[30/03/2013] Kingdom Builder X 2, Room-25

Retour quasi-immédiat sur Kingdom Builder, le jeu qui m’a fait une très grosse impression de rejouabilité trois jours auparavant et que je ne pouvais pas ranger aussi vite… Du
coup, toujours à deux joueurs avec Tristan, nous en faisons deux nouvelles parties, avec des quadrants aléatoirement piochés et des personnages idem, et on a l’impression de ne pas du tout vivre
les mêmes parties ! Très encourageant pour la suite…
Ensuite, en soirée, avec Maitena qui s’est jointe à nous, nous découvrons le jeu qui a fait le buzz chez Matagot lors du récent Festival des Jeux de Cannes : Room-25 de François
Rouzé. Un jeu réglé au millimètre, hyper réussi et immergeant dans son thème de télé-réalité si actuel…

 

KINGDOM BUILDER X 2 :


Thématique ou pas thèmatique ? Chacun se fera son opinion…

Nous avons installé les quadrants piochés pour cette partie, avec celui contenant les ports, les tours, les oasis et les tavernes…

Les trois cartes de personnages : le travailleur (qui rapporte 1PV par maison adjacente à un lieu ou à un château), l’exploratrice (qui rapporte 1PV par ligne horizontale du
plateau où figure au moins une maison à sa couleur) et le chevalier (qui rapporte 2PV par maison à sa couleur dans la ligne horizontale du plateau où on en a le plus). Etonnante
cette combinaison contradictoire des deux dernières cartes…

Au premier tour, Tristan a placé 3 maisons noires à côté de la tour du haut du plateau, alors que j’ai mis 3 maisons orange à côté de l’oasis de droite. A chaque tour, il
pourra ajouter une maison en bordure de plateau, quant à moi je pourrai en ajouter une sur une case de désert…

Ce jeu se joue vraiment bien, presque tout seul, et est très agréable. Et puis, si on veut comboter à mort et se prendre la tête, c’est possible aussi : tout le monde est
content !

Petite vue générale après quelques tours, alors que l’on est clairement écarté l’un de l’autre…

Nous nous retrouvons, sûrement parce que nous jouons mal 😉 avec des groupes de maisons entourant les lieux. Du coup, on ne fait pas grand-chose lors de cette partie qu’on
subit plus qu’autre chose…

Que de gros pâtés ! Deux chacun, la balle au centre ! En même temps, c’st aussi dû au fait qu’on n’a pas de lieu « enclos », bien pratique pour aller émigrer un peu plus
loin… Et on a du mal à aller jusqu’au port. Un fiasco en somme…

Je parviens enfin au port mais il est bien tard…

Et voici la configuration finale de cette partie, laquelle nous aura moins plu que celle jouée l’autre jour. J’ai trouvé un peu artificiel cette notion de lignes horizontales
sur le plateau…

Enfin, nos tuiles lieux amassées : une seule pour Tristan et trois pour moi. Pas folichon donc, même si en avoir plsu que l’autre joueur semble assez déterminant dans la
désignation du vainqueur…

Nous décidons d’en refaire une, histoire de ne pas rester sur cette drôle d’impression un poil désagréable. Les 3 personnages nous séduisent bien : le pêcheur (1PV par maison
adjacente à une case d’eau), l’ermite (1PV par village) et le fermier (3PV par maison dans le quadrant où on en a le moins). Tout un programme….

Nous modifions les 4 quadrants utilisés et ce sont les ports, les oracles, les fermes et les enclos qui sortent. Ah, on sent que la partie va être belle et dynamique…

Au premier tour, alors que je ne peux que me placer dans un petit recoin (pour être quasi sûr de devoir placer mes maisons ultérieures ailleurs, à mon choix), Tristan obtient
le droit de prendre d’assaut le précieux centre du plateau, lieu déterminant certainement avec le fermier…

Cette partie sera un long calvaire pour moi et une succession de tirages heureux de terrains pour mon gone, lequel réussit à se placer quasiment toujours dans des petites
zones, sans autre adjacence que de l’eau !

