[31/03/2012] Descendance

Et encore une partie de Descendance, une ! Et cette fois, ce sera à 3 joueurs mes amis : Fabrice et Françoise souhaitant découvrir cette petite perle. Du coup, je réexplique
encore une fois la règle : j’en deviens un spécialiste…

 

DESCENDANCE :

 


Nous attaquons ma 4ème partie de Descendance, l’occasion pour moi de vérifier si ma stratégie Marché + Eglise, déjà développée lors de mes précédentes parties, est aussi forte que
je le suppose. Et, soyons honnête, j’ai très lourdement insisté sur le fait qu’il ne faut absolument pas laisser quelqu’un se gaver de tuiles au Marché…

Fin de première manche et la première messe m’est favorable, avec la pioche de l’un des deux pions que j’avais mis dans le sac : je socre 2 PV…

Vue générale en fin de première manche, avec un mort jaune (Fabrice) et un mort blanc (moi) sur la ligne des Fermiers aux archives…

Deuxième messe de la partie, avec encore 2 PV pour moi et pas moins de 2 pions déjà positionnés sur l’Eglise…

Vue générale en fin de deuxième manche. Françoise est la seule à avoir ouvert la voie des voyages…

Fabrice joue à fond le marché, tout comme moi, alors que Françoise n’aura fait illusion dessus qu’au tout début…

La messe de la fin de troisième manche m’est encore favorable, sans nouveau pion cette fois, mais avec les deux premiers conservés, contre un seul à Fabrice…

Cette fin de troisième manche révèle que la bataille fait rage aux archives, avec 3 morts pour Françoise et moi et 4 pour Fabrice : il ne reste plus que 3 places disponibles
(prêtre, conseiller municipal et voyageur)…

La partie se tend avec cette quatrième manche, lors de laquelle Françoise va complètement se lâcher au niveau des voyages, alors que Fabrice et moi allons poursuivre notre
redoutable collecte de tuiles au marché (il a un peu d’avance sur moi sur cet axe de jeu, puisque je passe aussi de l’énergie à jouer sur l’Eglise)…

La quatrième messe de la partie m’est à nouveau favorable, ce qui ajoute 2 PV à mon score, malgré un nombre de pions blancs ne passant qu’à trois. Il faut savoir que je dois bien en
avoir encore un dans le sac et que je vise d’en placer un supplémentaire…

La vue générale de la fin de quatrième manche indique la progression de Françoise sur les voyages (trois à présent) avec un seul mort supplémentaire (un pion jaune sur les prêtres).
A noter qu’il n’y a plus qu’une seule place au cimetière…

Nous nous lançons donc dans une cinquième, et dernière, manche. Le marché ne compte plus que 5 tuiles, la pioche en étant totalement épuisée ! Il faut dire qu’entre les jours de
marché classiques et les puits lancés par Fabrice ou moi, on s’est gavé tous les deux de tuiles de clients…

La partie s’achève en cours de cinquième manche, avec deux décès dans les rangs bleus, ce qui occasionne une ultime messe, laquelle m’est extrêmement favorable : pas moins de deux
nouveaux pions blancs sortis du sac ! Encore 2 PV pour votre serviteur…

Les archives sont complètes et vont particulièrement être rentables pour Fabrice et Françoise (12 PV chacun). Mais le gain de la partie se jouera ailleurs, sachant que Françoise
voit Fabrice loin devant avec son stock de tuiles de clients complètement hallucinant… De mon côté, je penche pour une première place en ce qui me concerne, plus fort sur l’Eglise
en cours de partie et à la fin…

La vue générale finale…

Et mon butin, avec quand même 33 PV dûs aux clients…
Bilan synthétique :On a aimé
– La fluidité géniale du jeu, laquelle séduit à chaque fois les nouveaux joueurs qui s’y adonnent,
– L’épuisement possible, ou presque, des tuiles de clients, même à 3 joueurs, pour peu que la partie dure un peu.

