[30/12/2012] Desperados

L’un des jeux rapportés d’Essen 2012 est particulièrement intriguant : Desperados. En effet, ce jeu de chez Argentum Verlag, propose un défi coopératif asymétrique, l’un des
joueurs incarnant un Marshall tandis que les autres joueurs, les desperados, se liguent pour capitaliser le plus d’argent possible grâce à leurs méfaits dans une région du Far West. Avec la venue
de Yann et Nathalie, ainsi que leurs deux enfants, l’occasion est belle de découvrir ce jeu, avec votre serviteur dans le rôle du Marshall dans cette première tentative. A noter que le jeu plaira
tellement qu’il ressortira  deux fois supplémentaires le lendemain…

 

DESPERADOS :


La boîte ne laisse planer aucun doute : on avoir affaire à un Marshall lequel va tout faire pour contrecarrer les plans des desperados attablés, ces derniers pouvant
s’entendre et se coordonner, pourvu que les discussions soient audibles par le Marschall…

Le plateau est composé de 13 villes avec un jeton de poker et de 5 villes avec une banque. De plus une diligence marron, bientôt suivie par une diligence bleue, va
sillonner la région, en suivant un itinéraire préétabli. Chaque joueur a un pion à sa couleur déjà sur le plateau, le Marshall étant en blanc…

Une partie se déroule en 5 tours de 2 phases chacun : une phase de programmation de 5 actions de déplacement successives (exemple : passer de Santa Fe à une ville adjacente)
et une phase de résolution réelle des déplacements. Tout l’art sera pour les desperados d’éviter de croiser le chemin du Marshall, celui-ci tentant de s’y trouver évidemment, bien
aidé de ses 5 acolytes shériffs noirs (un par desperado).

Le premier tour est -très- délicat pour les desperados, lesquels ont bien du mal à voir comment cela va se passer. C’est normal à mon sens, car c’est vrai que l’on ne
voit pas « vraiment » ce qui se passe pour le moment… A noter que, durant les 5 déplacements d’un joueur, il a le droit de placer un seul disque d’action pour tenter une attaque de
ville (poker ou diligence) à condition d’être plus nombreux que les shériffs noirs. A condition aussi de révéler sa position en retournant la carte en cours, ce qui donne une bonne
indication au Marshall…

Une fois que chacun a placé ses 5 cartes face cachée, on va passer en phase de résolution. A noter que le Marshall faisant de même, on sent directement la tension
monter lorsque les cartes sont révélées une à une, juste après les déplacements des desperados évidemment…

La première attaque réussie est l’oeuvre conjointe de Yann (vert) et Barthélémy (rouge) pour l’attaque d’une diligence, laquelle se révélait transporter pas moins de 1200$. A
noter que, pour l’emporter, les desperados devront empocher 20000$ en 5 tours…

Deuxième méfait du premier tour : un jeton de poker glané par Quentin (violet) et Maitena (bleu) pour un montant de 600$. Je m’aperçois que le rôle du Marshall est
particulièrement difficile, tant il est délicat d’anticiper les déplacements des joueurs…

En fin de premier tour, le butin des desperados s’élève à 3900$. Je suis donc plutôt mieux placé qu’eux pour gagner…

Petite vue de mon parcours lors du premier tour, lors duquel je n’ai réussi à intercepter que Yann sur la ville de Gallup, le privant de cette carte pour le reste de la
partie…

L’ambiance est absolument excellente, le jeu très prenant et très fun, même si on passe quand même trop de temps à chaque tour à discutailler…

Le deuxième tour va m’être quasiment fatal : les desperados totalisent pas moins de 10200$ et il reste encore 3 tours !!! Heureusement pour moi, le fait qu’ils se soient
concentrés sur les jetons de poker, surtout, me permet de mieux lire leurs déplacements futurs : ils n’ont plus grand chose à faire en bas à droite du plateau…

Petite vue du plateau de jeu alors que j’ai coincé Tristan à Globe (je lui prends sa carte) et Barthélémy à Silver city (idem). Je reprends de l’espoir car en fin de
troisième tour, ils en sont à 14500$, donc on ne sait jamais…

Pour le moment, j’ai coincé deux fois Tristan, une fois Yann et une fois Barthélémy. Plus que deux tours de jeu…

Ca cogite et ça parlote… Ici, Quentin ne sait pas trop par où passer pour maximiser ses gains, sachant que j’ai compris comment gérer les diligences : je les escorte
régulièrement de un ou plutôt deux shériffs…

Le quatrième tour est en train de se résoudre et je m’en lèche les babines. Les desperados ne le termineront qu’avec un total de 16500$, ce qui les obligera à tenter de gros
coups au dernier tour pour empocher les 3500$ manquants…

Hop ! Pas moins de deux nouveaux desperados interceptés à Silver city (je leur prends leur carte). Le plus intéressant, c’est qu’étant coffrés, ils ne peuvent pas poursuivre leurs
actions éventuelles qu’ils avaient programmées par la suite…

La programmation du cinquième tour va pouvoir débuter et je sais très bien comment je vais les gêner : je vais faire passer mon Marshall par Tombstone en bas, puis le
faire revenir à Silver City, avant qu’il monte à St Johns, puis à Gallup avant de terminer son déplacement à Tuba City où la banque contient 3900$…

La résolution a démarré et je m’en frotte les mains tout de suite puisque je coince immédiatement Quentin à Tombstone. Ce faisant, je sais qu’il ne pourra pas participer à la
probable attaque de la banque finale…

A St Johns, c’est tout bonnement le jackpot, puisque j’y coince Barthélémy et Tristan, tous les deux mis ainsi hors jeu !

Il ne reste au final plus que deux pions, le bleu et le vert, en course, lesquels se rejoignent à Socorro pour attaquer la banque. Mais il s’y trouve aussi deux shériffs
noirs donc ils ne vont pas pouvoir la piller non plus…

Mon butin en cartes a été vraiment puissant lors des deux derniers tours…

C’est le Marshall qui a raison, qu’on se le dise…

Le butin final des desperados contient un total de 18100$, soit un manque de 1900$ pour l’emporter. Après réflexion sur ce butin, je pense qu’ils ont perdu parce
qu’ils ont trop négligé les diligences (seulement trois tuiles sur neuf possibles) et se sont trop focalisés sur les jetons de poker. Ces derniers ne se renouvelant pas, ils
réduisaient ainsi leur marche de manoeuvre… Au niveau des banques, avec une fin de tour avec le Marshall dans l’une (la plus grosse si possible) et des shériffs dans deux ou trois
autres, on s’en sort plutôt pas mal en tant qu’homme de loi…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le jeu asymétrique qui marche vraiment bien, avec un thème très très présent,
– Les deux phases de jeu, apportant son lot de suspense,
– Les mille et une manières de s’y prendre en tant que desperados et Marshall, sachant que le bluff est probablement une clé importante du jeu…

 

On a moins aimé
– La longueur de la partie, trop exagérée pour un jeu fun de ce genre, mais ça devrait baisser avec les parties.

 

 

Scores de la partie :

Maitena (desperado bleu) : 18100$ amassés   
Quentin (desperado violet) : 18100$ amassés
Tristan  (desperado jaune) : 18100$ amassés  
Yann  (desperado vert) : 18100$ amassés   
Barthélémy  (desperado rouge) : 18100$ amassés  
Ludo le gars (Marshall blanc) : victoire à 1900$ du but

Note du jeu (sur cette partie) : 15 / 20


Durée de la partie : 2 heures 15 minutes

 

 

 

 

———————————————————————————————————————————-

5 commentaires à propos de “[30/12/2012] Desperados”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


deux + 7 =