[30/12/2005] Une ombre sur Whitechapel, Le Lièvre et la Tortue, Caramba !

Le réveillon du jour de l’an, c’est le 31, mais nous dès le 30 on commence à s’y préparer. Bon, pas comme des bêtes, hein, juste un peu, avec quelques parties de jeux cool…
Alors, au programme, le très bon Une ombre sur Whitechapel, le nouveau jeu de Bruno Cathala et Ludovic Maublanc (le faux Ludo ;-), micro-édité par Neuroludic (250 exemplaires), ainsi qu’une petite partie du Lièvre et Tortue, parce que Jacques voulait vraiment y jouer à 6, et, enfin, une partie pour revoir du contreversé Caramba de Randolph, qui avait eu du mal à passer lors de la première soirée où il était sorti.

UNE OMBRE SUR WHITE CHAPEL :
Romain (Jack l’éventreur) : victoire en 3 tours (sortie de la ville)
Ludo le gars (enquêteur) : minable 😉

Note du jeu (sur cette partie) : 19 / 20


Romain, active le premier des deux personnages qu’il active lors de ce premier tour de jeu. Dans la foulée, j’activerai le dernier personnage avant que le second tour ne nous permette de jouer avec les 4 autres persos. A noter que Romain a très très vite compris comment combiner efficacement les personnages et que son éloquence pour dire « Oulha ça ne doit pas être facile pour Jack » était un joli pipeau…

Une vue de la situation finale, une fois que Jack a ridiculisé avec une efficacité déconcertante le misérable enquêteur que j’ai joué. Il a réussi à sortir de la ville avec le personnage bleu, l’inspecteur Lestrade (Jack pour les intimEs…), en le combinant avec le sergent Goodley, récemment innocenté par votre serviteur. En effet, le pouvoir de ce dernier étant d’attirer d’autres personnages dans sa direction à raison d’un capital de déplacement de 3 cases, il a d’abord rapproché Lestrade d’une case avant de tranquillement le faire évacuer la ville… Et dire que je n’avais pas vu venir pareille infamie…

LE LIEVRE ET LA TORTUE :
Jacques (vert) : 1er
François (jaune) : 2ème
Romain (blanc) : 6ème
Pierre (orange) : 3ème
Lucarty (rouge) : 4ème
Ludo le gars (bleu) : 5ème

Note du jeu (sur cette partie) : 16 / 20


Le départ d’une partie de ce jeu à 6 joueurs est quasiment toujours le même : ruée sur la première salade pour le chanceux premier joueur, puis agglutinement autour de lui pour les autres : soit en prévision de la prochaine, soit en attente que celle-ci se libère…

3 frères autour du même jeu (cherchez les barbus…) : rien que cela donne de la saveur au jeu, et ce n’est pas la course effrénée de Sylvain qui les perturbe. Il faut dire que lorsque ce dernier misera sur les cases lapin alors qu’il est très en avance, ils rigoleront comme des bêtes en le voyant reculer d’un rang (recul de plus d’un tiers des cases du plateau)…

Ce jeu a du charme, c’est clair, car on a toujours l’impression que l’on n’est pas mal alors qu’en fait il y en a toujours un qui s’en sortira mieux 😉 Ici, par exemple, je mange paisiblement ma seconde salade, alors que Romain attend que je libère la place. Manque de bol pour lui, Jacques, au prix d’une chevauchée fantastique (180 et quelques carottes) va le devancer sur la case, puis son frère François suivra derrière avec 210 carottes de paiement !!!

