[30/12/2004] Wings of War

Participants
– Laurent, fervent amateur de Ace of Aces et donc fondamentalement motivé pour tester cette vision actualisée du jeu,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Très intéressé pour tester Wings of War, Laurent se montre immédiatement motivé par mon idée de commencer cette soirée jeux par ce nouvel opus de chez Ubik. Je lis la règle (déjà lue mais incomprise par le passé) à haute-voix puis nous prenons 2 avions chacun, un peu au hasard puisque rien n’indique lesquels prendre… Et comme nos connaissances historico-militaires sont assez limitées, nous optons pour un avion de chaque camp chacun ! Enfin, paraît-il, si je me base sur l’opinion d’un des autres joueurs présents ce soir… Laurent jouera donc un avion A et un avion B, alors que je jouerai un avion C et un avion D, chacun avec ses spécificités (points de vie, cartes de manoeuvres plus ou moins tendues, …
La partie débute bientôt.


Nous optons pour un placement en angle opposé de la table, avec
nos 2 avions respectifs voisins l’un de l’autre…


Laurent procède à une mesure à l’aide de sa barre
de portée, afin de bien vérifier qu’il atteint l’un de mes
avions et que celui doit prendre une carte de dégât…


Laurent fait avancer l’un de ss avions afin de se rapprocher de la
zone des combats, situés tout en haut de la table…


Laurent réalise un piqué avec son avion B, c’est à
dire que sa manoeuvre est ultra-courte en terme de distance, ce qui est
fort utile pour ralentir et laisser passer l’avion adverse…


Le dernier avion de Laurent va suivre un destin tout aussi tragique,
avec une mauvaise manoeuvre de sa part (un Immelmann ne peut se faire
que précédé et suivi d’une carte ligne droite). Il
poursuit donc en ligne droite (remplacement de toute erreur) et sortira
donc de la table au prochain tour sans pouvoir réagir…


Après quelques tours, les avions ont déjà grandement
progressé sur la table, avec une direction somme tout assez logique
pour chacun d’entre eux : nos 2 avions intérieurs se dirigent
le long de la table, et nos 2 avions les plus éloignés
tentent de se placer dans la zone de jeu par une grande courbe. Nous
avons donc joué extrêmement symétriques…


Une vue de l’un de mes plateaux individuels, où l’on peut
voir la suite des 3 manœuvres opérées, ainsi que la carte
orange (face cachée) correspondant aux dégâts encaissés
par cet avion…


Une vue rapprochée de l’un des deux avions de Laurent, permettant
de voir qu’il est de type A (lettre bleue), qu’il prend des cartes de
dégâts de type A (lettre rouge) ce qui est la seule possibilité
dans cette boîte, et qu’il dispose de 16 points de vie. En outre,
il est facile de repérer la zone de tir de l’avion (jaune pâle),
ainsi que l’endroit où doit être placée l’extrémité
de la barre de portée (point rouge dans la coque)…


Boum ! L’avion jaune de Laurent n’est plus, il vient de céder
sous les coups de mon redoutable avion C qui l’avait pris en chasse.
Une explosion immédiate l’a pris en plein vol et il ne lui reste
plus qu’un seul avion…

Décompte final
Durée de la partie : 1 heure – Mise en place du jeu : 10 minute – Explication des règles : 30 minutes
Ludo le gars remporte cette partie avec la sauvegarde de ses 2 avions, contre
0 à Laurent.

Débriefing
On s’attendait à bien s’amuser et à adorer le jeu, on a finalement
passé un moment sympa mais il était largement temps que cela s’arrête.
Ce jeu est sympa au début mais tourne vite à l’ennui, avec une
certaine répétitivité des tours et un hasard colossal.
Certes, on s’y croit, certes on a l’impression de chasser l’autre et cela est
bien rendu, mais on déplore les pioches de dégâts désastreuses
et les parties qui peuvent durer des heures. Pour mémoire, si Laurent
a perdu cette parties, c’est parce qu’il a pioché une carte de destruction
immédiate et qu’il a commis une fausse manœuvre qui l’a fait sortir
de la table. Si la partie s’était déroulé sans ces deux
« artifices », elle aurait durer au moins 1 heure et demi à plus
de 2 heures, tant nos avions étaient peu affaiblis (il me restait les
2/3 ou 3/4 de mes points de vie, et il en était de même pour Laurent).
Cela nous a paru démesuré…
Wings of War est un jeu sympa dans son contexte, mais pas un de ceux que je
vais ressortir très souvent. Dans la même veine, simulation historique
militaire rapide à deux, je préfère très largement
le très bon Mémoire 44…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


six × = 18