[31/12/2010] Evo, Art Express, Flussfieber

Dernière journée de 2010 et réveillon original en ce qui nous concerne : nous allons passer une fin d’après-midi / soirée ludique en famille avec une sélection de jeux réalisée par chaque membre (en âge de jouer, cela s’entend :-). Du coup, nous déposons chacun 4 jeux sur le banc de bois du salon et nous allons voter pour les jeux pratiqués ce soir, à raison d’un premier jeu par personne. A noter que mes jeux sont les plus cérébraux, ceux de Maitena les plus fun, ceux de Tristan se partageant entre jeux à la con et jeux intermédiaires, alors que ceux de Julie sont tous les quatre intermédiaires.
Alors que je proposai de commencer par un jeu de Julie, histoire de se mettre en jambes, la dame insiste pour que nous commencions par un des miens, histoire de commencer par un plus gros jeu.
Après quelques tergiversations, c’est là-dessus que l’on s’oriente, avec un vote qui consacre Evo au détriment des 3 autres jeux proposés. Amusant de voir que Julie et Tristan ont fait exactement le même choix sur les deux jeux choisis !
Ensuite, nous voterons pour pratiquer un jeu de Maitena et c’est Art Express qui sort vainqueur, retenu par Julie et moi. Enfin, nous jouerons à un jeu de Tristan,
Flussfieber, après un vote lors duquel Julie et moi avons voté la même chose une fois encore…
En revanche, l’heure avançant dangereusement, et comme nous étions déjà en 2011 sans avoir terminé le repas, nous décidons de ne pas aller au-delà de 3 parties pour cette soirée, avec la promesse de jouer à un jeu de Julie dès le lendemain…

 

 

EVO :

 


La sélection proposée par les quatre chouettes joueurs, de gauche à droite :
– Maitena : Monstro Folies, Manilla, Rummelplatz et Art Express
– Julie : Cluedo, Scotland Yard, Odysseus, Blokus Trigon
– Tristan : Marsupilami Folies, Tir’Pic, Flussfieber, Revolution !
– Ludo : Fresco, Evo, Chevaliers de la Table Ronde, Puerto Rico…

Evo est un excellent jeu d’évolution, un thème qui me tient à coeur, dans lequel chacun incarne une espèce de dinosaure qu’il essaie de faire croître au mieux, dans un
environnement forcément hostile (climat, autres espèces, cartes d’action, météorite). Le point fort du jeu reste le système d’enchères sur les gènes, repris de manière proche par
Knizia dans Amun Re et par Ludo Maublanc et Bruno Cathala dans Cyclades…

Premiers gènes mis aux enchères et seule Maitena paiera quelque chose pour son haricot (coût de -1 pour chaque dépense future)…

Vue du plateau en fin de premier tour de la partie…

Les enfants ont très bien compris le système de jeu, seule la gestion de leur main de cartes leur pose des soucis (ils sont sans arrêt en train de les regarder et de se demander
quand et comment les jouer)…

Deuxième gènes à vendre et ça y va fort sur les pattes !!! Du coup, Maitena s’en tire super bien avec son achat pour 0 alors que ses 3 adversaires paient 5, 6 et 6 PV…

Troisième série d’enchères et Julie et moi payons décidément trop cher nos évolutions préhistoriques…

Le plateau montre une petite main-mise de jaune (Tristan) sur le plateau, alors que je suis le seul à être en mesure de vraiment me battre (une corne).

Le quatrième lot de gènes est l’occasion pour moi de ne pas m’emballer (je ne paie rien et espère que la carte à picoher sera utile)…

Incroyable : la carte piochée fait encore référence au combat, surtout combinée avec celle que j’ai eue en début de partie. Quand les jouerai-je ?

