[C-Cross] De la genèse à l’édition – Partie 3

Les derniers tests avaient révélé que le plateau de mon Baobab était trop grand pour envisager une édition : il me fallait donc le réduire.
De manière drastique, après avoir imaginé retirer une ligne et une colonne, j’opte pour un plateau de 4 zones par 4 zones, soit un total de 16 en lieu et places des 64 initiales !!!
Certes, on allait ainsi réduire le matériel requis et la durée de la partie, mais n’allait-on pas aussi réduire ses possibilités stratégiques ? Il me fallait essayer et, hop, c’était reparti pour de savoureuses phases de tests…

Petite vue du plateau réduit à 4 par 4...
Petite vue du plateau réduit à 4 par 4…

Très rapidement, je m’aperçus qu’il fallait adapter la règle : placer jusqu’à trois pions sur un plateau aussi petit déséquilibrait le jeu, sans parler de l’avantage d’être premier joueur. Du coup, on en placerait que un ou deux, toujours avec la même contrainte de pose. Et puis, pour niveler l’avantage de démarrer, le premier joueur n’aurait le droit de ne placer qu’un seul pions.
Et là, ce fut la révélation : le jeu tournait aussi bien que précédemment, il en avait tous les avantages mais plus aucun inconvénient ! Il semblait devenir encore plus dynamique et son évidente perte de possibilités stratégiques n’était par si marquée que cela. Tenais-je le bon filon ? Pour le savoir rien de tel que d’approcher à nouveau des éditeurs…

Le premier éditeur à qui j’ai présenté le jeu, à Essen en 2009, l’a tout bonnement adoré. Paraît-il qu’ils y ont joué tout au long du trajet retour dans l’avion, sur la petite table devant eux ! Rapidement après le salon, ils m’ont dit vouloir le faire. Il leur restait à trouver le moyen de le faire fabriquer à moindre coût, sachant que :
– Ils voulaient une édition assez luxueuse au niveau du matériel,
– Ils avaient besoin que je leur dise exactement le nombre de pièces de jeu,
– Fabriquer les plaques en forme de C ne paraissait pas si facile…

Le jeu en démonstration lors du Festival des Jeux en Beaujolais le 17 janvier 2010...
Le jeu en démonstration lors du Festival des Jeux en Beaujolais le 17 janvier 2010…

Les échanges par mail furent nombreux et constructifs : on avançait ensemble pour obtenir un jeu magnifique. Mais le temps passa… 2009, 2010, 2011… Trois ans et demi, oui trois ans et demi pour au final qu’ils m’avouent être dans l’incapacité de le faire !!! Ils adoraient toujours autant le jeu, mais n’auraient pas pu le sortir à un tarif correct. Du coup, ils préféraient passer la main et m’assuraient qu’ils seraient mes premiers clients si je trouvais un éditeur capable de le faire… Déçu, j’étais, un truc de fou… Mais au moins, j’ai rencontré des gens passionnants et passionnés, lesquels m’avaient aidé à faire progresser encore ma règle : on aurait au maximum 8 plaques et 12 pions par joueur, et si on ne peut pas jouer on a perdu. Limpide et encore source de tension dans la partie, forçant parfois à prendre une zone…

Ensuite, vint un autre éditeur, convaincu lui aussi que le jeu avait sa place dans sa gamme. Après quelques mois de tests, toujours aussi concluants à deux joueurs, ils me demandèrent une possibilité d’y jouer à 3 ou 4 joueurs. Et hop, je retourne en phase de conception… Peu de temps après, je leur envoie une règle qui tournait, particulièrement à 3 joueurs, même s’il y avait un côté un peu artificiel à l’époque.
Quelques semaines plus tard, le verdict tombait : ils ne le feraient pas ! La raison ? Je ne la maîtrise encore pas bien aujourd’hui…

Parallèlement à ces questionnements éditoriaux, je poursuivais ma réflexion pour aller, peut-être, jusqu’à l’éditer moi-même ! Mais ce n’était pas facile, d’abord parce qu’on ne se lance pas à la légère dans l’édition de jeux. Ensuite, parce que le temps me manquait en parallèle de mon métier de professeur des écoles. Du coup, je me suis dit que pour lui offrir un meilleur éclairage, j’allais le thématiser et envoyer une candidature à un concours de créateurs.

La version de l'été 2010, baptisée Bora Bora et présentée au concours de Granollers...
La version de l’été 2010, baptisée Bora Bora et présentée au concours de Granollers…

Le thème, avec un jeu de mots un tantinet stupide : Bora Bora (oui, relier bord à bord…), est celui d’une île paradisiaque sur laquelle on va tenter de relier les deux berges opposées. Je conçois un proto avec des pions en bois, pas très bien assemblés (n’est-ce pas Oriol ?), et j’envoie le tout au concours de Granollers en Espagne en 2010. Le jeu s’en sort super bien puisqu’il intègre le groupe des finalistes et qu’il est donc testé par tous les visiteurs de la convention espagnole pendant tout un week-end ! Pas de prix finalement, mais une certaine satisfaction et une certitude à présent que le jeu DOIT sortir chez un éditeur…

