Aqua Romana

Type de jeu Placement
Connexion
Prise de risque
Auteur Martin Schlegel
Editeur (année) Queen Games (2005)
Nombre de joueurs 2 – 4
Durée de partie De 45 minutes à 1 heure
Hasard
Mobilisation de réflexion
Reflet du thème
Qualité des mécanismes
Les + – La simplicité
et la logique des règles,
– Le système de score qui incite à ne pas attendre trop
longtemps,
– Les possibilités de blocage, tant le jeu est intéractif.
Les – – Le manque de thème
(peut-être…).
Configuration idéale ? pour l’instant
Note subjective 18 / 20 (première
impression)
Nombre de parties effectuées De 1 à 5
Illustrations Dessus de la boîte
(26 Ko)
Aides de jeu

Critique générale
Une grosse boîte à la Dschunke,
pour un jeu à mi-chemin entre un Linie 1 (connexions) et Fabrik
der Traüme (scores). Un jeu qui ne paie pas de mine et que vous avez
peut-être raté à Essen. Normal : le look de la boîte
n’est pas spécialement accrocheur et aucun effet d’annonce n’avait eu
lieu pour ce jeu. Dans le même ordre d’idée, qui peut se vanter
de connaître les productions de Martin Schlegel ? Après une recherche
sur le Boardgamegeek, j’avoue ne connaître que 2 autres de ses jeux (M
et Hekla) en attente de tests à la maison (pour voir ses jeux, cliquez
sur ce lien
).
Non, franchement, passer à côté de ce jeu devrait être
la chose la plus normale… et ce serait un immense manque pour votre culture
ludique !

Dans ce jeu de connexion, le but est de construire des aqueducs les plus
longs possibles, sans vouloir trop en faire : à trop attendre,
les places seront prises et les points moindres. Pour ce faire, chaque
joueur part de son réservoir d’eau personnel (placé de manière
prédéterminé) et à tour de rôle, les
joueurs vont ajouter une tuile au tracé existant, pour prolonger
l’un de leurs acqueducs (extrémité où figure un de
leurs ouvriers). Mais ce serait trop simple… En effet, des architectes
parcourent le tour de la zone de construction et indiquent quelles tuiles
sont plaçables par les ouvriers figurant en face d’eux. Du coup,
on peut tout prévoir à l’avance, mais les libertés
sont minimisées… Très réussi. Et comme on fait
avancer d’un cran l’architecte qui a servi à donner la tuile, le
jeu reste dynamique.
Une autre petite subtilité réside dans le placement supplémentaire
d’une tuile pour celui qui fait transiter un architecte à l’angle
du plateau (l’un des 4 coins). Cette tuile, cependant, ne doit pas servir
à rallonger directement un acqueduc (bonjour le calcul à
2 tours…) ni bloquer directement un acqueduc adverse.
Quand est-ce qu’on score ? Dès qu’on termine un acqueduc, rien
de plus simple. Et rien de plus excitant, surtout quand on sait qu’un
seul pion peut occuper une case de la piste de score (sauf les cases 3
et 7), les suivants se plaçant sur la première case libre
derrière. On est donc tiraillé entre tenter d’allonger encore
ses acqueducs et en terminer certains pour prendre des places…


De bonne facture, le matériel est particulièrement agréable
à manipuler…


Le plateau devient vite un joyeux bazar, avec des tuiles d’acqueducs
imbriqués, des pions ouvriers un peu partout et des architectes
qui veillent autour…

Encore une bonne idée : le premier à terminer
un acqueduc bénéficie d’un architecte issu de la réserve
(de 5) qu’il pourra placer au début de son prochain tour. Ainsi,
parfois, on accepte mieux de se clore un petit acqueduc de 2 ou 3 cases…

Lorsque plus aucun acqueduc ne peut être allongé
ou lorsqu’un tour de jeu complet a lieu sans qu’un seul joueur n’ait
pu jouer, la partie s’achève et les acqueducs non terminés
sont décomptés (placement des ouvriers sur la piste de
score aux places adéquates). Enfin, chacun additionne les points
de ses ouvriers sur la piste de score et les 3 ouvriers les mieux placés
sont récompensés de 2 à 4 points de victoire supplémentaires.
Le vainqueur est le joueur totalisant le plus grand score.

Incroyable : les auteurs arrivent encore, en 2005, à
créer des jeux de connexion qui ne soient pas des redites de
jeux existants ! Cet Aqua Romana est un petit bijou, un jeu très
malin et loin d’être simple où on réfléchit
pas mal, en tentant d’anticiper les tours à venir. Sincèrement,
je suis épaté par la réussite de ce jeu et je serais
surpris qu’il ne remporte aucun prix ludique cette année.
Essayez-le, vous ne devriez pas être déçu !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


5 × = trente cinq