Assez véloce et bien cornu, mais peu productif et pas assez protégé contre la chaleur, mon espèce semble être celle qui pourrait faire régner la terreur sur le plateau. A condition
de renforcer le nombre de mes dinos…

Vue générale du plateau…

Yes, j’acquiers enfin un deuxième oeuf, lequel me permet de revenir au niveau des autres joueurs. La corne que récupère Maitena m’embête un peu, car elle est en tête et c’est donc à
elle que je réservais mes plus beaux atours…

Le sixième lot de gènes me paraît totalement inutile, même si j’aurais bien récupéré le haricot que s’adjuge Maitena. Mais personne est venu m’éjecter de la queue du bas…
Bouhhh…

Réflexionnite aiguë chez Tristan, lequel est au coude à coude avec son père en deuxième position…

Les enchères flambent à nouveau pour Tristan et moi cette fois, alors que les deux haricots de Maitena font des ravages (elle ne paie rien pour sa patte). En même temps, mis à part
Julie très à la traîne, tout reste possible pour les 3 autres joueurs…

Le moment le plus marquant de cette partie et celui qui changera quasi-définitivement la donne : Julie joue une carte Déluge qui aura pour effet de détruire plusieurs pions dinos
parmi ceux placés en bord de mer : un jet de dé + nombre de parasols > 4 sinon c’est la mort assuré…

Bilan du Déluge assez dévastateur : Tristan a perdu 2 pions, tout comme son père, Maitena 1 seul, tout comme sa mère. Aïe. Déjà que Maitena avait un peu d’avance, il va vraiment
falloir aller la chercher maintenant…

Elle frime la ch’tiote ! Surtout qu’elle est carrément vernie par le dé : je l’attaque à 3 cornes contre 1 (carte Maousse Kosto jouée) , avec une réussite sur un jet de 2 à 6.
Bilan, je fais 1 bien sûr… et je couine car je perds un pion et le différentiel s’accroît encore…

Nouvelles enchères et je reste sage. Je me dis que les cornes sont malgré tout mon salut car je vais devoir aller chercher le combat perpétuel contre les pions bleus en espérant que
la chance tournera …

Yes, Maitena paie un peu mais il est peut-être trop tard car son avance est vraiment impressionnante maintenant, elle qui ne se prive pas pour provoquer un véritable génocide des
pions roses…

Pas de miracle malgré un véritable baroud d’honneur de ma part à ce tour (j’ai tué 3 pions bleus lors de 3 combats), ramenant les pions bleus à 6, soit le même nombre que moi. Je
termine en jouant une carte providentielle de 2 PV de plus pour rattraper Tristan in-extremis…

Le splendide dinos de Maitena, laquelle nous a donné une leçon ce soir. Bravo !

Mon dino…

Et la situation sur le plateau…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le système d’enchères, génial et très vicieux,
– La fluidité des règles et les tours qui s’enchaînent, normalement, à bonne allure,
– Les multiples stratégies possibles, entre achat raisonné de gènes et pétage de plomb sur les prix avec un paiement en PV
qui devrait inciter
à y penser à deux fois avant de flamber !

 

On a moins aimé
– La main de cartes, chaotiques et pas forcément aisément compréhensibles, difficile à gérer pour des enfants,
– La relative longueur des parties.

Scores de la partie :

 

Tristan (jaune) : 48
Maitena (bleu) : 57
Julie (rose) : 35
Ludo le gars (vert) : 48

 

 

Note du jeu (sur cette partie) : 14 / 20

 

Durée de cette partie : 2 heures et 15 minutes

 

 

———————————————————————————————————————————————–

 

ART EXPRESS :


logomaite.gif

 

 


Le gros cube violacé renferme un jeu d’ambiance à base de dessins à deviner, réalisés par les autres joueurs, et rapportant des points si l’on est trouvé et si l’on trouve…

Chacun tire une carte en début de partie, sur laquelle figurent 9 mots + 1 expression. En 30 secondes maxmum, il faut dessiner le premier mot (chien pour moi) et s’emparer du
jeton le plus élevé restant disponible…

Ensuite, les quatre dessins sont étalés au centre (admirez les oeuvres d’art !!!) et chacun s’empare d’un dessin adverse qu’il pense avoir identifié. Si la réponse est correcte, le
dessinateur marque la valeur de son jeton (de 2 à 5), alors que le découvreur marque 2 points…

Le jeu se joue en 10 manches successives, avec la possibilité pour ceux qui ne connaissent pas un mot (les enfants le plus souvent) de changer de carte en cours de partie. Je peux
vous dire que 30 secondes c’est bigrement court et que dessiner une huitre, par exemple, n’est pas chose facile…

