[30/10/2020] Chinagold

Les jeux improbables, ça me connaît !!!
Après plus de 15 ans, voici ce que je vous repropose une partie de Chinagold, avec mademoiselle Leila cette fois… Mister Cornett, l’auteur de Kahuna, va en être content… 😉

CHINAGOLD

Improbable ? Oui, clairement… Et pourquoi pas ???
Lancer de dés (enfin de plaques bifaces apparentés à des dés) avec total des faces supérieures à faire…
Le plateau est assez magnifique, tout de cuir vêtu, avec les rivières explorées par Leila et les montagnes par votre serviteur. Ce qui est juste génial, c’est que les zones fermées ne correspondent pas, incitant à aller au plus vite pour fermer une grande zone de son type, sous peine de se faire chiper tant de pépites par l’autre joueur…
Avec son lancer de dés qui indiquait 5, Leila a retourné 5 jetons du côté pépites, la plupart sur même rivière, ce qui est assez normal…
Puis, à mon tour, mon 1 obtenu m’a incité à renforcer la montagne intermédiaire et commune avec la rivière de Leila… Une belle course en perspective !
Et hop, au final, je remporte cette montagne, privant Leila de bon nombre de pépites qu’elle aurait pu revendiquer dans cette zone. Superbe système non ?
Peu après, on est carrément à égalité…
Lorsque le plateau se vide, on scrute quand il ne reste plus qu’au plus une ligne de 4 pépites face cachée en ligne droite, c’est alors qu’on défausse un des dés pour restreindre les valeurs possibles…
On arrive vraiment vers la fin…
Quand le plateau est entièrement vide, on compte nos pépites collectées et celui qui en aura le plus aura gagné !
C’est clair… Mais quel, bon moment !!! Étonnant que l’auteur, Günter Cornett n’ait pas réussi à le faire éditer de manière plus traditionnelle depuis autant d’années…

Durée de cette partie : 30 minutes – Note de cette partie : 15 / 20

Scores de cette partie :

Total
Leila (rivières) 42
Ludo le gars (montagnes) 49

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– L’originalité du plateau découpé en zones qui s’imbriquent pour en prendre les pièces,
– Le plaisir simple, à l’ancienne…
– Le plaisir de prévoir, un tant soit peu, les coups possibles de son adversaire, en fonction des possibilités des jets de dés, avec un feeling à la « je me réserve toujours un plan B »…
– Le plateau en cuir, ce qui fait toujours on petit effet…

On a moins aimé
– La place du hasard, indéniable, même s’il faut l’anticiper et la contrer…

——————————————————————————————-

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


cinq − = 1