[29/12/2004] Stephensons Rocket

Participants
– Laurent, joueur noir, amateur de jeux subtils et de durée intermédiaire, du genre de celui-ci quoi,
– Julie, joueuse marron, qui se surprend à tester ce jeu, elle qui n’avait jamais eu envie d’y jouer !
– Ludo le gars, joueur beige, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Stephensons Rocket est un jeu intemporel, dans le sens où il n’a pas vieilli d’un iota depuis sa sortie et qu’il sort une fois par an, pile poile, aux alentours des fêtes de fin d’année. Un peu comme si en cette période d’excès de tout ordre, il fallait un peu se
dégourdir les méninges…
Parmi les 4 jeux que je proposai pour la soirée, Stephensons Rocket, Im Schatten des Kaisers, Keythedral et Reef Encounter, Laurent s’est orienté sans trop d’hésitation vers
celui-ci, surtout après que Julie a manifesté sa claire non-attirance pour… Reef Encounter (à ma très grande surprise d’ailleurs !).
J’explique donc les règles de ce jeu, en m’aidant finalement beaucoup de la règle, notamment pour expliquer quand une ville est reliée (la voie passe juste à côté) ou gérer les cas de fusion et de lignes autonomes (peut-on, d’ailleurs, volontairement envoyer une
ligne en retour sur elle-même, dans une impasse ?). Ce n’est pas très facile et Laurent, mais surtout Julie, sont réellement dubitatifs sur la « bonne » manière de jouer à ce jeu. Enfin, nous verrons bien, je leur précise d’ailleurs que l’on a toujours ce même sentiment
avant de jouer ou de rejouer à ce jeu…


La mise en place initiale est un poil fastidieuse, avec les 3 jetons
colorés par ville et la loco de chaque ligne sur sa case de départ…


Une vue des acquisitions de Laurent : beaucoup de jetons et quelques
actions diversifiées. Pour le moment je suis le seul à avoir
placé une gare sur le jeu…


La locomotive jaune, tout à fait au sud/est est développée
par Julie et Laurent, jusqu’à ce qu’elle se fasse absorber par
la ligne verte plus tard dans la partie…


La situation s’éclaircit grandement avec la seule subsistance
de la ligne verte au sud, alors que le nord de la carte est fort peu développé…


La partie s’approche de son terme et la dispute fait rage autour de
la majorité des gares sur la ligne verte : j’en ai 3, Julie 2 et
Laurent 1, mais ce dernier a placé 2 gares noires à proximité
de la locomotive et Julie devrait hausser son score à 3 également
en ralliant la ligne rouge…

Cliquez pour agrandir !
Une vue d ela configuration finale, alors que les lignes jaune, orange,
bleue, rouge et grise (fusionnée ce tour même par votre serviteur)
sont terminées, que la pile des actions vertes est épuisée
(à mon avantage) et que la ligne violette est la seule réellement
active sur la carte…


Ne sachant par quel bout prendre le jeu, Laurent s’oriente sur l’immédiatement
mesurable, à savoir l’acquisition de jetons de denrées
sur les villes, qui rapporteront par 2 fois : lorsque les villes seront
rejoints par une ligne et en fin de partie lorsqu’il faudra voir qui
est majoritaire dans chacune d’entre elles…


Ma stratégie consiste en un développement majeur d’une
seule ligne (la verte), sur laquelle je réussis à placer
une première gare sans que personne ne puisse s’opposer à
ce que la voie y transite, puis je relié les villes étapes
qui se trouvent au centre du plateau, afin de maximiser les points…


La situation n’est pas simple mais elle semble tourner à mon
avantage : la ligen verte va absorber la ligne orange, sur cette photo,
ce qui va accroître le nombre de villes reliées à
cette ligne, et comme je suis le seul à avaoir des gares dessus
et que je possède moult actions vertes, je devrais encore pouvoir
la diriger selon mes choix préférentiels (villes + gares
personnelles)…


Julie ne sait pas trop comment revenir dans le jeu, malgré
une belle ligne rouge construite de manière solitaire et qu’elle
peut espérer rentabiliser, soit avec des gares, soit, mieux certainement,
en la reliant tôt ou tard à la grande ligne verte. Mais
qui devra absorber qui ?


Nous abordons les derniers instants de la partie, avec Laurent qui
a sacrifié ses actions vertes pour faire passer la ligne par
l’une de ses gares noires (ce qui n’est pas suffisant pour être
majoritaire) alors qu’il aurait certainement été préférable
pour lui qu’il mise sur ces fameuses actions vertes. Julie m’a rejoint
au niveau du nombre de gares sur cette ligne, mais je ne m’en fais pas
trop et lui propose qu’on accélère la fin de partie (en
créant des fusions) avant que Laurent ne nous dépasse
en nombre de gares sur la ligne verte…

Décompte final
Durée de la partie : 2 heures et 30 minutes – Mise
en place du jeu : 15 minute – Explication des règles : 30 minutes
Ludo le gars remporte cette partie avec un total de 102 000 £ devant Julie
avec 79 000 £ et Laurent avec 54 000 £. Le détail est le
suivant :.

Argent
Jetons
Jetons
Jetons
Jetons
Jetons
Ligne violette
Ligne verte
Total
en £
pass.
engre.
tissus
tonn.
Peaux
gares
actions
gares
actions
en £
Laurent
33
6
3
3
3
6
54 000
Julie
39
3
6
3
3
15
10
79 000
Ludo le gars
42
6
6
6
6
15
21
102 000

Débriefing
Le score est clairement sans appel et cela reflète évidemment
les difficultés des novices devant un jeu particulièrement difficiles
à appréhender : que faire pour marquer des points ?
Laurent a misé sur les denrées, au détriment des gares
et s’est retrouvé hors course lorsque les gares se sont révélées
nettement plus lucratives que les jetons. En outre, sur la fin, alors qu’il
possédait 7 actions vertes, il les a dilapidées pour faire passer
la ligne verte pas ses gares, ce qui ne luia servi à rien, alors qu’une
majorité d’actions dans cette couleur aurait été nettement
meilleur pour lui. Julie n’a pas misé sur la « bonne » ligne
de chemin de fer et elle n’a pas réussi à me passer devant au
niveau des gares sur la ligne verte. De mon côté, ma tactique axée
sur une grosse ligne pleine de gares et sur une ou deux autres lignes plus modestes
mais utiles sur la fin (violette, grise) m’a permis de gagner cette partie sans
embûche.
La saveur n’est donc pas trop au rendez-vous mais le jeu tourne toujours aussi
bien, en dépit d’une certaine impression, partagée d’ailleurs,
qu’il n’est pas complètement natuel :
– Le fait qu’une ligne passe par une ville alors que physiquement la voie passe
juste à côté n’est pas très évident pour l’oeil,
– Le fait que l’on puisse déboucher sur des lignes autonomes en le prévoyant
n’est pas non plus très agréable,
– Les fusions sont très faciles à créer alors que, parfois,
on aimerait juste passer à côté d’une voie existante, sans
fusionner (on est très limité, dans ce cas, pour certaines expansions).
Au final, ce jeu est bon mais il laisse toujours une impression bizarre en fin
de partie, un peu la même impression que celle ressentie en début
lorsqu’il faut réexpliquer la règle : on ne sait plus trop ce
qui est interdit et autorisé, car toutes les règles ne sont pas
naturelles…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


neuf × 5 =