[31/03/2005] Siesta

Participants
– Didier_adasoc, joueur blanc, sympathique joueur de Normandie,
– Johnattan, joueur violet, son acolyte non moins sympathique,
– Nicolas, joueur bleu, roi du jet de lunettes en pleine partie ;-),
– Ludo le gars, joueur vert, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Et oui, j’ai bien eu du mal à y croire au départ, mais Didier et Johnattan venaient de Normandie pour passer une soirée jeux avec nous… ou enfin presque 🙂 disons qu’ils mettaient à profit d’une fin de semaine par chez nous pour découvrir l’environnement ludique du coin. Et c’est donc avec grand plaisir que l’on a accueilli ces deux joueurs
réguliers du club rouennais de Frédéric Bizet, rédac’chef de Jeux en Boîte.
Histoire de ne pas rester sur une partie d’Amun Re à peine entamée et interrompue (silence sur les raisons…), je propose à nos invités de découvrir un jeu abstrait splendide,
le très méconnu Siesta de GoldSieber. Après être passé par la phase lecture de la règle (et de ses ambiguïtés liées à une traduction officielles bourrée d’erreurs grossières),
nous attaquons la partie avec Johnattan en premier joueur qui se doit de placer obligatoirement une succession de soleil-toit-ombre, ce qui lui rapporte un point, où il le souhaite sur le plateau.


Johnattan s’apprête à jouer son deuxième coup,
alors que le jeu est d’ores et déjà prenant, avec la découverte
de ce système ingénieux d’alignements…


Une vue générale de la situation où l’on peut
observer les scores de chacun, sachant que le pion de couleur de chaque
joueur est parti du coin placé à sa droite : violet totalise
9 points, bleu 11, vert 12 et blanc 8…


Lorsque la partie se rapproche de son terme, les scores se ressèrent
car on tente de gêner le joueur en tête. A noter que Didier
et moi sommes les mieux partis pour épuiser nos toits et comme
la partie s’arrête alors immédiatement, on va certainement
viser cet objectif. Pour l’annecdote, cette photo aura été
décisive pour la jouabilité de la fin de partie, suite à
un splendide jet de lunettes de la part de Nicolas, très en forme
ce soir et qui nous a mis 1/3 des pions par terre !


La situation juste avant que je joue mon ultime coup (il me reste 2
toits et seuls 2 soleils subsistent dans le stock commun) : je possède
2 points de retard sur Johnattan et j’en ai autant que Didier et Nicolas.
Il faut donc que je marque 3 points pour gagner, à condition de
ne pas faire marquer Johnattan…


Une vue de la situation finale, avec des scores extrêmement serrés…


Aprsè mon deuxième tour, je réalise, tout comme
violet juste avant, une double siesta fort lucrative. Le jeu semble
intéressant car on peut essayer de jouer dans son coin (violet,
vert) ou de tenter d’interférer avec ses adversaires (blanc est
un empêcheur de tourner en rond et bleu s’en rend compte à
ses dépens ;-)…


Plus le plateau se remplit, plus le temps de
réflexion a tendance à s’allonger car on essaie à
la fois de marquer le maximum de points à chaque tour sans pour
autant enfermer ses toits dans des zones « fermées ».
Nous émettons des hypothèses sur de bonnes manières
de jouer et il se dégage que réussir à obliger
les autres à vous donner des points lorsqu’ils font des décomptes
lucratifs pour eux semble être une tactique payante à encourager
(un peu comme à Lumberjack
avec les rondins de bois empilés)…


Une vue rapprochée intéressante, permettant d’admirer
le travail intelligent réalisé par violet (Johnattan)
avec ses toits violets placés en « angle » et qui multiplient
en quelques sortes le score de chaque ombre posée. Cette manière
de jouer est très lucrative, mais comme il remonte beaucoup au
score ce faisant, il est sabré par Didier dans cette zone (toit
blanc au centre), juste après que j’ai réglé son
compte à ce dernier à gauche (on peut voir un bout du
toit vert intempestif pour lui). La fin de partie est trop calculatoire
malheureusement et chacun peut faire perdre un joueur sans pouvoir gagner
lui-même..


Après 5 minutes d’intenses calculs, limitant mes gains à
2 PV, je découvre enfin la solution qui me rapporte 3 poinst
tout en en donnant 1 à Didier ! Cherchez où j’ai joué…

 

Décompte final
Durée de la partie : 1 heure et 30 minutes – Mise
en place du jeu : 5 minutes – Explication des règles : 20 minutes
Ludo le gars remporte cette partie avec un total de 32 points, devant Johnattan
avec 31 points, Didier avec 30 points et Nicolas avec 29 points.

Débriefing
Séduisant et fort bien rendu, Siesta nous aura tous bien plu, même
si on ne peut s’empêcher de regretter cette fin de partie beaucoup trop
statique et calculatoire où chacun essaie de ne pas faire gagner un autre
joueur ou, pire, perdre un autre sans pouvoir lui-même gagner ! Mais bon,
ceci mis à part, le jeu en milieu de partie se révéla être
un vrai régal avec de jolis coups à tenter, d’autres à
anticiper et d’autres réservés à des blocages d’adversaires,
en espérant que ce soit plutôt votre voisin qui se dévoue
🙂
A noter que nous avons vraisemblablement mal interprété une règle
de jeu (il faut dire que celles-ci ont été rédigées
avec les pieds ce qui n’aide pas à leur compréhension) : il semble
que le placement d’une ombre à côté d’un toit non éclairé
par un soleil soit possible à la seule condition qu’au moins un autre
toit pointant sur cette case soit lui-même éclairé par un
soleil, justifiant la présence possible d’une ombre sur cette case. Maintenant,
nous avons joué en interdisant ce type de placement, nous réfugiant
derrière la règle qui interdit de placer une ombre derrière
un toit non éclairé par un soleil. L’interdiction doit porter
sur la présence d’aucun soleil, alors que nous avons compris qu’il en
fallait un par toit pointant sur la case. M’enfin, comme on a joué toute
la partie comme ça, ce n’est pas si grave…
En tout état de cause, j’ai beaucoup aimé ce jeu prometteur et
je pense y jouer prochainement à 2 ou 3 pour voir s’il se révèle
encore meilleur, avec une atténuation de l’effet kingmaker.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


× cinq = 35