taille 1, alors
que Samir constitue plutôt de grandes piles et que je me crée
une suite de cartes spéciales, sans négliger mon influence
sur les factions bleues et rouges (Paris)…


Fin de la seconde époque : celle-ci n’aura duré que très
peu de temps : en témoigne ma faible implantation territoriale
et le fait que je n’ai pas eu le temps de placer un général
dans ma réserve pour activer mon marqueur vert dans la zone des
batailles (celles-ci commencent à ce tour)…


Début de la dernière époque, alors que mon avance
au score s’affirme, notamment en raison d’une bataille victorieuse (2
marqueurs) lors de la troisième…


L’état final des scores générant une situation
incroyable : comme les modérés (bleus) les royalistes (blancs)
sont à égalité pour se proclamer dans l’opposition
et qu’aucun joueur ne peut investir de cartes de sa réserve pour
les départager, ce sont les factions modérées qui
sont désignées pour l’être ! Comme nous sommes 3 joueurs
à égalité avec une seule faction bleue devant nous,
après consultation de la règle, nous marquons tous les trois
2 points, ce qui me permet de repasser devant Patrice, in extremis…

Décompte final
Je remporte cette partie avec un total de 17 points, devant
Patrice avec 16 points, Thierry avec 15 points et Samir avec 8 points.
Le détail, époque par époque, est le suivant :

Fin du Tour 1
Fin du Tour 2
Fin du Tour 3
Fin du Tour 4
Thierry
5
5
9
15
Patrice
0
5
11
16
Samir
0
3
4
8
Ludo le gars
5
8
15
17

Débriefing
Liberté est clairement l’un des jeux les plus déroutants
de ma ludothèque. Il ne plaît pas à tout le monde, c’est
une certitude également. Samir, par exemple, n’a pas aimé du tout,
alors que Thierry et Patrice l’ont trouvé bon, même si ce jeu nécessiterait
plusieurs autres parties pour en bien saisir la substantifique moelle. Thierry
a préféré Princes of the Renaissance, du même auteur,
que nous avons joué juste avant.

Ce jeu est plaisant, en raison notamment de la difficulté à savoir
comment jouer pour être efficace. Juger quelles factions seront première
ou deuxième au gouvernement n’est pas une mine affaire, et il vaut mieux,
souvent, essayer d’estimer laquelle n’y sera pas, en tentant d’éradiquer
les factions présentes sur le plateau. Ainsi, le moindre mal est de marquer
à la fois dans le gouvernement et dans l’opposition. Bonne tactique.
Les cartes spéciales sont vraiment utiles, particulièrement quand
on les joue comme il faut, c’est à dire combinées avec une autre
carte personnalité ou club. Elles permettent de modifier un peu la configuration
sans pour autant bouleverser fondamentalement le jeu.
La tactique que j’ai utilisée durant les 3 premiers tours et qui fonctionne
très bien, est de s’adjuger le contrôle de Paris. En effet, même
si toutes les factions en question sont retirées du plateau, elles permettent
souvent de terminer premier ou deuxième dans la couleur en question.
Et ce n’est déjà pas si mal. La preuve : lors du dernier tour,
je n’y suis pas arrivé et j’ai bien failli le payer très cher…
Les batailles semblent intéressantes, pour peu que l’on ne soit pas trop
à y aller et que l’investissement ne soit donc pas trop lourd. De même,
certaines provinces bonifiées sont lucratives, encore faut-il avoir en
main les cartes d’implantation qui vont bien.
En revanche, Samir qui essayait de lancer une contre-révolution royaliste
a vu son projet mort dans l’œuf (5 provinces CR étaient blanches à
un instant donné), tout simplement parce qu’il était tout seul
à se démener pour ça. Il est clair que son piètre
score final est en partie expliqué par cette coalition des 3 autres joueurs.

Liberté est donc un très bon jeu, pour celui
qui accepte de ne pas toujours savoir où il va, mais qui souhaite essayer
« des choses » tour après tour. Moi, cela me va bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ 7 = quinze