Architekton

Type de jeu Placement
Construction
Auteur Michael Schacht
Editeur (année) Queen Games (2005)
Nombre de joueurs 2
Durée de partie 15 minutes environ
Hasard
Mobilisation de réflexion
Reflet du thème
Qualité des mécanismes
Les + – Le principe de décompte
des maisons,
– Les règles multilingues.
Les – – Le jeu semble totalement
buggé (à confirmer),
– La victoire liée à l’alignement de ses maisons (logique
de morpion bien terne).
Configuration idéale 2
Note subjective < 10 /
20 (première impression)
Nombre de parties effectuées De 1 à 5
Illustrations Dessus de la
boîte (24 Ko)
Aides de jeu

Critique générale
Soyons clair : le jeu nous a paru buggé dès
le départ, aussi je réserve mon jugement définitif après
éclaircissements avec l’auteur et/ou la maison d
‘édition.

Dans ce jeu pour 2 joueurs, chacun essaie de placer ses maisons sur des
tuiles d’édifices en ayant, en fin de partie, la plus grande diagonale
de maisons.
A son tour, le joueur actif place deux tuiles parmi les 3 tuiles d’édifice
et les 3 tuiles de paysage, toutes visibles, en les accolant à
celles déjà posées. Les deux seules contraintes sont
:
– Paysage et Edifice doivent alterner sur le plateau (comme les cases
blanches et noires d’un échiquier),
– Au moins un cîté doit correspondre à la géographie
du terrain.
A chaque fois que le joueur place un édifice, il doit placer une
de ses maisons dessus. Si, ce faisant, la tuile d’édifice est entourée
de 4 tuiles de paysage, le joueur va gagner un jeton de points (si les
4 côtés correspondent) ou devoir en rendre (si un ou plusieurs
côtés ne correspondent pas). Eventuellement, il peut retirer
sa maison pour payer un jeton de moins.
Les joueurs jouent alternativement et la partie s’arrête dès
que l’une des piles a atteint la réserve. Toutes les maisons placées
sur des tuiles seulement entourées de 1 ou 2 autres tuiles sont
retirées du jeu. Le joueur avec la plus grande diagonale de maisons
gagne la partie.


En faisant un décompte à chaque fois qu’une maison est
entourée de 4 tuiles, on se dirige forcément vers une fin
de partie prématurée : l’un des joueurs se retrouve obligatoirement
à cours de jeton d’action pour payer son dû…


En faisant un décompte uniquement au moment où la maison
est placée au coeur de 4 tuiles de paysage (comme indiqué
dans la règle), on n’en réalise en fait aucun pendant
la partie (et en tout cas, on se demande bien pourquoi un joueur en
occasionnerait un si cela le conduit à rendre des jetons…)

Même si exposées comme cela on peut croire
avoir affaire un petit jeu tactique pourquoi pas sympathique, on se
rend compte en jouant que le jeu ne tourne pas du tout, et ce, en raison
d’une règle pas claire sur le moment où doit intervenir
le décompte sur les maisons. La règle stipule que cela
arrive au moment où est placée une maison entourée
de 4 tuile (mais alors pourquoi un joueur se flagellerait-il en se créant
un décompte pénalisant ?), alors qu’il semble plus logique
que le décompte survienne à chaque fois qu’une maison
déjà placée se retrouve entourée de 4 tuiles
de paysage (mais alors le jeu se bloque après la perte de chaque
jeton initial des joueurs, puisque l’un des deux ne peut pas s’en sortir
si l’autre ne fait pas d’erreur). Je ne vous fais pas l’affront de vous
parler du hasard des tuiles retournées, cela en rajouterait une
couche, le jeu étant suffisamment bancal comme cela.

Mais bon, j’attends des nouvelles de la part de l’auteur
et de l’éditeur, j’éditerai ma critique à ce moment-là.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


− deux = 5