Un peu (beaucoup ?) plus tard, je parviens enfin à aller taquiner le centre moi aussi, ce qui est fondamental pour espérer être présent dans les 4 quadrants (3PV par maison
concernée, ce n’est pas rien)…

La partie est très belle et très prenante : on se régale et Tristan est bien parti pour m’éclater…

Il jubile et combote bien avec ses nombreuses tuiles de lieux, cette fois collectées…

Sans aller jusqu’à lui contester la victoire, force est de reconnaître que je parviens à bien revenir sur Tristan…

6 tuiles de lieux à 3 en faveur de mon gone, lequel remporte la partie. Est-ce un critère pour gagner qui se révèle déterminant à chaque partie ?
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le droit de ne pas jouer toutes ses actions spéciales, pour plus de finesse et pour limiter, parfois, sa pose de maisons,
– La variété
inouïe des parties n raison des 8 quadrants et des 10 personnages de la boîte,
– Les combinaisons improbables de certains personnages tirés,
– Une certaine beauté du jeu en situation, seulement perceptible, probablement, par les joueurs en train d’en découdre…

 

On a moins aimé
– Le côté un peu artificiel de certains pouvoirs de personnages.

 

 

 

Scores de la première partie :

 

Châteaux Travailleur Exploratrice Chevalier Total
Tristan (noir) 6 11 11 12 40
Ludo le gars (orange) 3 18 13 16 50

 

Scores de la deuxième partie :  

 

Châteaux Pêcheur Ermite Fermier Total
Tristan (noir) 6 16 16 27 65
Ludo le gars (orange) 0 25 10 24 59

Note du jeu (sur ces parties) : 17 / 20


Durée des parties : 30 minutes par partie

 

 

 

 

———————————————————————————————————————————-

 

ROOM-25 :


Nous sommes 6 aventuriers dans une émission de télé-réalité en 2013. 4 hommes et 2 femmes emprisonnés dans un labyrinthe où des salles, toutes plus terrifantes les unes que
les autres, n’attendent que de nous broyer. Notre but : en sortir vivant en atteignant la fameuse Room-25. Comment ? En se faisant des crasses mutuelles, puisque, ce soir en tout
cas, nous choisissons la version compétition (2 personnes par joueur)…

La petite boîte de Matagot est bien remplie et assez esthétique, nous plongeant dans ce thème avec réussite. Il existe plusieurs versions de règles (coopératives,
compétitives, suspicieuses, solo) et le matériel est de bonne qualité. J’ai bien aimé les figurines proposées, au point de les peindre direct ! Bon, sur ce point, il faudra que je
les retouche car j’ai eu des soucis de peinture…

Tristan incarne le colosse (rouge) et la petite fille (violette), Maitena le beau gosse (bleu) et la bimbo (orange), tandis que je joue le savant (gris violet) et le geek
(vert). C’est partie au coeur de ce labyrinthe, avec nos deux actions à programmer pour chacun de nos personnages…

Une fois les actions programmées, elles sont résolues à raison d’une par une par personnage. Il y a 4 possibilités : regarder une salle adjacente, se déplacer dans une salle
adjacente, contrôler une ligne du labyrinthe (décalage d’une ligne) et pousser un personnage dans une salle adjacente. Et c’est tout ! Voici la vue en fin de premier tour…

L’ordre du tour de jeu évolue d’un cran à chaque tour : le premier personnage passe dernier pour le suivant…

Aïe aïe aïe : le colosse de Tristan se retrouve dans un bain d’acide ! Tant qu’il y est seul, tout va bien, mais au prochain qui y rentre, le premier entré mourra ! Sans
fleur ni couronne et clairement sans pitié…

Dans l’angle du plateau, une autre salle avec bain d’acide incite la petite fille de Tristan à pousser gaillardement le beau gosse de Maitena pour qu’il y fasse trempette !
Bien joué…

Voici la piste d’ordre du tour, avec 7 tours restants et le savant, actuel premier joueur qui passera dernier au tour suivant…

Le grand plateau individuel sert d’aide de jeu pour les effets des salles et c’est bien pratique. A noter que là, exceptionnellement, j’ai opté pour la programmation d’une
seule action spéciale, car je sais précisément ce que je veux faire et veux pouvoir la jouer soit lors du 1et round d’action soit du 2ème…

Oh, c’est bête pour le colosse… Je viens de décider d’entrer dans la salle où il se trouve… Du coup, il meurt sur le coup ! Au prochain tour, je devrais avoir le temps de
ressortir, sachant que je n’ai pas trop de personnages autour de ce lieu (mais n’oublie-je pas que je serai dernier joueur ?)…

On voit que ça se défend bien entre le beau gosse et la petite fille, laquelle voulait lui jouer le même coup que j’ai réalisé au colosse… En effet, via une astucieuse
action de contrôle, il a décalé la ligne et se retrouve sans vicieuse voisine !

