[31/12/2008] Gold Connection, Villa Paletti, …aber bitte mit Sahne, Vabanque

Seconde journée de notre grand réveillon ludico-festif et au programme, ce jour, quatre parties de jeux très très « petits » au sens durée et investissement cérébral. Certes, on a passé un bon moment, mais ce n’est pas encore aujourd’hui que l’on aura vraiment fait chauffer nos neurones. Les jeux joués, donc, sont les suivants :
Gold Connection, du regretté Sid Sackson, disparu voici déjà 6 ans, un jeu à la Stop ou Encore qui marche toujours très bien. Un bon moment.
Villa Paletti, le seul et unique jeu d’adresse qui a réussi à remporter le Spiel des Jahres (c’était en 2002).
… aber bitte mit Sahne, ou le jeu du gâteau pour faire plus simple, un excellent jeu de partage, très épuré, où l’on se retrouve sans arrêt avec de -petits- choix cornéliens.
Vabanque, au milieu de la nuit, un autre jeu d’il y a quelques années, conçu avant la mode du poker en France par Bruno Faidutti et Léo Colovini.

Une bonne journée de la Saint Sylvestre, comme toujours plus propice à se remplir la panse que de pousser du pion. Mais c’était bien !

 

GOLD CONNECTION :

 

 


Dans Gold Connection, on tente de récolter un maximum de lingots d’or depuis les coffres d’une banque réputée, tout en évitant de se faire piller par ses peu recommandables
collègues de fortune…

Les dés sont jetés moult fois durant la partie qui dure 36 tours, soit 9 tours par joueur à 4 joueurs. A chaque fois qu’on tente de ramasser des lingots, on doit jeter les dés
pour savoir si on y parvient, avec, bien sûr, différents niveaux de difficultés…

Dans ma valise, bien au chaud, en fin de premier tour (pour moi), j’ai récolté 5 lingots, dont 3 d’affilée dans les verts et 2 dans les bleus. J’ai choisi de placer mes 1, 2 et 3
verts dans la zone où je postulerai pour le bonus de +10 (si je vais jusqu’au 6) et j’ai positionné mes 1 et 2 bleus dans la zone du bonus de +5. Il faut savoir qu’il n’y a que 2
lingots de valeur 5 par couleur et 1 seul de valeur 6, donc on voit bien que tout le monde ne pourra pas avoir les bonus…

Jacques passe ses tours à ramasser quelques lingots puis à les reposer car il échoue avant même de les avoir mis en sécurité ! Ici, on peut remarquer que l’une des salles de coffrs
est particulièrement bien remplie et qu’elle va susciter les convoitises, assurément…

Au premier plan, ma valise, juteusement remplie et qui commence à attiser les convoitises de mes jaloux de copains : je ne vais pas tarder à voir Thibault venir me chicaner…

Et voilà comment on couine : Thibault tente de me dérober mes 4 et 5 bleus (qui m’apportaient le précieux bonus de +5) et comme il était à 3 cases de moi, il devait faire 12 aux
dés. Facile, m’annonce-t-il… Et il le fait !!!

Petite vue générale alors qu’il ne reste qu’un tour à chacun…

Jeu très sympa, ce Gold Connection n’a pas pris une ride…

Et voilà la partie qui vient de se terminer et c’est bel et bien Thibault qui l’emporte, malgré une ultime tentative de ma part pour revenir sur les 8 points qui nous séparent.
J’aurais réussi en alignant 3 jets de dés d’environ 8 ou 9. Mais j’ai raté dès le premier, alors…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le côté Stop ou Encore qui marche à merveille et qui provoque toujours d’aussi bonnes sensations,
– La possibilité d’aller piller ses amis, cela apporte un réel plus au jeu,
– L’impression que le jeu n’a pas vieilli et qu’il mérite encore sa place au sein des « petits » jeux en ce début de XXIème siècle
.

On a moins aimé
– La relative longueur des parties car au final cela peut ennuyer un poil d’attendre son tour et de jouer à lancer des dés pendant 1 heure…

Scores de la partie :

Jacques (violet) : 42
Thibault (gris) : 54
Lucarty (blanc) : 32
Ludo le gars (marron) : 46

Note du jeu (sur cette partie) : 14 / 20


Durée de la partie : 1 heure

 

———————————————————————————————————————————————– 

VILLA PALETTI :

 

 


Villa Paletti, c’est un condensé de plaisir intergénérationnel, dans lequel on doit tenter de surélever ses piliers sans faire choir l’édifice. Un très bon jeu d’adresse et de
maîtrise de soi, voire de prise de risque, parfois…

