[31/01/2004] InterUrban

Participants
– Olivier, alias Lolive, secrétaire de l’association Les Ludophiles,
– Loïc, alias Deepdelver, le roi du trajet Paris-Lyon le dernier samedi de chaque mois,
– Thomas, alias Grunt, peut-être sur la même voie dangereuse et coûteuse que Loïc,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Dans le cadre de la journée Thématique sur « Les Temps Modernes », nous allons jouer à ce jeu fort moche, mais prometteur si je me base sur ma lecture de règles, qu’est InterUrban, un jeu proposé au sein d’un pack limité à 60 exemplaires à Essen en 2003.
J’expose les mécanismes du jeu, nous préparons la partie en séparant les différents tas de tuiles (le dos des tuiles étant identiques, attention aux mélanges…) et en plaçant face visible 2 tuiles bleues au centre sur les 4 que comporte le jeu. Les 6 locomotives sont placées sur les 6 sorties de voies (lignes en construction) et Loïc commence la partie
.


Le jeu vient de faire un tour complet, durant lequel Loïc plaça
2 tuiles dont 1 gare à sa couleur (bleu), Thomas en plaça
3 dont 1 à sa couleur (jaune), Ludo le gars en plaça 3 dont
1 à sa couleur (vert) et Lolive en plaça 2 dont 1 à
sa couleur (violet)…


La jeu a progressé pas mal et déjà 2 lignes sont
terminées, puisqu’il manque 2 locomotives sur le réseau
en construction…


Une vue rapprochée où 2 éléments sont à
noter : la locomotive de droite est bloquée et elle va être
retirée du jeu, en raison du fait qu’aucune gare ne peut plus être
placée sur cette ligne. Deuxièmement, la locomotive de gauche,
rejoindra forcément la ligne présente devant elle et dont
je contrôle la majorité (c’est pour forcer mes adversaires
à faire eux-même cette liaison que j’ai mis la tuile marron
(valeur 1) à cet endroit. Il y a plein de choses à faire,
tout le temps…

Cliquez pour agrandir !
La configuration finale du jeu, avec la constitution de 6 lignes et
d’un réseau étoilé assez largement étendu
selon 3 axes…


Sur cette vue rapprochée, on peut noter que Lolive a oublié
de replacer la locomotive sur la ligne à l’extrême droite
après le placement de sa gare de valeur 4. On constate également
que les 2 voies de départ spéciales sont : la voie C où
sera totalisée le nombre de tronçons courbes (investissement
de Thomas) et la voie H qui vaudra la valeur la plus grande parmi les
valeurs de départ (donc au moins 9 points dans cette configuration)…


L’obtention d’une mahorité n’est pas chose
aisée, surtout qu’il est interdit d’avoir 2 gares d’affilée
à sa couleur et qu’il ne peut y avoir qu’une seule gare de valeur
1, 2 et 3. Sur cet exemple, on note que Thomas (jaune) est majoritaire
avec 2 tuiles (2+4), devant Ludo le gars (vert) avec une tuile (3) et
Loïc (bleu) avec une tuile (1), pour des gains respectifs de 5
points, 3 points et 2 points. A quoi bon perdre 2 tuiles ici ? C’est
bien pourquoi c’est moi-même qui ait placé la seconde tuile
(valeur 4) de Thomas avant de clore la ligne avec ma tuile de valeur
3…


Thomas réalise le placement des avant-dernières
tuiles (dernière ligne allongeable), alors que Loïc a été
contraint de placer la tuile tant attendue dont le cas été
étudié sur la photo précédente…

Décompte final
Je remporte cette partie avec un total de 39 points, devant
Lolive et Loïc avec 30 points et Thomas avec 28 points. Le détail
est le suivant :

Ligne C
Ligne 7
Ligne 6
Ligne H
Ligne 4
Ligne 9
Total
Lolive
0
7
7
13
3
0
30
Loïc
2
13
0
0
2
13
30
Thomas
5
4
2
4
6
7
28
Ludo le gars
3
4
0
13
12
7
39


Débriefing
Belle surprise ce petit jeu de tuiles ! Une fois passée les inévitables
remarques désobligeantes concernant le côté très
cheap du matériel, on peut avoir l’objectivité de reconnaître
que le jeu est très bon et que l’ordre du tour n’est pas tant un problème
que ça. De même que le tirage de ses 3 tuiles visibles, bien que
Thomas se soit plaint à plusieurs reprises de ne pas avoir de fortes
tuiles dans son camp en début de partie. Je pense que le jeu gagne à
être joué en plaçant sur les rails les tuiles de gare de
ses adversaires, ce qui limite l’importance d’avoir réellement de grosses
tuiles devant soi.
Dans la même logique, le fait de jouer à 3 devrait limiter l’impact
de l’ordre du tour (à 5 joueurs, je n’ose imaginer le résultat…).
Bref, le jeu tourne vraiment très bien et c’est un véritable plaisir
de bloquer ses adversaires, de les gêner, de les contraindre à
faire ci ou ça…

Au niveau des tactiques qui semblent fonctionner, je retiens :
– Terminer au plus vite une ligne de grande valeur avant que trop de joueurs
se placent dessus (en la faisant tourner sur elle-même),
– Essayer d’être présent un peu partout (pas forcément premier)
mais en s’assurant d’être majoritaire sur au moins 2 lignes,
– Savoir quand terminer une ligne et quand continuer à rajouter des points
(les gares de valeur 4, en nombre indéterminé sur une même
ligne, sont particulièrement subtiles à jouer).

Au final, ce jeu est une réussite et j’y rejouerai avec grand plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


trois − = 1