Une version qui ne dura pas longtemps : les cases élémentaires étaient pointées d'une croix pour bien les repérer, mais ce n'était guère esthétique, et les bords opposés étaient bien identifiés...
Une version qui ne dura pas longtemps : les cases élémentaires étaient pointées d’une croix pour bien les repérer, mais ce n’était guère esthétique, et les bords opposés étaient bien identifiés…

Bon an mal an, toujours dans l’attente de la réponse de l’éditeur sus-cité, je temporise finalement jusqu’à 2013, et le Spiel à Essen, afin de le représenter à quelques compagnies. Je reprends mon bâton de pèlerin, avec la version non-thématisée, ayant abandonné le nom Bora Bora, Stefan Feld m’ayant piqué le nom, dites donc ! 😉
Je me rends sur le stand de Clemens Gehrards, l’éditeur qui deviendra à jamais celui qui aura réussi à le faire !!! La famille Wiedenmann, quasiment au complet sur le stand, et qui gère le développement des jeux des jeux de cet éditeur, se prend d’intérêt pour celui-ci. Ils me demandent un prototype. Cocorico ! Et ça motive…

La version bois magnétique, avec la possibilité, donc, d'y jouer en voiture ! Nous sommes au printemps 2014 et il est fin prêt pour le Festival des Jeux de Cannes ! A noter la couleur noire pour la version à 3 joueurs...
La version bois magnétique, avec la possibilité, donc, d’y jouer en voiture ! Nous sommes au printemps 2014 et il est fin prêt pour le Festival des Jeux de Cannes ! A noter la couleur noire pour la version à 3 joueurs…

Au printemps 2014, lors du festival des jeux de Cannes de février, je ne m’y déplace pas les mains vides : grâce à Olivier Chabert, gérant de L’Atelier du Merle dans mon village, je dispose de quatre prototypes aimantés en bois, ainsi que d’une version surdimensionnée hyper tactile. Je le sors, en compagnie surtout de mon fils Tristan qui a bien grandi à présent, à toutes les soirées Off. Et ça se passe plutôt bien… Les joueurs et les auteurs de jeu s’y essaient, avec plutôt pas mal de plaisir. Ca promet…

La version surdimensionnée, avec les petits trous pour accueillir les nains. Les grandes plaques sont recouvertes de feutrine pour un meilleur toucher et éviter les glissements. Cette version va tourner et tourner encore au Off de Cannes en mars 2014...
La version surdimensionnée, avec les petits trous pour accueillir les nains. Les grandes plaques sont recouvertes de feutrine pour un meilleur toucher et éviter les glissements. Cette version va tourner et tourner encore au Off de Cannes en mars 2014…
Franck et Tristan en plein effort cérébral au Off de Cannes. Si je vous dis qu'ils sont de fidèles disciples du jeu et qu'ils prêchent la bonne parole...
Franck et Tristan en plein effort cérébral au Off de Cannes. Si je vous dis qu’ils sont de fidèles disciples du jeu et qu’ils prêchent la bonne parole…
Deux autres joueurs en plein découverte...
Deux autres joueurs en plein découverte…
Sébastien Dujardin, le célèbre éditeur Pearl Games, et Yoann Levet, auteur non moins célèbre du jeu Myrmes... Absent des photos, mais pourtant testeur qui m'a dit le plus grand bien de mon jeu, Laurent Escoffier devrait être content de voir le projet aboutir...
Sébastien Dujardin, le célèbre éditeur Pearl Games, et Yoann Levet, auteur non moins célèbre du jeu Myrmes… Absent des photos, mais pourtant testeur qui m’a dit le plus grand bien de mon jeu, Laurent Escoffier devrait être content de voir le projet aboutir…
Notre artisan local s'est bien amusé à percer les figurines de nains pour y insérer un picot qui va parfaitement se cranter dans les trous du plateau. Quel artiste !
Notre artisan local s’est bien amusé à percer les figurines de nains pour y insérer un picot qui va parfaitement se cranter dans les trous du plateau. Quel artiste !
Quelques membres de l'équipe Ludix en pleine découverte du jeu dans la configuration 3 joueurs. Précisons que la règle de cette config a pas mal évolué depuis...
Quelques membres de l’équipe Ludix en pleine découverte du jeu dans la configuration 3 joueurs. Précisons que la règle de cette config a pas mal évolué depuis…
Des joueurs et des observateurs....
Des joueurs et des observateurs….
La famille du sud de la France s'essaie au jeu, sous l’œil plus qu'intéressé de Louis... A noter la partie hyper statique de Nicolas et Danny : qui posera sa plaque en premier ?
La famille du sud de la France s’essaie au jeu, sous l’œil plus qu’intéressé de Louis… A noter la partie hyper statique de Nicolas et Danny : qui posera sa plaque en premier ?

Lorsque arrive Essen 2014, je relance Clemens Gehrards pour savoir où ils en sont de leur réflexion. Un rendez-vous est pris sur leur stand le jeudi de l’ouverture du salon. Je ne le sais pas encore, mais ce sera le début d’une belle aventure…

La suite au prochain épisode, lors duquel vous découvrirez les toutes premières images du matériel définitif ainsi que celles de la sortie officielle du jeu…

 Partie 1Partie 2 – Partie 3 – Partie 4

2 commentaires à propos de “[C-Cross] De la genèse à l’édition – Partie 3”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


6 + sept =