[31/05/2003] Le Lièvre et la Tortue

Participants
– Jérôme, chaud lapin devant l’éternel, en proie à une envie de salade 😉
– François H., super calé côté règles de jeux, un tantinet pointilleux à la limite ;-))
– Stéphane, alias Arthemix, qui souhaite une partie rapide, ayant envie de passer à autre chose,
– Elise, grande connaisseuse du jeu pour jouer avec sa sœur régulièrement,
– Sophie, super entraînée à ce jeu dont elle possède aussi un exemplaire dans sa version allemande déjà ancienne,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
98 carottes chacun, 3 salades et un joli pion de bois et nous pouvons y aller, dans cette partie comptant pour le tournoi des Ludophiles.
Enfin pas tout à fait, puisqu’il est de bon ton de valider les points de règles tous ensemble… Aïe… Nous y passons une grosse demi-heure, et nous n’en revenons pas : le Lièvre et la Tortue source d’autant de conflits nous paraît absolument incroyable et nous sommes même contraint de voter pour juger de certains effets des cartes spéciales ou des actions possibles :
– Si une carte lièvre vous place derrière le joueur placé derrière vous, pouvez-vous aller sur une case salade si vous n’en avez plus ?
– Si une carte lièvre vous envoie devant le joueur placé devant vous, pouvez-vous atterrir sur une case hérisson ?
– Si une carte lièvre vous envoie devant le joueur placé devant vous et que cela vous permet d’arriver, que se passe-t-il si vous avez plus de carottes qu’autorisé ?
– Que veut-dire « une case inappropriée » ?
– …
Voici quelques exemples croustillants de notre discussion, qui, heureusement, prend fin avant que certains ne quittent la table de jeu 😉
Nous pouvons vraiment démarrer, avec Sophie dans le rôle de premier joueur.


L’ambiance est excellente, une fois la partie commencée 😉

Sophie, de son côté, se fait
un point d’honneur de prendre le maximum de cartes lièvres, histoire
de voir, et cela semble fonctionner au vu de l’avancée de son pion
(en tout cas, elle n’est pas isolée et ses salades se mangent bien).

Je ne peux pas laisser François seul
devant et je décide donc de le rejoindre, malgré mes difficultés
relatives en carottes (il doit en avoir encore moins que moi).
Je le taquine sur une case Salade (toujours çà de pris),
alors qu’il semble contraint de ralentir sa cadence, faute de carottes.
Stéphane va bientôt venir nous faire une visite, lui qui
amasse des carottes à la pelle et qu’il n’y a pas de magasin de
fruits et légumes dans le jeu pour écouler sa marchandise…


La partie est terminée

La partie début sur une curiosité
: ni Sophie, ni Stéphane, ne se rendant sur la première
case Salade, je m’empresse de payer 28 carottes pour y placer mon pion,
surtout qu’à 6 joueurs ces cases-là ne doivent pas être
loupées…
Les autres joueurs s’agglutinent derrière moi, espérant
être le premier à pouvoir prendre ma place une fois que
je serai parti.

Par la suite, nous assistons à deux
stratégies fondamentalement opposées entre François
et Stéphane :
– François court devant et n’est jamais embêté pour
aller sur les cases Salade et les cases 1 5 6, qui lui rapportent peu
de carottes mais suffisamment pour continuer sa route,
– Stéphane reste en arrière de manière démentielle
et amasse de très nombreuses carottes (cases Salades, cases 1
5 6 et hérissons).


Cette vue rapprochée montre bien les axes de jeu de chacun : François en jaune court comme un lièvre, je lui emboîtele pas avec mon pion vert, alors que Stéphane avec son pion orange engrange carottes sur carottes à l’arrière…

Je tente alors un coup de folie en avançant
de 11 cases, alors que mon stock de carottes est misérable. Le
coup suivant, j’avance encore de 6 cases jusqu’à l’avant-dernière
case de Salade et y mange ma dernière.
Dans le même temps, Sophie arrive à grandes enjambées
et mange également sa dernière salade, alors qu’Elise
engloutit avec des difficultés les siennes. Jérôme,
assez discret, ne parvient pas à nous faire rêver.

Me rendant compte que j’ai trop de carottes
pour terminer la partie, je me place sur la dernière case carotte
du plateau (située à 5 cases de l’arrivée) et j’écoule
mon stock tranquillement et en sachant déjà que Sophie,
et peut-être même François, devrait finir par me
dépasser. Sophie réussit à franchir la ligne (avec
un résidu d’exactement 10 carottes), effectivement, ce qui me
permet de m’engouffrer derrière elle, maintenant que le quota
autorisé est de 20.
Entre temps, Stéphane, malchanceux, s’est retrouvé à
devoir recommencer le parcours, la faute à une impossibilité
de reculer sur une case Hérisson. Cela ne l’empêchera pas,
à sa grande surprise, de ne pas terminer dernier de la partie.

Décompte final
Sophie remporte cette partie avec un résidu de 10
carottes, devant Ludo le gars avec un résidu de 16 carottes, Jérôme
avec un résidu de 27 carottes, François avec un résidu
d’une dizaine de carottes, Stéphane et Elise.


Débriefing
Bien que jouée à 6 participants, la partie en elle-même
n’a pas duré aussi longtemps qu’on aurait pu le craindre. Peut-être
est-ce dû à la course en tête qu’a réalisée
François et qui nous a tiré vers le haut ? Je pense que sa vitesse
de croisière nous a incité à accélérer le
pas alors que certains auraient aimé rester plus longtemps à l’arrière.

Plaisant, le jeu n’en est pas moins calculatoire (positionnement sur les rangs,
gestion de son stock de carottes, anticipation de l’arrivée, …) et
déterministe (arrêt obligatoire et urgent sur les cases salades).
Je constate même un fait étonnant : le jeu peut être vu comme
aléatoire, Sophie ayant gagné la partie alors qu’elle a joué
les cases Lièvre pratiquement à chaque tour !!!
Joué rapidement, sans trop réfléchir, le jeu est agréable
et c’est bien là l’essentiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


2 − = null