Julie jubile car Maitena a identifié son dessin, le premier de la partie…

Il faut dire que les pies de la vaches étaient assez identifiables quand même…

Un peu plus tard, à notre tour de jubiler, Tristan et moi, car je trouve son dessin (risqué : un requin-marteau) et il trouve le mien (le réveil-matin). Avec la découverte de mon perchiste par Maitena peu de temps avant, je reviens au score, moi qui étais plutôt largué jusque là…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le fun du jeu, ultra-simple,
– Les rires des enfants et ceux de ma dame, rendez-vous compte 😉
– Le choix de certains mots délicats (huitre, …) et l’expression à représenter (trop difficile pour les enfants mais assez jouissif pour les adultes).
 

 

On a moins aimé
– La non-précision de la nature grammaticale ou du thème des mots, alors qu’il semble qu’il y ait des êtres vivants en premier, des verbes en 9ème position, etc… J’ai d’ailleurs
conseillé à ma fille de dresser cette liste de paramètres afin d’éviter des erreurs stupides comme dire « surfeur » alors qu’on attend « surfer »…
– Le peu de goût de ma part pour ce genre de jeu, ce qui explique sa note moyenne, alors qu’il a beaucoup plu aux autres ce soir : c’est un très bon jeu dans son domaine, ne vous
méprenez pas ! Je note mon plaisir ludique à moi rappelez-vous…

Scores de la partie :

 

Tristan : 13
Maitena : 13
Julie : 15
Ludo le gars : 16

 

 

Note du jeu (sur cette partie) : 12 / 20

 

Durée de cette partie : 45 minutes

 

 

———————————————————————————————————————————————–

 

FLUSSFIEBER :

 


Dernière partie de 2010 sur un jeu de descente de rivière sur des troncs d’arbres. Nous constituons un parcours assez complexe, bourré d’obstacles et donc probablement assez fun à pratiquer…

Maitena engage un de ses deux pions bleus sur la rivière d’enfer…

Après un tour de jeu, on voit clairement que les rondins nous posent d’incroyables soucis, avec l’interdiction de pousser plus de deux éléments à la fois…

Tristan opte pour une descente en deux temps de la rivière : la femme d’abord, l’homme ensuite, en tout cas pour le moment…

Nous sommes près de la cascade et je suis assez content d’avoir mes deux pions proches l’un de l’autre, pouvant ainsi se pousser l’un l’autre en fonction de mes cartes jouées…

Il est minuit moins 10, nous tentons de nous presser un peu, j’ai estimé que la partie se finirait en 2010…

Tristan et moi caracolons en tête, même si la progression de notre deuxième pion sera cruciale…

J’ai une longueur d’avance sur Tristan, surtout que mes deux pions semblent en mesure de se pousser jusqu’au but…

Yep ! Avec ma carte 5 pour mon homme, il pousse la femme jusqu’à la fin du parcours et je termine donc en trombe (et en 2010… à minuit moins 3) !

Fin de course en 2011, avec Tristan qui termine deuxième, Julie troisième et Maitena qui clôt l’épreuve (presque : sa femme bleue arrivera-t-elle un jour ?)…
Bilan synthétique :

On a aimé
– La simplicité de la règle et le peu de contraintes du jeu,
– Le nombre de plateaux permettant des constructions variées,
– La configuration 4 joueurs, car on n’a que deux pions chacun
.

 

On a moins aimé
– Le trop de rondins sur certains plateaux, provoquant des parties hyper compliquées à gérer avec des blocages non prévisibles et donc frustrants,
– Le relatif manque de relief du jeu, moins passionnant et vicieux qu’un Ave Cesar, et assez répétitif.

 

Scores de la partie :

 

Tristan (jaune) : deuxième
Maitena (bleu) : quatrième
Julie (rouge) : troisième
Ludo le gars (vert) : premier

 

 

Note du jeu (sur cette partie) : 13 / 20

 

Durée de cette partie : 45 minutes

 

 

———————————————————————————————————————————————–

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


4 × six =