Jacques installe le premier niveau sur les piliers que nous avons placés à tour de rôle. Tristan tentera d’extraire les jaunes, Maitena les verts, Jacques les rouges et moi-même
les bleus…

Après un tour de jeu, une fois que chacun a extrait et replacé un pilier…

Ultra-concentré le gamin…

Maitena essaie de retirer un pilier particulièrement délicat, au vu du nombre de piliers déjà posés sur l’étage bleu et de son regard qui en dit long…

Au tour de Jacques d’être immortalisé en train de tenter le retrait d’une périlleuse pièce rouge…

Et hop ! Un pilier jaune de plus extrait avec succès par Tristan. Mais, il va bien falloir que cela cesse, car il n’y a bientôt plus de piliers pour soutenir l’édifice…

Après que j’ai renoncé à retirer un pilier et que personne ne m’a contesté, j’ai ajouté le plateau vert. Jacques, quelques tours plus tard, y dépose un nouveau pilier rouge…

Et voilà le quatrième larron qui tente d’extraire de nouvelles pièces…

On lui avait bien dit que c’était impossible, mais elle a voulu s’y risquer quand même ! Résultat : badaboum et fin de partie…
Bilan synthétique :

On a aimé
– La simplicité du jeu et son aspect inter-générations,
– Le côté tactile très sympathique du matériel,
– Le stress généré par le jeu
.

On a moins aimé
– La chute de l’édifice lorsqu’un joueur se croit plus malin que tout le monde et qu’on n’en est qu’à peine en milieu de partie,
– Le système de score : peu convaincant mais l’essentiel n’est bien entendu pas là dans ce jeu…

Scores de la partie :

Tristan (jaune) : 3ème
Maitena (vert) : 4ème
Jacques (rouge) : 1er
Ludo le gars (bleu) : 2ème

Note du jeu (sur cette partie) : 15 / 20


Durée de la partie : 30 minutes

 

———————————————————————————————————————————————– 

… ABER BITTE MIT SAHNE :


Petite partie de ce jeu du gâteau, avec Tristan et Maitena (certes un peu difficile pour eux), et mon gone élabore le premier gâteau de cette journée…

Et voilà le partage tel qu’il l’a prévu. A noter que j’ai remplacé les tuiles défectueuses par les tuiles corrigées, reçues de la part de l’éditeur il y a quelques jours…

A Maitena de se lancer dans le partage du second gâteau, alors que son frère a gardé visibles ses deux portions de gâteau (chocolat et mûres) acquises au premier tour…

Voici le troisième gâteau que je m’en vais partager. Au premier plan, on voit que Jacques s’est concentré sur les abricots et les airelles, alors que j’ai misé sur les fraises et
les mûres…

Voilà le partage que je propose, lequel fait bien couiner Jacques, le premier à choisir. Il faut dire qu’avec 3 portions de fraise, je ne faisais pas le fier et que j’opte donc pour
le regroupement du chocolat avec 2 portions dans le même secteur, pour m’assurer que Maitena ou Tristan le prendra, me laissant du même coup une portion de fraise…

Quatrième gâteau que notre ami Jacques va partager à son tour. Le plus jouissif, dans ce jeu, c’est cette difficulté à partager le gâteau de manière suffisamment équilibrée pour se
garantir une part honnête, mais en même temps suffisamment orienté pour que les copains prennent ce qu’on aimerait qu’ils prennent…

Il hésite, il hésite, alors que les portions conservées visibles par chacun laisse clairement voir que c’est la bataille entre Tristan et Maitena sur le chocolat, et que je taquine
ma fille, également, sur les prunes et le kiwi…

Et voici le cinquième et dernier gâteau, que Tristan partagera à nouveau (petit défaut : à 4 joueurs, l’un des joueurs partage deux fois). Ca pourrait bien se battre sur les
fraises, au-delà des prunes et du kiwi, tout dépendra de ce que va faire le gamin…

Pas de bagarre sur les fraises finalement, mais un joli final d’égalité sur les mûres (Jacques et moi) et les prunes (Maitena et moi). Ca me va assez bien…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le matériel de jeu, superbe, même
si les pointes des secteurs angulaires son fragiles;
– La pureté absolue de ce jeu : le partage saupoudré d’un zeste de majorité,
– La possibilité de proposer des variantes…

On a moins aimé
– La difficulté pour les plus jeunes de faire le bon choix et de savoir relâcher un peu lorsqu’on a déjà la majorité,
– Le nombre de partages qui diffère selon les joueurs : à 4 joueurs, le premier partage deux fois.