 

On a moins aimé
– La très forte suspicion à présent que le jeu ne se renouvelle pas tant que ça : avec une stratégie basée sur le Marché + l’Eglise, on est quand même très bien placé pour
l’emporter à chaque fois, même si on n’est pas le seul à le faire : il faut juste diversifier un peu et se montrer opportuniste sur le reste. Finalement, je ressens de la
répétitivité d’une partie à l’autre, pour peu qu’on joue la gagne…

 

Scores de la partie :  

 

Piste Voyages Conseil Eglise Archives Clients Pièces Total
Françoise (bleu) 6 14 0 6 12 11 0 49
Fabrice (jaune) 0 0 0 0 12 42 2 56
Ludo le gars (blanc) 10 0 0 16 4 33 0 63

 

 

Note du jeu (sur cette partie) : 17 / 20


Durée de la partie : 1 heure 45 minutes

 

 

 

 

———————————————————————————————————————————————–

9 commentaires à propos de “[31/03/2012] Descendance”

  1. si j’ai bien suivi le commentaire, les 33pts sont à mettre dans la colone clients et non dans pièces ?

    merci pour ces parties commentées qui améliorent notre expérience 🙂

  2. A mon avis (après une douzaine de parties), le marché n’est fort que si tout le monde décide qu’il l’est et qu’il faut y participer (ça me rappelle le coup des fermes à cubes de Caylus).
    Participer à une vente qu’on n’a pas lancée soi-même coûte tout de même un cube et du temps dont on peut faire autre chose de rentable, souvent.
    L’absence de pions sur l’hôtel de ville sur tes photos me fait penser que vous sacrifiez tous vos cubes verts sur le marché, alors que l’hôtel de ville peut être une très forte source de points
    également (mais moins évident au début, je le reconnais).
    Et il est tout-à-fait possible de faire toutes les villes lors des voyages. Dans notre groupe on l’a fait plusieurs fois. Il est même fortement déconseillé de laisser un seul joueur le faire. La
    question est de trouver des chariots, donc ne pas les vendre au marché, et profiter – par exemple – du troisième étage de l’hôtel de ville pour se fournir (grosso modo : cube verts pour l’hôtel
    de ville afin d’avoir des charriots pas cher, autres couleurs de cubes pour les voyages (qui ne nécessitent pas de vert, justement ;-)).

  3. Jolie partie ! Mais je pense aussi que le marché n’est pas la seule solution et qu’il est même utile parfois de le déclencher trés rapidement – empêchant alors tout le monde de profiter de sa
    manne de clients quitte à la sacrifier pour soi même. 

  4. Je rejoins un peu les autres avis : il ne faut pas oublier que tu étais le seul à connaître le jeu. Et, même si tu insistes sur le marché, l’expérience joue. Avec les parties, tu essayes aussi
    d’embêter tes adversaires en leur piquant notamment les cubes dont ils ont besoin (je l’ai cruellement vu hier). Et puis l’église n’est pas si forte que ça : deux pioches vides (les 4 moines
    sortis) hier, quèand tu mises dessus, ça fait mal !

  5. si j’ai bien suivi le commentaire, les 33pts sont à mettre dans la colone clients et non dans pièces ?

    merci pour ces parties commentées qui améliorent notre expérience 🙂

  6. A mon avis (après une douzaine de parties), le marché n’est fort que si tout le monde décide qu’il l’est et qu’il faut y participer (ça me rappelle le coup des fermes à cubes de Caylus).
    Participer à une vente qu’on n’a pas lancée soi-même coûte tout de même un cube et du temps dont on peut faire autre chose de rentable, souvent.
    L’absence de pions sur l’hôtel de ville sur tes photos me fait penser que vous sacrifiez tous vos cubes verts sur le marché, alors que l’hôtel de ville peut être une très forte source de points
    également (mais moins évident au début, je le reconnais).
    Et il est tout-à-fait possible de faire toutes les villes lors des voyages. Dans notre groupe on l’a fait plusieurs fois. Il est même fortement déconseillé de laisser un seul joueur le faire. La
    question est de trouver des chariots, donc ne pas les vendre au marché, et profiter – par exemple – du troisième étage de l’hôtel de ville pour se fournir (grosso modo : cube verts pour l’hôtel
    de ville afin d’avoir des charriots pas cher, autres couleurs de cubes pour les voyages (qui ne nécessitent pas de vert, justement ;-)).

  7. Jolie partie ! Mais je pense aussi que le marché n’est pas la seule solution et qu’il est même utile parfois de le déclencher trés rapidement – empêchant alors tout le monde de profiter de sa
    manne de clients quitte à la sacrifier pour soi même. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


5 + = dix