Aloha

Type de jeu Placement
Prise de risque (version familiale)
Parcours
Auteur Igor Polouchine
Editeur (année) Darwin Project (2004)
Nombre de joueurs 2 – 4
Durée de partie De 10 à 30 minutes
Hasard
(version expert)
Mobilisation de réflexion
Reflet du thème
Qualité des mécanismes
Les + – La qualité du
matériel (pirogues superbes),
– Les aspects tactiques pour les plus jeunes.
Les – – Le côté
très froid du jeu en version expert,
– Le côté très hasardeux du jeu en version famililale,
– La trop grande ressemblance avec Crôa.
Configuration idéale ? pour l’instant
Note subjective < 10 /
20 (première impression)
Nombre de parties effectuées Entre 1 et 5
Illustrations Dessus de la boîte
(27 Ko)
Aides de jeu

Critique générale
Aloha est un jeu édité par Darwin Project,
qui fait irrémédiablement penser à Crôa,
du même auteur. Mais, disons-le tout net, il est nettement moins réussi
que son grand frère : froid en version expert il est très hasardeux
en version familiale, et le thème ne colle pas très bien. A-t-on
déjà vu des Tikis rebondir sur des dauphins ??? Non, autant dans
Crôa avec les grenouilles, on
peut imaginer ce genre de choses, autant là…

Dans Aloha, chaque joueur essaie d’amener
son Tiki sur la plage diagonalement opposée à celle de départ.
Pour ce faire, on le déplace de pirogue en pirogue sur un damier
de 6 par 6 cases, concçu aléatoirement et face cachée
dans la version familiale, et de manière visible et prédéfinie
dans la version expert. Je n’ai essayé que cette dernière
version, pensant que le côté no-hasard allait me convenir…
Erreur : le jeu est froid et trop prévisible. Donc, quitte à
y jouer, autant prendre la version familiale qui réserve des surprises
et doit générer un peu plus de fun.
A son tour de jeu, on réalise 3 actions parmi les suivantes :
– Mettre à l’eau une pirogue depuis sa plage,
– Déplacer une de ses pirogues sur le plateau d’une case : si on
est sur les alizées on peut avancer de deux cases et faire chavirer
les pirogues présentes sur la route,
– Faire transiter son tiki d’une pirogue à une autre (même
adverse), à condition que la case soit adjacente : on peut faire
éventuellement rebondir le tiki sur un dauphin,
– Utiliser le pouvoir des coraux (si on a une pirogue sur l’un d’entre
eux) pour déplacer une pirogue adverse d’une case.
Et voilà à peu près tout ce que l’on peut réaliser,
sachant que moult questions se posent lorsque l’on joue : si on déplace
une pirogue adverse à partir d’une case d’alizée, peut-on
le mouvoir de 2 cases et faire chavirer des pirogues ? Doit-on compter
les cases de la plage lorsque l’on met une pirogue à la mer ? …

Le jeu n’est pas une réussite et j’en suis
bien déçu car il était assez attirant au premier abord.
Certes, il conviendra mieux à un public familial qu’à moi-même,
notamment parce qu’il offre des possibilités tactiques amusantes et que
l’on peut se gêner sur le plateau. Mais, de mon côté, je
ne pense pas y jouer très souvent…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


3 − deux =