Scores de la partie :

Jacques : 34 (19 de majorité + 15 de chantilly)
Tristan : 22 (11+11)
Maitena : 24 (17+7)

Ludo le gars : 37 (26+11)

Note du jeu (sur cette partie) : 18 / 20


Durée de la partie : 30 minutes

 

———————————————————————————————————————————————– 

VABANQUE :


Une fois le dessert englouti, le Champagne avalé, on attaque une partie d’un jeu fun, jouable à 6 et qui ne devrait pas nous faire trop mal à la tête : Vabanque, dans l’univers des
casinos et de la chance…

Une vue générale en début de partie, alors que les 12 tables de jeu ont été installées et que nos pions sont espacés d’une table à chaque fois…

Chacun dispose de 3 cartes qu’il va placer face aux tables où il veut agir : le Relanceur (pour rajouter une fois la valeur des gains), le Tricheur (pour piller les gains des
gagnants de la table) et le Bluffeur (qui ne sert à rien sinon à faire croire qu’on a mis autre chose)…

Voici l’état des tables de jeu uen fois que chacun a posé ses 3 cartes et qu’il a déplacé son pion vers une table. Nous allons procéder à la révélation des cartes de chaque table où
figure au moins un pion…

On ajoute 3 disques de valeur 10 par joueur sur les tables (on y a laissé les 5) puis on place nos cartes, de la même manière que lors de la première manche. On en jouera 4 comme
cela…

Et voici comment se sont positionnés les pions des joueurs et les cartes. Tout l’intérêt du jeu réside dans cette part de bluff (certains parlent de chance 😉 liée aux cartes
jouées par chacun…

Et voilà comment je me fais entuber pour la seconde fois de cette partie : je me fais voler mon gain visé de 40 par le joueur noir (Julie) et le joueur blanc (Sylvain)…

On est reparti pour la troisième manche et je totalise toujours 0 de gain ! Je m’amuse même à dire que je vais essayer d’en rester là (mais ce n’est pas vrai, bien entendu)…

Couic ! Encore coupé ! Et cette fois c’est le joueur noir (Julie) qui s’y colle toute seule. Et elle assure plutôt bien puisqu’elle a même réussi à embarquer le pion rouge de Pierre
dans cette galère, couplé à sa carte de Relanceur ! Bilan : elle encaisse 280 (mais elle ne prend rien avec son pion noir, m’enfin c’est rentable quand même)…

Toujours 0 de chez 0 pour moi, car non content de ne rien glaner avec mon pion, mon Tricheur se révèle particulièrement inefficace avec aucun gain encaissé depusi le début du jeu
grâce à lui. Ca va pas être facile de revenir…

Et voilà comment va se résoudre la quatrième et dernière manche, celle où chacun a placé un jeton de valeur 50, en addition des autres…

Là, je croyais bien passer avec mon pion, mais non, c’est encore raté, la faute à bleu (Jacques) cette fois ! Et comme j’avais placé mon relanceur, il va se gaver. Un peu comme
Julie, dans quelques instants, lorsqu’on révélera les cartes de la table du dessous où elle se trouve encore une fois avec Pierre…

Elle nous a mis un boulevard, la dame ! Elle nous a explosé sur un jeu de bluff, ce qui la bluffe littéralement elle-même ! Quel délire cette partie, avec Julie qui nous étrille et
votre serviteur qui termine avec le score nul et vierge de 0 !
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le bluff exprimé à son plus haut niveau couplé à un thème de casinos qui convient parfaitement,
– La rapidité et la montée en puissance des parties
,
– La possibilité de faire de vrais sales coups à ses amis, en les attirant dans de vrais traquenards (n’est-ce pas Julie par rapport à Pierre…).

On a moins aimé
– L’impression de total-hasard que peut donner ce jeu, surtout quand on termine à 0 point,
– La relative répétitivité du déroulement du jeu.

Scores de la partie :

   M1 M2 M3 M4 Total
Lucarty (blanc) 85 80 120 0 285
Pierre (rouge) 20 50 0 0 70
Julie (noir) 30 40 280 190 560
Romain (jaune) 30 90 155 120 395
Jacques (bleu) 45 50 0 395 490
Ludo le gars (vert) 0 0 0 0 0

Note du jeu (sur cette partie) : 14 / 20


Durée de la partie : 1 heure

 

———————————————————————————————————————————————–

Une réponse à “[31/12/2008] Gold Connection, Villa Paletti, …aber bitte mit Sahne, Vabanque”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


six × 6 =