[31/05/2003] Grand Safari

Participants
– Jérôme, qui me scie par sa capacité d’encaissement de jeux ce soir : 12 heures non-stop !
– François H., qui souhaite que l’on joue à ce jeu après le déplorable TransAmerica,
– Stéphane, alias Arthemix, qui va pouvoir s’essayer à un jeu très souvent vu du côté des brocantes montpelliéraines,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Nous venons de faire une partie de TransAmerica et force est de constater que nous avons besoin de voir autre chose dans le style jeu de réseau. François nous assure que Grand Safari est une petite perle, déjà ancienne, mais souvent méconnue, malgré sa très grande disponibilité dans les vide-greniers et les Emmaüs.
Même Jérôme y va de son grain de sel, en croyant se souvenir y avoir joué quand il était gone. Bon, il va donc vraiment falloir qu’on y passe…


François prend une flèche colorée qui va lui servir
pour allonger une expédition…

Les tours s’enchaînent et François
se distinguent en réalisant animal sur animal. Il faut dire que
ceux-ci se trouvant majoritairement à proximité du point
de départ, il avait plus de chance qu’on y passe. En même
temps, il a bien géré son affaire en dissimulant assez finement
ses objectifs (économie de bons de voyages notamment).
Jérôme semble assez proche, tout comme Stéphane, même
si leur retard est d’environ 2 ou 3 cartes à mi-parcours.

Cliquez pour agrandir !
La configuration finale du jeu (la main de François nous présente
ses espèces réalisées)

François se plonge dans les règles
et nous les explique assez rapidement, puis nous prenons chacun 8 cartes
en main et nous pouvons y aller.
La partie est sympa même si la fatigue de la journée commence
à se faire nettement sentir en ce qui me concerne :
– Je ne joue qu’au coup par coup en essayant de masquer mon manque de
présence d’esprit,
– Je loupe des animaux tout faits, à portée d’expédition
et n’en réalise qu’un seul du stock commun, alors que je suis
convaincu qu’une bonne stratégie est justement d’en réussir
plusieurs,
– Je gaspille mes bons de voyage, pourtant si précieux, alors
que le temps ne pressait pas.
Bref, je joue mal 🙁


Une vue rapprochée permettant de visualiser la progression
de l’expédition jaune qui a même réalisé
une boucle, sur mon initiative, afin de ne pas se rendre vers le centre
de la carte…

La partie s’approche de son terme et je
suis plus spectateur qu’acteur. Preuve en est : lors du franchissement
de l’océan Pacifique entre le Japon et les Etats-Unis, je ne
vois même pas, alors que c’est mon tour de jouer, que j’ai la
capacité de relier mon Antilope-Chèvre nord-américaine
et je place ma flèche vers l’autre animal !!! Incroyable et frustrant
lorsque je m’en rends compte…

François termine brillamment son
parcours, mais très très juste devant Stéphane
(à une carte). Certes, il n’aurait pas gagné, car François
avait en plus réussi une carte commune, mais cela aurait été
pour le fun.

Décompte final
François remporte cette partie avec un total de 9
points (9-0), devant Stéphane avec 6 points (7-1), Jérôme
avec 4 points (6-2) et Ludo le gars avec 1 point (5-4).


Débriefing
Loin d’être bête ce jeu des années 80… Malin même
et très tactique, malgré sa part non négligeable de hasard,
notamment dans l’affectation des animaux initiaux. Le jeu nous a bien plu et
je pense que Jérôme, en ce moment même, est en train de faire
ses placards, histoire de voir s’il n’a pas encore la boîte cachée
quelque part…

Basé sur un système de placement simplissime, le jeu tire son
intérêt de la gestion des bons de voyage et du moment opportun
de les jouer. Très intéressant.
Et on voit, accessoirement, que certains jeux de réseaux actuels n’ont
rien inventé : les jeux des années 80 ont du bon, tous les bons
jeux ne sortent pas aujourd’hui !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


3 − deux =