La fin de partie est un calvaire pour Sylvain, Romain et moi, alors qu’elle doit certainement être nettement plus jubilatoire, voire jouissive, pour la Jacques’s family… Jacques l’emporte haut-la-main devant ses 2 frères, puis suit Sylvain, mais alors très loin, vraiment, ainsi que votre serviteur (qui aura reculé de multiples fois pour avancer au but en une seule fois pour un coût de 231 carottes). Romain, quant à lui, ne parviendra jamais au but…

CARAMBA :
Lucarty (bleu) : vainqueur (1er à la course 1, 6ème à la deuxième)
Pierre (rose) : 0 pesos (4ème, 2ème)
François (orange) : 0 pesos (6ème, 3ème)
Romain (violet) : 0 pesos (2ème, 5ème)
Jacques (jaune) : 0 pesos (3ème, 4ème)
Ludo le gars (vert) : 0 pesos (5ème, 1er)

Note du jeu (sur cette partie) : 12 / 20


Pierre, François et Romain sont particulièrement dubitatifs. En effet, suite à la première course gagnée par François (surtout à mes dépens, car j’ai beaucoup payé pour jeter moins de dés et terminer dernier pour empocher la gamelle), on ne voit pas bien comment l’empêcher de l’emporter s’il joue une tactique très simple mais pas amusante du tout : se placer sur la case précédant la mine pour la seconde course, ne lui faisant rétribuer que 2 pesos pour sa promise première place, maislui permettant de conserver tous ses gains. Nous ne saurons pas si cela aurait marché car avec beaucoup de panache, François préfère se lancer dans une « vraie » seconde course qui sera d’ailleurs la dernière (faute de pesos pour 4 joueurs sur 6 pour repartir pour une troisième)…

La seconde course est quasiment achevée et nous savons déjà qu’il n’y en aura pas d’autre. Nous sommes vraiment consternés de voir que l’issue de la seconde course décide également du vainqueur (car n’oublions pas que François a, disons, joué le jeu). Peut-être ne faut-il pratiquement jamais payer lors de la première course pour jeter moins de dés ? Peut-être nous trompons-nous et qu’il est faux de croire que la technique envisagée par François était gagnante ?
En tout état de cause, nous sommes déçus qu’un jeu d’un auteur aussi réputé (Alex Randolph quand même) nous laisse autant sur notre faim… J’attends avec impatience que les internautes qui y ont joué me donnent des raisons de lui donner une troisième chance. Merci d’avance de vos commentaires avisés…

4 commentaires à propos de “[30/12/2005] Une ombre sur Whitechapel, Le Lièvre et la Tortue, Caramba !”

  1. Et l’autre, là, il s’y croit 😉
    Le vrai Ludo, l’unique, le seul, le beau, le grand l’immense (bon j’arrête là), c’est moi, c’est bien connu !!!

    N’empêche que je t’attends de pied ferme par chez nous à l’occasion… avec Patcom et Gorthyn, vous serez les bienvenus (un vendredi ? à l’assoc ?)

     

  2. Je transmettrai l’invitation au deux autres zozos 😉 Ca fait moment que je veux venir, mais je n’ai encore jamais trouvé l’occasion… Par contre, je serai le Vendredi 27 au café jeu « Moi je m’en fou, je triche » de Lyon avec Bruno… c’est dans le même coin que chez toi, non ?

  3. Salut,

    En fait, je pense qu’une erreur d’interprétation met trop de pièces dans le nourrin pour le gagnant de la course. Pour moi, on ne met pas toutes les pièces dépensées mais seulement celles de fin de course dans la coupelle, ce qui donne à 6 joueurs un gain de 15 pièces pour la première partie (quelque soit l’argent dépensé par les joueurs) ce qui reste insuffisant pour garantir la seconde manche.

    Ensuite, je pense qu’il faut avoir à l’esprit la survie et non la gagne à tout prix, donc en début de course garder toujours de quoi payer la fin de course en 5ieme (avec une marge pour les coups du chapeau). Se payer un dé doit être vraiment percu non pas comme un investissement mais comme un dernier recours.

    Enfin, j’utilise une petite variante (que j’utilise au monopoly aussi 😉 ) à savoir je lance un dé supplémentaire mais je fais la somme du bon nombre de dés (genre si la règle m’impose 2 dés, j’en lance 3 et choisi 2 parmi les 3) cela rallonge un peu car on subit moins et on doit choisir, mais cela permet aussi de chapeauter un joueur plutôt qu’un autre, etc. Il faut un dé supplémentaire pour le dernier. Un dé normal dont vous colorisez la face "6" fonctionne très bien.

    a+

    Renaud.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


cinq × 9 =