[31/01/2004] Terra Turrium

Participants
– Thomas, alias Grunt, qui se sent attiré par cet ancêtre de Torres,
– Alain, alias Petitloup, qui ne dit pas non pour jouer à ce jeu culturellement intéressant,
– François H., webmaster de Jeuxsoc, habitué des thématiques des Ludophiles, à qui il tardait d’essayer ce jeu,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Parmi les jeux auxquels j’ai peu joué figure ce bien bel objet qu’est Terra Turrium. Aussi, prétextant que dans Les Temps Modernes doit s’intégrer l’urbanisme à grande échelle,
j’avais glissé ce jeu dans la ribambelle de boîtes proposées au public aujourd’hui. C’est donc assez naturellement que je le propose à l’assemblée ce soir et François saute sur l’occasion de le découvrir pour pouvoir en produire une critique sur son site.
J’expose les règles du jeu, en prenant soin de préciser que, suite à un échange de mails récents avec Wolfgang Kramer, il faut tenir compte des points suivants :
Lorsque l’un de nos mâts est dehors, il ne peut rentrer que dans son propre quart de jeu et obligatoirement au niveau sur la première ligne du plateau.
Chacun prend une couleur de mâts : vert pour Thomas, bleu pour Alain, jaune pour François et rouge pour votre serviteur, puis la partie débute avec François en premier joueur.


Il est toujours aussi difficile de faire des photos correctement lisibles
de ce jeu. Je vous souhaite donc bonne chance pour tenter de visualiser
la configuration initiale consécutive au placement des 6 mâts
individuels ci-dessus…


Une vue de dessus alors que je suis en train de faire progresser mes
mâts vers le centre du plateau, un peu comme tout le monde…


Une vue globale de la situation : tour à tour, nous sommes en
mesure de gagner ou presque et il faut sans arrêt se consacrer à
l’affaiblissement de son voisin…


La configuration finale du jeu, une fois que… Thomas a gagné
et que l’on a reconstruit le plateau, une bourrasque s’étant abattue
sur les immeubles ! Imprévisiblement, Thomas a réussi à
remporter la partie, alors que je n’y croyais pas vraiment. En réalité,
il a bénéficié du fait que je n’ai pas pu l’attaquer
lors de mon dernier tour alors que c’était à moi de le faire…


Très demandeur, François semble me demander s’il peut
prendre un bloc chez moi. Il en a le droit, à partir du moment
où il respecte le principe de frontière, c’est à
dire que le bloc doit se trouver à la périphérie
de mon territoire et non en son centre…


Thomas et Alain complotent certainement contre
moi : en véritable bouc-émissaire, mes adversaires se
font un malin plaisir à prendre des blocs dans mon domaine pour
augmenter la hauteur des tours chez eux. Je me plains souvent en jouant,
mais là, franchement, c’était quasiemnt systématique…


Plus la partie avance, plus Alain et François
jouent intelligemment, en prenant des blocs au centre et en construisant
en arrière de leurs domaines. Je pronostique la victoire de l’un
ou de l’autre…

Décompte final
Thomas remporte cette partie avec un mât à
chaque niveau requis, devant Alain et François avec des mâts sur
4 niveaux différents et Ludo le gars avec des mâts sur 3 niveaux
différents.

Débriefing
Cette seconde partie de Terra Turrium aura permis de valider les premières
impressions obtenues lors de la partie de découverte de novembre, à
savoir :
– Le jeu est bel et bien un ancêtre de Torres, de par son côté
3D notamment et son système de points d’action,
– Le jeu est super agréable à manipuler avec un matériel
de très grande classe,
– Le jeu est très pénible à vivre avec l’obligation de
casser son voisin sous peine de le laisser gagner.
Au final, tous les participants s’accordent à dire qu’à 4 joueurs,
ce jeu se résume à une montée en puissance des positions
de chacun et à une suite d’attaques en règles de son voisin immédiat.
Qu’en est-il à 2 ou 3 joueurs ? Tout est possible, même si je ne
pense pas que le jeu à 3 soit équilibré (position enfermée
pour l’un des joueurs).
Autrement, je voudrais ajouter que la facette négociation que l’on peut
développer en jouant est assez difficile à vivre lorsque vous
êtes, systématiquement et sans raison valable, pris pour cible
de vos adversaires. Ce jeu se prête à merveille à ça
: vous conditionnez vos voisins pour qu’ils prennent leur bloc dans le quartier
d’un des joueurs, ce qui empêche ce dernier de rivaliser pour la victoire.
Bof.

Terra Turrium est donc un magnifique objet mais pas forcément le jeu
le plus intéressant à pratiquer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


neuf − = 2