Ce jeu génère de bons moments de tension, avec plutôt une ambiance rigolarde que sérieuse. Cependant, je pense qu’on la joue trop prudent ce soir, car on passe trop de temps à
regarder avant d’avancer. Le manque d’expérience sûrement…

En haut à droite, vous noterez que le beau gosse et la petite fille se retrouvent encore ensemble, mais pas sur une case de bain d’acide. Vous remarquerez également que mon
savant est toujours en compagnie du colosse mort et que cela commence à craindre…

Oh le vilain coup réalisé par le beau gosse dans le dos de la petite fille !!! Il la pousse à son tour dans le bain d’acide, ce qui occasionne la mort immédiate de mon savant
et la met, elle, dans de fichus sales draps… Joli double coup…

Le jeu plaît clairement à mes enfants, il faut dire que les jeux méchants ne sont pas légions à la maison…

Petite vue générale alors que l’on s’achemine vers l’avant-dernier tour, sans avoir encore vu de nos yeux la Room-25 !

Et cette fois c’est le dernier tour qui se profile, toujours sans Room-25, malgré nos enhardissements de plus en plus réguliers pour avancer à l’aveuglette…

La partie s’achève sans vainqueur et sans que personne n’ait vu la Room-25 ! Et pourtant, comme en atteste cette photo, elle a fini adjacente à la salle centrale de
départ…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le thème du jeu, très original et vraiment bien rendu, apportant une certaine fraîcheur dans le jeu de société,
– La qualité d’édition de Matagot : bravo !
– La diversité des règles jouables sur ce jeu, offrant ainsi des plaisirs variés et un côté quasi-inépuisable de parties,
– La simplicité des règles, une fois assimilés les pouvoirs des différentes salles,
– Les actions vraiment méchantes qu’on peut réaliser dans ce jeu !

 

On a moins aimé
– La frilosité de notre première partie : on n’a pas assez osé, mais ça doit être normal,
– L’impression de ne pas avoir toujours grand-chose à faire : mon geek a passé beaucoup de temps à stagner, ou presque, sur deux ou trois salles,
– Le style de jeu (négo, fun, chaos) qui n’est pas ma tasse de thé absolue, mais je conçois que ce jeu puisse plaire énormément à un large public.

 

 

 

Scores de la partie :

Tristan (colosse + petite fille) : 1 mort
Maitena (beau gosse + bimbo) : 0 mort
Ludo le gars (savant + geek) : 1 mort

 

Note du jeu (sur cette partie) : 14 / 20


Durée de la partie : 1 heure 15 minutes

 

 

 

 

———————————————————————————————————————————-

5 commentaires à propos de “[30/03/2013] Kingdom Builder X 2, Room-25”

  1. Pas encore joué à Kingdom builder mais plusieurs fois à room 25, il est effectivement bien stressant. Je pense aussi qu’avec l’habitude on est plus rapidement agressif.

  2. Pas encore joué à Kingdom builder mais plusieurs fois à room 25, il est effectivement bien stressant. Je pense aussi qu’avec l’habitude on est plus rapidement agressif.

  3. On nous a fait jouer à Room 25 hier soir. Très bien et la partie a été gagnée à la dernière seconde, sur un oubli de ma part, qui avait été vu par un de mes adversaire. Quel suspense !

  4. Le point positif avec ROOM 25, c’est que les parties se renouvellent en permanente, que ce soit par le choix du mode de jeu (coopération ou individuel), des variations de dispositions des tuiles, du choix de ces mêmes tuiles…
    Le choix des actions en simultané promet de belles surprises. Enfin, ce jeu s’adresse à un très large public, on peut y jouer autant avec des « gameurs » que des « novices ». J’ai été surprise de ne pas le voir nominé dans les As d’or/Jeu de l’année !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


6 − = un