[30/03/2022] Gutenberg

Découverte d’un nouveau jeu ce jour, à base de Moyen-Âge, d’engrenages, de matériel en carton et en bois (mais sans plastique), d’ambiance historique et culturelle, … Allez, je vous la fais courte : ça vous dit un petit tour auprès de Gutenberg au moment de l’invention de l’imprimerie ?

GUTENBERG

Ce soir, on va imprimer !!!
Le plateau principal propose différentes zones, du haut vers le bas, chacune d’elles correspondant à une des actions qu’on pourra accomplir : prendre une commande, acquérir des encres, améliorer ses compétences, moderniser son atelier (les fameux engrenages !), bénéficier d’un mécène. Assez clair, finalement, de haut en bas…
En début de partie, chacun va pouvoir choisir deux commandes, chacune étant composée d’une impression (la carte de gauche avec des lettres) et d’une finalisation… Les cartes restantes seront alors défaussées.
Chaque joueur, ci-dessus mes éléments, prend un atelier et divers marqueurs, avec également un personnage emblématique en haut (tuile hexagonale). Le hasard me fait recevoir Gutenberg lui-même ! Content je suis… Mon pouvoir sera de pouvoir déplacer un cube d’influence après la phase de programmation (on y revient)…
Chaque joueur prend enfin 3 caractères depuis la boîte totalement improbable de stockage de ces éléments de jeu. Wahhhhouuu !!!!
J’opte pour un « i » et deux « u » afin de me rapprocher de mes premières commandes et des cartes de mécènes à venir dans quelques tours mais que j’ai déjà observées…
En début de chaque manche, après avoir tourné ses engrenages d’un cran, sauf au premier tour, nous programmons secrètement nos cubes d’influence sur les actions que nous aimerions réaliser. Bonne sensation de jeu, sans aucun doute…
Ma tuile de personnage me permet de procéder à un micro-changement, mais non négligeable, puisque je peux quand même contrôler l’action sur laquelle je veux vraiment avoir une influence…
Leila, de son côté, a programmé l’enchaînement suivant. A noter qu’elle a un cube de moins car elle est première joueuse. Et ça changera, pas plus tard qu’au tour suivant, avec votre serviteur en premier joueur et Leila avec un cube de plus…
La mise en place d’engrenages, à la Tzolk’in, commence à donner au jeu une sorte de piquant plutôt intéressant : une fois par manche on pourra profiter du pouvoir du secteur placé dans la zone claire.
Une fois utilisé, comme pour moi ci-dessus, un secteur est marqué d’une tuile pour s’en souvenir.
Fin de première manche en approche, avec les choix opérés sur les mécènes…
Réalisation de nos commandes. je parviens à en terminer une première, requérant un caractère « i » et un « u », ainsi que, si possible mais non obligatoires, une encre jaune (OK !) et un niveau 1 atteint en enluminure (re OK !).
J’empoche ainsi les gains suivants : 2 florins + 5 PV. A noter que, au niveau dépenses, on en perd véritablement que les encres (des consommables).
Fin de première manche.
Et ça combote, et ça combote…
Prouvant que j’ai bel et bien un niveau 4 en enluminure et deux caractères « u », je vais m’adjuger la première carte de mécène de cette partie en fin de manche n°3…
Nous voici, donc, à mi-partie…
La programmation de la quatrième manche commence à faire piquer la tête… 😉
Petite erreur de jeu facile à (re)commettre : je viens d’utiliser le premier engrenage et je vais le défausser pour le remplacer par un nouveau.
Voilà qui est fait et donc, clairement, j’ai triché bien involontairement… 🙁
Ne me frappez pas…
Leila, elle, cumule deux bonus de 4 PV, donc pas moins de 8 PV, dans la foulée, avec deux bonus d’engrenages…
Et elle passe devant !
Ça peut prendre la tête mais c’est si bon !!! A noter que j’ai empoché les 3 premières cartes de mécènes de la partie sur les 4 qui sont en jeu…
Mes deux avant-dernières commandes, plutôt satisfaisantes non ?
Leila cogite et programme son dernier tour…
De mon côté, j’en suis là… Vous noterez que je veux absolument réaliser l’action de mécène avant Leila…
Je réalise deux commandes à nouveau, la plus à gauche des deux s’étant pratiquement improvisée…
Leila en fait deux également…
Voici le plateau principal une fois la partie terminée.
La zone de Leila une fois la partie achevée…
Et la mienne, avec pas moins que 4 cartes sur 4 pour les cartes de mécènes, ne laissant que peu de place au doute quant à l’issue de cette partie (8 PV par carte empochée).

Durée de cette partie : 2 heures 30 minutes – Note de cette partie : 16 / 20

Scores de cette partie :

Piste Compétences Mécènes Florins Total
Leila (bleu) 73 8 0 3 84
Ludo le gars (rouge) 66 12 32 5 115

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Les diverses stratégies de jeu qu’on pourrait bien développer,
– L’enchaînement des tours de jeu, de plus en plus fluide, tour après tour,
– La programmation de ses actions, avec plus ou moins de puissance, une sorte de truc qu’on connaît mais qu’on apprécie toujours !
– La bonne envie d’y revenir,
– Les éléments du jeu en bois, comme les caractères (wahou !) et le parti pris de ne mettre aucun plastique dans le jeu…

On a moins aimé
– Le tout carton pour le rangement, pas forcément ultra-pratique notamment pour les éléments des joueurs (oui, j’avoue, j’ai ajouté des sacs zippés pour les pions des joueurs),
– Le cœur du jeu assez classique au final…

————————————————————————————————————

Une réponse à “[30/03/2022] Gutenberg”

  1. Joué au FIJ, à 2, mais je ne me souviens pas avoir joué avec un personnage (comme Gutenberg pour toi), et un loupé sur les règles qui nous ont été expliquées et qui ont faussé le dénouement, et le plaisir de jouer une fois le loupé mis à jour…
    Une impression de jeu très « linéaire » en mode répétitif, toujours les mêmes actions de haut en bas du plateau.
    Pour le matériel, les lettres en bois bien sympa, les engrenages en carton peut-être un peu fragiles.
    Le mode de programmation, sympa, avec une part d’incertitude, de bluff et de pari, que je n’aime pas trop habituellement, mais que j’ai bien aimé ici.

    A voir si à plus de joueurs et les bonnes règles, j’accrocherai plus.
    En tout cas, pas d’effet Whaouh comme pour un Pessoa par exemple (autre jeu découvert au FIJ).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


7 − deux =