[31/10/2009] Archaeology

Parmi les jeux rapportés d’Essen figure le jeu de l’année 2008 australien ! Si, si ! Et c’est d’un jeu de cartes dont il s’agit : Archaeology, un jeu de fouilles archéologiques en Egypte évidemment. Le système de jeu se base sur la collecte de cartes identiques pour être mieux vendues au muséum. Mais, mais, mais, il faudra savoir s’arrêter de collecter des cartes car à trop en vouloir et à trop en avoir sur soi, on risque bien d’attiser les convoitises (vols) et de subir les affres des ouragans ! Au pire, il vaut parfois mieux les échanger au marché local quitte à vendre au Muséum une collection certes moins élaborée mais quand même lucrative…
Un bon p’tit jeu, sans prétention certes, mais un sympathique condensé de trucs bien agencés…


ARCHAEOLOGY :


Au départ, sur la table, sont étalées les 5 cartes du marché face visible, classées par type (ici 3 cartes roses de valeur 1, 1 grise de valeur 2 et 1 verte de valeur 3), ainsi que
les lots de cartes face cachée (3, 5 ou 7) affectées aux chambres de la pyramide. Au premier plan, la pioche de cartes lorsqu’on prospecte en début de son tour…

J’ai entamé la partie, puis Maitena a suivie, avant que Julie s’y colle. Tristan sera le 4ème joueur. Le jeu semble assez malin dès l’entame, même un tantinet trop complexe
(calcul mental + évaluation des gains potentiels) au moins pour Tristan…

Tristan s’en sort avec brio au premier tour, troquant sa carte de Carte au trésor contre le contenu de la chambre avec 3 cartes…

En ce qui me concerne, mon premier tour m’aura permis de vendre au Muséum 4 cartes de parchemin, pour un gain de 10 PV. Je me suis adapté au hasard du jeu car j’aurais préféré,
évidemment, amasser des cartes Masques de Toutankhamon…

Maitena vient de piocher sa carte et elle a du mal. Ca oui. Elle prend du temps. Ca oui ! Elle ne sait pas vraiment comment s’en sortir avec ses cartes, elle qui aurait préféré
choisir ce qu’elle collectionnait au lieu d’avoir à faire en fonction de sa pioche et des objets disponibles au marché…

Tristan, de son côté, a bien compris qu’il était fondamental de ne pas se retrouver avec une main trop chargée et qu’il valait mieux engranger des points tôt. Du coup, il a déjà
vendu deux jolis lots au Muséum, pour un total de 25 PV (10+15), et il a encore 3 cartes en main, donc du potentiel…

Il faut poser ses cartes ! Oui il faut ! Car, dans le cas contraire, on est à la merci d’une satanée carte Ouragan. Ici, la première des 4 cartes vient de sortir. On va donc
défausser chacun la moitié de ses cartes, mais pas dans la boîte, non, au marché ! Du coup, les cartes vont devenir disponibles à l’échange et faire, peut-être, les affaires des
adversaires…

Petite vue du marché, qui se bonifie clairement, une fois les cartes de chacun défaussées. Julie, avec son magnifique total de 0 carte en main, ne s’est défaussée de rien du tout et
elle jubile de ce coup du sort qui a affecté les autres joueurs ! A noter qu’avec 4 cartes Ouragan + 8 cartes Voleurs parmi la pioche, il est clair que l’on ne doit pas conserver
trop longtemps de gros lots de cartes en main…

Ouf ! Je ne suis pas mécontent de passer mes 2 cartes Cartes de trésor pour engranger le gain des 5 cartes de la deuxième chambre de la pyramide et de pouvoir venir taquiner les
nombreuses cartes du marché…

Voici mes 5 cartes collectées et le marché en fond : que vais-je faire ? Ce sera l’acquisition des 2 cartes bleues pour 4 + les 5 roses pour 5 et un gain de 30 PV directement acquis
au Muséum…

Petite vue générale dans une partie menée par Julie et moi, suivis de près par Tristan, alors que Maitena n’a toujours rien vendu à son Muséum ! Au niveau du marché, j’ai
culpabilisé, un peu, d’avoir laissé filé mon masque de Toutankhamon, mais bon, j’aurais gagné moins en le gardant et il est de plus en plus difficile d’acheter de bons lots au
marché (pour les autres joueurs aussi !)…

Julie sent bien que la partie n’est pas jouée et elle continue à me faire couiner, elle qui a déjà pioché par deux fois dans ma main avec le voleur, contre une fois chez sa fille,
cette dernière ayant pioché deux fois chez son frère. Il reste donc 3 cartes voleur. Une pour moi ? Histoire de rééquilibrer l’affaire en piochant chez ma dame…

Les 4 cartes Ouragan sont sorties et le marché plafonnera à 35 en valeur ce qui me paraît vraiment important (on n’a probablement pas assez vendu et on a perdu trop de cartes). Du
coup, de manière assez paradoxale et jouissive, quelque part, on a des lots d’enfer mais personne ne peut les acheter ! Cet étalage imposant et cette diète de pognon distillent un
sympathique feeling au jeu. Bien vu…

Avec toujours 0 cartes vendue au Muséum, Maitena s’apprête à réaliser un record ! Heureusement que la fin de partie se profile à l’horizon et qu’elle va devoir vendre le contenu de
sa main, ça va l’obliger à marquer des points… De mon côté, je ne suis pas mécontent d’avoir fait de la rétention de carte Carte de trésor car, en ayant conservé l’une des 3
dernières, personne n’a pu aller vider la grande chambre de la pyramide et ses 7 cartes…

Le butin de cartes de Maitena, toutes vendues lors du dernier tour après avoir calculé au mieux avec ce qui était disponible au marché…

Les trésors amassés par Julie et vendus à son Muséum. Pas mal la série de 5 pièces pour un gain de 30 PV…

Les cartes de Tristan, avec notamment deux masques de pharaon et deux séries complètes de poterie rose…


Mon butin, le plus diversifié de la table, avec deux séries bleues, chacune rapportant 15 points…
Bilan synthétique :

On a aimé
– La tension de devoir vendre parfois trop tôt afin de ne pas se retrouver privé de ses cartes (Ouragan, Voleur) : ce Stop ou Encore marche bien,
– Le marché qui grossit suite aux ouragans et qui, paradoxalement, devient de plus en plus inaccessible car notre capital de cartes en main a tendance, lui, à se réduire,
– La logique interne du jeu qui tourne comme une horloge,
– L’exploration de la pyramide avec 1, 2 ou 3 cartes, ce qui apporte une certaine variété au jeu et incite à y aller vite, même pour seulement 3 cartes, au lieu d’attendre d’en
avoir collecté 3…

 

On a moins aimé
– Le côté arbitraire du voleur car si le même joueur se retrouve pillé à chaque fois, il ne peut rien y faire et ne pourra probablement pas gagner la partie,
– La limitation à 6 cartes du nombre de Cartes de trésor, précisément égale au nombre de cartes requis pour explorer les 3 chambres de la pyramide : le jeu y gagnerait
certainement avec une carte de plus, celle-ci apportant du stress (« j’en ai une, mais sera-ce moi qui fouillerai ? ») et réduisant les situations de blocage (« j’en ai une, je la
garde et personne ne fouillera la grande chambre »).

Scores de la partie :

Maitena : 21 (10+10+1)
Julie : 54 (60+14+10)
Tristan : 52 (15+15+12+10)
Ludo le gars : 58 (15+15+15+10+3)

Note du jeu (sur cette partie) : 15 / 20

 

Durée de la partie : 1 heure 15 minutes

———————————————————————————————————————————————–

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


neuf − 7 =